Géomagicien, géomathématicien, géomaticien ? Mais en fait c’est quoi ton job ?

«- Au fait, tu bosses dans quoi ?

– La géomatique.

– La géo-quoi ?

– Les sciences de l’information géographique.

– Ah… Ok. C’est quoi ? »

Voilà un échange que j’ai régulièrement à propos de mon métier de géo-magicien, pardon de géomaticien. Dans le cadre de l’initiative Séries Science, j’ai pu présenter de manière détendue les particularités de celui-ci.

– Séries Science, c’est quoi ?

– C’est un rendez-vous proposé aux personnels de l’Université Gustave Eiffel afin de présenter leurs travaux en les illustrant avec des extraits de séries télévisées.

Pour visualiser la vidéo, c’est ici.

Je me suis appuyé sur des extraits des œuvres suivantes :
Vampires en toute intimité (What We Do in the Shadows), film néo-zélandais de 2014
Washington Police (The District), épisode pilote de 2000
Parks and Recreation, épisode 9 de la saison 4 (2011)

La présentation se termine par une courte démonstration de cartographie avec le logiciel libre QGIS pour réaliser une carte de stocks, à partir de données que j’utilise régulièrement en cours.

– Mais pourquoi avoir choisi ces extraits ?

– Principalement parce qu’ils donnent à voir une certaine facette du métier de géomaticien. Dans un premier temps, la méconnaissance du métier par le grand public. Dans un deuxième temps, les aspects d’aide à la décision et d’appui aux politiques publiques. Le dernier extrait montre que la géomatique est partout autour de nous, parfois sans que nous le sachions.

Geodatabases and stuff

Le premier extrait est tiré de Vampires en toute intimité, il se se concentre sur Stuart et sa difficulté à expliquer son travail à ses amis et aux gens qu’il rencontre. Je ne sais pas comment les créateurs du film ont eu cette idée (très probablement de l’entourage proche d’un des scénaristes) mais cela tombe particulièrement juste. Personne ne connaît le métier de géomaticien mais tout le monde connaît Google Maps !

A noter que Stuart est régulièrement confondu avec un informaticien alors que de mon côté, je suis plus souvent assimilé à un géographe.

With backups

Les extraits suivants sont tirés de l’épisode pilote de la série Washington Police.

Le gendarme et l’hétérogénéité spatiale

Dans cet épisode Jack Mannion vient de prendre la direction des services de police de la ville de Washington D.C. Lors d’une réunion avec son équipe, il s’interroge sur le découpage des secteurs de police et des disparités entre ces secteurs. Certains secteurs sont très fortement pourvus (autour de la Maison Blanche et du Capitole mais aussi des quartiers riches), d’autres secteurs sont moins favorisés.

Les géographes ont un concept pour cela, l’hétérogénéité spatiale : la répartition dans l’espace des phénomènes observés n’est jamais homogène, certains endroits de l’espace verront un nombre de phénomènes supérieur à la moyenne du territoire observé, d’autres auront une quantité inférieure à la moyenne. Ces différences de répartition dans l’espace, qu’elles soient dues à des causes naturelles ou anthropiques, peuvent être étudiées.

 

 

Constatant le manque d’entrain de ses subordonnés à répondre à ces questions, Jack Mannion se met en quête du service Statistiques dans les sous-sols. Il y rencontre Ella Chambers qui s’occupe depuis plus de 15 ans des statistiques des forces de police de Washington. Le cliché du geek à l’aise avec les ordinateurs, caché au fond d’un couloir au sous-sol a encore de beaux jours devant lui.

La géomatique, votre atout beauté

Consciencieuse et professionnelle, Ella Chambers maintient à jour ses bases de données et les chiffres fournis. Séduit par le franc-parlé d’Ella Chambers, Jack Mannion demande à cette dernière de lui sortir des statistiques à jour comparant les crimes résolus et non résolus.

Dans l’extrait suivant, Jack Mannion a convoqué les chefs des différents secteurs de police afin de confronter les chiffres que ces derniers lui fournissent et la « réalité » du terrain. S’ensuit un débat houleux car la réalité n’est pas glorieuse.

Cette séquence est intéressante car Jack Mannion utilise les compétences d’Ella Chambers pour afficher sur un écran géant la cartographie de différents types de crimes. Grâce à cela, il donne à voir à son auditoire le message qu’il veut faire passer: « les calculs sont pas bons, Kévin » .

