Aucune carte n’est innocente

Le texte qui suit a été publié dans le numéro 51 du magazine polonais Malemen  sous la plume de Monika Prończuk. En voici une traduction réalisée à l’aide de Catherine Limousin.

CCAa77GW8AEOGCu (1)

Aucune carte n’est innocente. 
Pourquoi ne pas utiliser des cartes (tout en conservant son esprit critique)

Il y a quelques années, des archéologues du nord de l’Espagne découvrirent dans une grotte une plaque de pierre vieille de 14 000 ans. Cette pierre est probablement la plus ancienne carte connue. Elle dépeint un environnement de montagnes, des rivières et des endroits où il y avait des troupeaux de chèvres [1]. La nécessité de dessiner des cartes est donc presque aussi vieille que l’humanité elle-même. Pour nos ancêtres, elle était nécessaire pour trier le chaos autour d’eux.

Les cartes servent à représenter les faits. Elles nous aident à comprendre et organiser le monde. Mais, cette représentation n’a rien d’objective. Pour capter la réalité et la représenter sur une carte, le cartographe doit sélectionner et simplifier l’information pour la rendre intelligible. Or, si nous mettons dix cartographes en haut d’une colline et que nous leur demandons de cartographier le paysage qu’ils surplombent, chacun d’eux tracera une carte différente, autant d’expressions graphiques correspondant à chaque regard particulier. La cartographie est donc une forme d’écriture. « C’est une façon de raconter une histoire d’un point de vue subjectif » dit Nicolas Lambert, cartographe et membre du réseau Migreurop, organisme qui lutte pour la défense des droits des immigrés en Europe.

Les cartes façonnent donc notre vision du monde. Ce n’est pas un hasard si de façon écrasante, la plupart des cartes du monde disponibles en Europe mettent le vieux continent en son centre. Les pays riches du nord sont placés en haut de la carte et largement mis en valeur par des projections cartographiques avantageuses. Pourtant, l’orientation au nord est seulement une convention. Dans la réalité, la terre et ronde et les possibilités de mises à plat sur un support cartographique sont infinies. Certaines cartes australiennes ou chinoises ont donc de quoi dérouter les lecteurs européens habitués à des représentations plus conventionnelles.

Voir plus loin

L’origine de l’analyse critique des cartes remonte aux années 70 quand un nommé John Brian Harley, géographe britannique et cartographe a pour la première fois contesté la conviction générale qui veut qu’une carte soit une forme objective des connaissances. Il est ainsi devenu le père d’un nouveau domaine de recherche : la cartographie critique. « Je suis passé par un chemin similaire. En premier lieu, j’ai étudié les mathématiques à l’université, puis j’ai modifié mon orientation vers la géographie. Je cherchais quelque chose qui était plus proche de l’humain et des sciences sociales. Je suis donc devenu cartographe », nous dit N. Lambert. « Ensuite, au fil de mon activité professionnelle, j’ai appris et développé les méthodes classiques de la cartographie. Mais je suis venu progressivement à la conclusion que, au-delà d’une discipline purement scientifique et technique, la cartographie est aussi le moyen d’exprimer un point de vue particulier. Tout comme un texte, la carte de géographie permet de dire des choses et de défendre une position spécifique dans le débat public. Cette conviction qui est la mienne, se retrouve au cœur de la cartographie dite radicale, mouvement qui tente de casser les visions faussement objectives des cartes. Ce courant de la cartographie, qui rassemble des chercheurs, géographes, historiens, mais aussi des artistes et des militants, utilise le potentiel des cartes pour produire un discours contestataire ».

Mais, la carte n’est pas une fin en soi. Au-delà du simple aspect descriptif, les cartes peuvent aussi servir de point d’appui à une action politique concrète. « Au sein du réseau Migreurop, nous utilisons les cartes pour diffuser des informations sur les situations d’enfermement des migrants en Europe, données souvent occultées par les pouvoirs publics. Pour cela, nous travaillons au sein du projet closethecamps [2] à collecter et rendre publique des données sur ce que nous nommons l’Europe des camps. Ce travail rigoureux nous sert ensuite de support pour alerter l’opinion publique et porter des revendications concrètes, chiffres à l’appui » explique N. Lambert.

