Cartographie du métissage de peau

En 2001, Ingrid Mwangi, artiste plasticienne germano-kényanne, née à Nairobi en 1975, réalise un duo d’œuvres cartographiques sur le thème du métissage de peau.  

Les oeuvres Static Drift 1 and 2 (Dérive statique 1 et 2) – 75 x 110 cm chacune sont visibles au National Museum of Women in the Arts de Washington. Elles peuvent être téléchargées en pleine résolution ici sur le site de l’artiste.

Ces œuvres sont des photographies du propre corps de l’artiste utilisé comme support de deux cartographies obtenues au pochoir : l’une de l’Afrique et l’autre de l’Allemagne.

Mwangi Hutter. Static Drift, 2001  
Germany Africa

Source : Static Drift

La carte de l’Afrique (à droite) présente une couleur claire sur un fond sombre tandis que celle de l’Allemagne (à gauche) est plutôt sombre sur un corps plus clair. L’Afrique dévoile un texte courbe et transversal au continent « Bright Dark Continent », directement repris du « (…) langage raciste des premiers explorateurs qui la qualifiaient de ‘’continent noir’’ ». Si l’Afrique apparaît mise en lumière, c’est pour mieux évoquer sa colonisation et renverser l’image colonie/colon qui conduit l’artiste à assombrir la figure du colon, en l’occurrence l’Allemagne et de l’assortir d’un texte horizontal « Burn out country » (pays du burn out).

Cette mise en scène fortement évocatrice de la relation entre les grandes puissances européennes et l’Afrique décrit avec force la volonté d’en souligner les conséquences actuelles. Ce jeu sur les effets d’un bronzage questionne en effet la complexité d’un métissage afropéen (différant de la situation américaine), « (…) de l’identité biraciale, ainsi que les concepts d’appartenance » (collectif, 2021) appréhendés par la couleur de peau, en jouant avec justesse sur les variations d’une peau métissée en fonction de son exposition solaire.

Le jeu de lumière obtenu sur ce corps de femme pourtant non blanche semble par ailleurs illustrer une situation bien réelle, bien que en apparence paradoxale : la situation vécue par la personne métisse dans le monde actuel, à savoir, l’appartenance systématique à une minorité visible pour n’avoir jamais la couleur de peau majoritaire dans la société. Elle est en effet perçue soit plus foncée, soit plus claire que la population majoritaire, respectivement en Europe et en Afrique, par conséquent toujours perçue comme venant d’ailleurs, étant l’enfant d’autres. Dans les deux cas, cette position d’entre-deux l’empêche de se vivre pleinement comme étant d’ici ou de la-bas, c’est-à-dire comme une noire en Afrique ni comme une blanche en Europe.

Il est intéressant de noter par ailleurs que ces deux territoires fondant l’identité de l’artiste, l’Afrique et l’Allemagne, ne sont pas choisis au hasard puisqu’ils évoquent les parents de l’artiste. Le Kenya, terre paternelle et terre natale, est fusionné ou assimilé à l’Afrique toute entière, comme s’il ne saurait avoir d’existence propre, pour lui-même tandis que la seconde nation, l’Allemagne, celle de sa mère, est présentée de manière isolée (comme une île, diraient des cartographes), soulignant l’identité géographique propre d’une grande nation Européenne.

Cette idée de fusion des corps et des terres, des couleurs et des peaux apparaît chère à l’artiste puisqu’elle a fusionné sa propre identité d’artiste à celle de son conjoint, Robert Hutter, également artiste. Tous deux sont désormais dénommés : IngridMwangiRobertHutter (en un seul mot).

Je suis IngridMwangiRobertHutter. Et j’essaie de développer une conscience dans laquelle je possède ces deux corps. Ainsi, lorsque je fais de l’art, je mets ce corps blanc masculin en relation avec ce corps “noir” féminin. C’est très excitant, car nous avons affaire à la matérialité du corps. Cela élargit la portée de l’ensemble du thème : pour moi, le concept vient de la vie….
Lire la suite…

Références consultées :
mwangihutter.art
International Museum of Women
– Collectif (2021), Artistes africains. 1882 à aujourd’hui. Phaidon. Beaux Arts. 352 p.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Françoise Bahoken (12 février 2022). Cartographie du métissage de peau. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrkp


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search