Penchons-nous un peu sur différents éléments de cette séquence.

Guerre des chiffres

En introduction, je parlais des « sciences de l’information géographique » pour parler de la géomatique. Je pourrais tout autant parler des « sciences des données géospatiales » pour dire la même chose. Et, si il est toujours satisfaisant de produire une jolie carte, il faut toujours se confronter aux données sous-jacentes. Ne pas hésitez à retourner à la source quand les données agrégées nous interpellent. C’est ce qu’a fait Jack Mannion en allant voir Ella Chambers et ce qui lui permet de tenir tête à son interlocuteur quand celui-ci lui assure de la qualité des chiffres concernant une baisse de la criminalité.

SIG métier

L’outil utilisé par Chambers et Mannion se rapproche de COMPSTAT, un Système d’Information Géographique (SIG) développé par la ville de New York dans les années 90. Capable d’interroger des bases de données et d’afficher les résultats sur une carte, COMPSTAT s’intéresse aux crimes. Quand un SIG s’intéresse à un domaine particulier (criminalité, réseaux humides ou secs, urbanisme, etc.), et généralement avec des fonctionnalités dédiées, nous parlons alors de SIG métier.

Jeu d’échelles

En demandant à Ella Chambers d’afficher le district, de zoomer sur un endroit particulier, puis sur un croisement particulier, Jack Mannion joue avec les échelles. Ainsi, avec un SIG, il est possible de s’intéresser à une observation précise mais aussi à ceux de tout un territoire ou d’une partie de celui-ci. Dans certains cas, les dynamiques locales sont différentes des dynamiques globales et ces jeux d’échelles permettent de s’en rendre compte.

Croisement de données

Jack Mannion utilise la possibilité de l’outil d’afficher plusieurs couches d’information simultanément pour croiser des données, par exemple les crimes résolus et ceux non résolus. La carte qui était parsemée de points blancs se couvre alors de rouge. Les SIG peuvent ainsi analyser l’hétérogénéité spatiale d’un phénomène mais aussi de comparer celles de plusieurs phénomènes.

Et la tendresse l’analyse spatiale, bordel ?

N’ayant jamais utilisé COMPSTAT, je ne peux présumer des fonctionnalités proposées par l’outil mais Jack Mannion ne fait que montrer des empilements de couches sans tenter de calculer des indicateurs spatiaux.

Considérant que Jack Mannion dispose des données non agrégées et de la position géographique de chaque observations, une analyse des semis de points aurait été possible. Il aurait pu tenter de s’affranchir des limites des secteurs de police à l’aide d’un maillage régulier, de trouver des « points chauds »  avec un lissage spatial.

If you think that’s bad, go to Google Earth and type in your adress!

Le dernier extrait est un dialogue entre deux personnages de la série Parks and Recreations : April Ludgate and Ron Swanson. Ron interroge April au sujet d’une publicité personnalisée sur un site commercial. Celle-ci lui apprend qu’à l’aide de cookies les sites commerciaux sont capables d’apprendre des choses sur lui. Ron en est choqué, et, pour enfoncer le clou, April lui conseille de saisir son adresse dans Google Earth.

Cet extrait permet d’illustrer qu’il est possible d’utiliser la géomatique (par exemple Google Earth) sans même sans apercevoir et avec un minimum de connaissance. Mais surtout il illustre le fait que même des données géolocalisées peuvent être collectées à notre insu.

Si la question de la collecte de vos données personnelles par des groupes privés vous intéresse, je ne peux que vous recommander le documentaire DISPARAÎTRE – Sous les radars des algorithmes disponible sur Arte.tv.

Conclusion

Présenter son métier à l’aide d’extrait télévisé est un exercice plaisant et j’espère que l’expérience aura été enrichissante et qu’au prochain repas de famille, vous pourrez épater votre beau-frère Jean-Michel Sait-tout : « Au fait tu sais ce que c’est la géomatique, toi ? »

 

P.S. : Si, malgré cette démonstration, vous ne croyez toujours pas que géomagicien c’est un vrai métier, sachez c’est qu’il existe une fiche ROME !

Billets liés :
– Nicolas Lambert, 2021, Et sinon, tu fais quoi dans la vie ?
– Nicolas Lambert, 2019, Pas de stocks en aplat !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search