Je demande la route, d’OSM

 « Je demande la route » est une expression courante utilisée en Afrique noire (et peut-être ailleurs) pour indiquer à l’assistance qu’on souhaite partir, qu’on veut « prendre la route », autrement dit « aller vers la route » – on y dit d’ailleurs : « aller en route » (pour attraper un taxi, un véhicule). Bref.
Dans le présent billet, il ne s’agit pas d’aller vers la route, mais plutôt de faire venir la route à soi, enfin, de télécharger un fichier de routes (ou autre) depuis un serveur distant pour réaliser rapidement une cartographie d’un réseau de routes, donc, ou d’un plan de ville par exemple.


Supposez que vous avez une carte ou une géodataviz à réaliser mobilisant un réseau routier à grande échelle et, que vous pensez qu’il serait intéressant qu’elle puisse s’appuyer sur les données de la base de données géographiques collaborative Open Street Map (OSM). Mais vous avez un soucis : vous n’êtes pas vraiment un.e geek ou, si vous en êtes un.e, vous êtes pressé.e, mais vous voulez quand même réaliser une belle carte.

Deux possibilités s’offrent à vous en fonction de l’outil que vous allez utiliser pour réaliser cette carte : un logiciel de dessin vectoriel (cas n°1) ou bien une application logicielle de cartographie/géovisualisation de données localisées (cas n°2) .

 

Cas n°1 du logiciel de dessin vectoriel

Pour obtenir un fichier vectoriel ou image à utiliser avec un outil de dessin tel Inkscape ou autre, rendez-vous sur Anvaka, puis entrez le nom de la ville et choisissez l’emprise qui vous intéresse parmi la liste proposée.

Vous arrivez ensuite sur un écran qui vous permet de faire une petite mise en forme avant l’export en .png ou .svg.

Exemple ci-dessous avec la ville de Grenoble (située en France…).

Vous pouvez ensuite customiser récupérer votre sortie dans un logiciel de graphisme pour finaliser votre mise en page. Si vous êtes également intéressé par l’outil qui permet cette jolie sortie, tout vous est fourni sur un plateau déposé sur le Github de @anvaka.

Vous pouvez au contraire souhaiter obtenir un plan de ville prêt à l’emploi, à imprimer ou à encadrer. Dans ce cas, MyOsMatic vous permet de générer des plans de villes issus d’OSM aux formats .png, .pdf et .svg, prêts à imprimer.

Mappin Map it Now est plutôt intéressant, car il permet d’obtenir le réseau de routes d’une ville souhaitée  à différentes échelles, comme ci-dessous.

Exemples de changements d’échelle d’une vue sur Grenoble (France)

Le choix de l’échelle réalisé, l’emprise de la vue est s’affiche dans un cadre pré-défini. Il est ensuite possible de styliser sa carte par le choix de couleurs des lignes, du fond, ou par celui l’application d’un style de carte, parmi lesquels les suivants …

Exemples de stylisation d’une vue sur Grenoble (France)

L’encadrement de sa carte permet ensuite d’en profiter telle une œuvre d’art.

Grenoble, ma ville !

 

Cas n°2 de l’outil de cartographie/géovisualisation de données

Pour obtenir un fichier vectoriel issu d’OSM et utilisable dans une application de type Système d’Information Géographiques (SIG), webSIG et consorts, allez plutôt sur un site tel BBBike extracts OpenStreetMap par exemple.

Choisissez d’abord votre format de sortie, encore une fois en fonction de votre outil préféré, parmi la liste proposée – laquelle est très fournie. Renseignez également une adresse électronique, car l’application vous enverra un email pour vous informer lorsque votre jeu de données sera prêt à télécharger.

Recadrez ensuite la vue ou dessinez l’emprise de votre zone d’intérêt, puis attendez quelques secondes. L’application télécharge alors pour vous un ensemble de fichiers géoréférencés sur votre zone d’intérêt et au format demandé (donc pas seulement les routes). Vous recevez une archive .zip dont vous pouvez ensuite (re)travailler le style ou non.

Exemple d’extraction OSM sur Grenoble (Isère) : couches bâti et réseau routier

Exemple d’extraction sur Saint-Marcellin (Isère) : couches bâti et réseau routier

Vous réalisez ensuite a minima le design et la mise en page finale dans l’outil de graphisme de votre choix. Ci-dessous, récupération de shapefiles mis en forme dans QGis et Inkscape.

Cela étant, il y a quand même un avantage à passer par la seconde solution qui est de pouvoir récupérer un fichier géographique, donc muni d’une projection cartographique, avec lequel il va ensuite être possible de réaliser des analyses géographiques, spatiales… avant de réaliser la carte finale.

Pour aller plus loin dans l’analyse, il est possible de télécharger d’autres éléments d’occupation du sol de la ville d’intérêt, en utilisant l’API overpass turbo.

Overpass est un outil permettant de sélectionner des couches OSM relatives à une zone, par le biais de requêtes (l’application fournit un assistant de requêtes). Cela suppose toutefois une bonne connaissance des données OSM ainsi que de la structure du langage des requêtes API Overpass qui est spécifique à l’application (ce dernier est décrit dans le WIKI d’OSM).

L’intérêt d’Overpass est de pouvoir exporter soit les données brutes de OSM, soit un export en version graphique (.png) ou bien géonumérique dans différents formats (.geojson, gpx, .kml). A noter également la possibilité d’exporter une carte interactive ou de partager son lien d’accès.

Si les routes d’OSM peuvent être rapatriées depuis des API et autres webmaps, il est également possible de les mobiliser via des requêtes effectuées depuis des applications logicielles SIG telles QGIS, par exemple, à suivre…

 


Merci à Sylvain Genevois et Joseph Benita pour les suggestions de Mappin et d’Overpass.

 

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search