L’exil cartographié par (et de) Émile Giffault

Aujourd’hui nous accueillons Gaëlle Sutton, cartographe indépendante spécialisée dans la gestion des risques naturels et passionnée de climatologie et de l’Arctique. Gaëlle nous présente l’une de ses très belles cartes reprenant la cartographie de l’exil du cartographe Émile Giffault. Nous lui laissons la parole…


A l’occasion du Mapvember (édition 2021, organisée sur Twitter par le cartographe Topi Tjukanov), j’ai repris une carte d’Émile Giffault (1850-1906), cartographe et géographe, réalisée lors de son exil en Nouvelle-Calédonie.

L’exil forcé d’Émile Giffault

En 1871, Émile Giffault prit part aux événements de la Commune. En juin 1872, il fut accusé d’avoir participé à l’incendie de la préfecture de Paris dans laquelle il travaillait aux archives. Après un bref procès, il fut condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie au début de l’année 1872, à l’âge de 21 ans. Quelques mois plus tard, au départ du bagne de Toulon, il embarque à bord de la Virginie pour un voyage de quatre mois et quelques 16 000 kilomètres. Il réalisera aussi plusieurs croquis des lieux d’escale de la Virginie comme l’île de Gorée au Sénégal ou l’île de Tristan Da Cunha, isolée dans l’Atlantique sud.

En tant que déporté politique, il est débarqué à l’île Nou, non loin de Nouméa. Le géographe séjournera en Nouvelle-Calédonie pendant 8 ans, avant de pouvoir rentrer à Paris.



Un témoignage géographique de la commune

Malgré des conditions de voyage effroyables à bord de la Virginie et un long séjour sur l’île, Émile Giffault conservera sa carte (et ses croquis) jusqu’à son retour. Conservée au musée Balaguier (à la Seyne-sur-Mer), elle constitue un rare témoignage cartographique et géographique de la Commune. À Paris, il poursuivra sa carrière de cartographe en illustrant des atlas et plusieurs élections législatives pour différents quotidiens.

La carte d’Émile Giffault

A l’exception du trajet de retour par la route du Cap Horn, le géographe a reporté le trajet de la Virginie et plusieurs de ses escales, datées, de Toulon à Nouméa.

 

J’ai simplement repris et reporté ces informations sur un fond de carte simple (généré à partir de ce site : worldmapgenerator.com) qui permet de choisir une projection, de la déformer à souhait et de l’exporter en format vectoriel. Cet export m’a permis d’éditer le fond facilement, d’ajouter le tracé et de mettre en page la carte sur Illustrator.


Sources :
Artistes engagés dans la commune de Paris de 1871
Émile Giffault (1850-1906) dans la commune de Paris
Le procès d’Émile

Ses travaux cartographiques
Émile Giffault sur ./data.bnf.fr/


gaellesutton.fr    @Gaelle_Sutton

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search