Comprendre la langue des cartes

Comme n’importe quelle langue, les cartes ont leurs règles, leur grammaire et leur orthographe, leurs figures de style. Rien n’est fortuit. Un bon cartographe doit choisir des statistiques, des fonds de carte, des figurés, des couleurs. Tout est important dans la langue des cartes pour souligner tel aspect choisi de la réalité et minimiser ou occulter tel autre. Rien n’est neutre. Rien n’est laissé au hasard. « Les couleurs utilisées sur les cartes européennes sont parfois elles même l’expression d’un rapport de force. Si les pays du sud ont tendance à utiliser des couleurs chaudes comme le rouge pour exprimer les valeurs fortes connotées positivement, les pays du nord utiliseront plutôt des couleurs froides (bleu, vert), le rouge étant réservé au danger et aux situations alarmantes. Mais quand l’Union européenne construit elle-même des cartes, elle ne peut concilier les deux visions. Dans les faits, elle optera souvent pour la vision des pays du nord de l’Europe… De manière générale, de par leur dimension symbolique et culturelle, les couleurs sont des armes redoutables dans les mains du cartographe. Elle permettent de capturer l’imagination du spectateur » explique Nicolas Lambert.

Les murs doivent tomber

La carte ci-contre, issue de l’atlas des migrants en Europe [3] et réactualisée pour l’occasion, montre la localisation des murs intra-étatiques à travers monde. Le constat est édifiant. Alors qu’ils étaient seulement une douzaine en 1945, on en compte aujourd’hui presque 60. « Dans une mondialisation ou les marchandises franchissent aisément les frontières et transitent d’un bout à l’autre de la planète, cette carte est là pour raconter une toute autre histoire de la mondialisation. Une mondialisation faite de barrières, de ruptures spatiales et de cloisonnements » dit-il.

Le but de cette carte était aussi de de montrer que la plupart des murs n’ont pas été construits contre le terrorisme ou la contrebande mais bien souvent pour lutter contre le passage des migrants. Pour Nicolas Lambert, « ces murs doivent tomber » comme cela a été le cas jadis pour le mur de Berlin. « Par ailleurs, leur construction est basée sur une hypothèse erronée. Ces murs n’empêchent pas de franchir les frontières, ils ne font que détourner les flux d’êtres humains. Ils produisent un discours sécuritaire rassurant mais sans aucune espèce d’efficacité. C’est un cercle vicieux » dit N. Lambert.

« Mais, le vrai mur Européen n’est pas sur cette carte » insiste Nicolas Lambert. « Le vrai mur européen se trouve en Méditerranée. Chaque année, des milliers de migrants s’y fracassent et perdent leur vie en essayant de le gravir. Aujourd’hui, la Méditerranée est devenue la zone la plus mortifère du monde » dit-il [4].

«Mais restons optimistes. Je crois que les cartes sont des outils qui peuvent nous aider à changer le monde. Avec les cartes comme avec les mots, on peut lutter pour la liberté de mouvement absolue des êtres humains. Je le fais, même si je sais que c’est un sujet extrêmement sensible politiquement et qui peut sembler, pour beaucoup, une utopie ridicule » conclut-il. Mais comme l’a dit Oscar Wilde, « aucune carte du monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas ».

 Texte original de Monika Prończuk
traduit par Catherine Limousin et Nicolas Lambert, 22 avril 2015

 NdT

[1] Carte connue sous le nom de « cadastre de Belinda » http://expositions.bnf.fr/cartes/grand/213.htm
[2] http://closethecamps.org/
[3] http://www.armand-colin.com/livre/363798/atlas-des-migrants-en-europe.php
[4] http://neocarto.hypotheses.org/1565

 


 malemen

2ddcc1d56154f12348f1fd96ebb129e2


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/09/2015

    […] n’oubliez pas : aucune carte n’est innocente […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *