Migrexplorer l’émigration ukrainienne

Les populations ukrainiennes sont actuellement jetées sur les routes de l’émigration en raison d’une guerre totalement injuste et asymétrique, à laquelle elles sont confrontées. Certains observateurs des données ont d’ailleurs mentionné que plus d’un million de personnes ont émigré depuis le début des attaques russes. D’autres cartographient, au fil de l’eau, si on peut dire, ces mouvements de populations associés aux enjeux géopolitiques qu les sous-tendent.

Avant cela, il nous semble intéressant de s’interroger avant tout sur l’émigration ukrainienne récente.

Les ukrainien.ne.s d’aujourd’hui ont-ils eu l’habitude d’émigrer ?

Une « bonne carte » valant plus qu’un long discours, pour paraphraser Napoléon, nous allons utiliser les outils de la famille MigrExploreR pour examiner cette émigration ukrainienne récente – celle des trente dernières années.

MigrExploreR est un outil de géovisualisation spatiotemporelle des effectifs mondiaux de migrants.  Elle participe d’une famille d’applications cartographiques en ligne [Voir une présentation] développée en R et portée sur le web via le package Shiny [voir code source]. Migrexplorer permet de représenter, par des symboles proportionnels dont il est possible de faire varier la taille, le nombre de migrants (ou de migrantes) pour un pays donné, un groupe de pays ou pour l’ensemble des pays du monde, selon leur genre et à une ou plusieurs dates. 

L’objectif de ce court point est de poser les éléments de l’émigration ukrainienne récente, de manière à pouvoir éventuellement la comparer, ultérieurement et le cas échéant, avec l’émigration actuellement en cours, en lien avec la question de l’accueil des réfugiés en Europe.

Rappelons que, à propos de la migration afghane [voir ce billet], le président de la république française avait mentionné dans son allocution du 16 août [écouter] que « (…) la déstabilisation de l’Afghanistan risque également d’entraîner des flux migratoires irréguliers vers l’Europe (…) et l’Europe ne doit pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle ».

 

Qu’en est-il exactement de l’émigration récente ukrainienne ?

En 2019, près de 6 millions d’Ukrainien.ne.s résident dans un pays autre que le leur. Le premier pays d’accueil de ces populations étant … la Fédération de Russie. A noter que l’inverse est également vrai : la première nationalité des immigrant.e.s en Ukraine étant la Fédération de Russie, c’est dire si leur volume migratoire bilatéral (sommes des flux de l’Ukraine vers la Fédération de Russie et inversement) est important, témoignant de relations pour le moins intense, au sens propre.

Figure 1. les flux de l’émigration ukrainienne en 2019

Accéder à MigrExplorer3 pour explorer ces flux

Si la Russie focalise largement les flux d’émigration ukrainiens en 2019, le solde migratoire est toutefois positif pour l’Ukraine. Cela signifie que l’Ukraine a accueilli plus de Russes que la Fédération de Russie n’a accueillie d’Ukrainiens). L’Ukraine semble d’ailleurs jouer le rôle de pays d’accueil des ressortissant.e.s. de l’Europe de l’est avec lesquels la balance lui est positive : c’est aussi le cas avec la Biélorussie et l’Ouzbékistan qui figurent parmi les dix premiers pays de l’émigration ukrainienne.

Figure 2. Les dix premiers pays d’émigration ukrainienne en 2019

Il faut dire que l’émigration ukrainienne apparaît assez variée spatialement, concentrée dans l’hémisphère nord. En effet, d’après les données des Nations unies qui sont intégrées dans les applications MigrExplorer, les États-Unis étaient le second pays d’accueil en 2019, suivis par le Kazakhstan (voir ci-après les statistiques d’émigration des dix premiers pays d’émigration) puis par des pays européens  : l’Italie en quatrième position est suivie de l’Allemagne).

Figure 3. Émigration ukrainienne en 2019

Cette situation n’est pas récente, la carte de l’émigration ukrainienne présente des motifs pour le moins assez constants.

Les populations ukrainiennes émigrent-elles beaucoup dans leur ensemble ?

Pour répondre à cette question, examinons la temporalité (1990-2000) de cette migration, à l’aide de MigrExplorer Trends.

Figure 3-1. Temporalité de l’émigration ukrainienne entre 2000 et 2019

Si l’émigration ukrainienne est constante depuis les vingt dernières années à 11,3 % alors que la population totale à perdu 4 millions d’individus sur la période, on observe toutefois une légère baisse à -2,1% lorsqu’elle mesurée depuis 1990 (la population ayant également baissé de près de 6 millions).

Figure 3-2. Temporalité de l’émigration ukrainienne entre 2000 et 2019

Billets liés :


Citation :
Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2022) Migrexplorer l’émigration ukrainienne depuis , Carnet de recherches Néocartographiques, URL :https://neocarto.hypotheses.org/14328



Citer ce billet
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (2022, 8 mars). Migrexplorer l’émigration ukrainienne. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrkt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search