La jointure en Cartostats

Pour les personnes qui débutent en cartographie, je dépose ici ce graphique initialement réalisé pour mes étudiant.e.s de niveau L1/L2 afin de leur expliquer pourquoi/comment faire cette fameuse jointure sans laquelle il n’est pas[1] possible de représenter des données statistiques qui sont disponibles dans un fichier distinct du fond de carte – parce que ce fichier contient des données qui résultent de traitements réalisées par ailleurs, et est disponible au format d’un tableur ou d’un fichier texte (.txt, .csv par exemple).

A quoi ça sert ?

Réaliser une jointure est une opération fondamentale en cartographie statistique qui sert à distinguer les entités spatiales à représenter, les unes par rapport aux autres.

Il s’agit alors de répondre à la question suivante :
« Quelle est la variable contenant le code permettant d’identifier (le code identifiant) de manière unique et indubitable les entités spatiales à représenter par un (ou plusieurs) caractère(s) donné(s) ? »

En quoi consiste une jointure ?

La jointure dont il est question[2] ici consiste à apparier (mettre en relation) les informations géographiques et statistiques disponibles sur une zone d’étude dans l’objectif de réaliser une carte thématique. Elle peut être attributaire ou spatiale.
La jointure attributaire s’appuie sur l’appariement de données géographiques territoriales et statistiques contenues dans un tableau externe, tandis que la jointure spatiale s’appuie sur l’appariement d’informations géographiques en fonction de leur localisation.
Seule la jointure attributaire est présentée ci-dessous.

La jointure attributaire

La jointure attributaire consiste à apparier une information statistique (le tableau de données) collectée à un échelon donné (celui des départements, par exemple) à une information géométrique/géographique (le fond de carte) disponible à la même échelle (celle des départements).

Ce code, qui est une variable qualitative exhaustive, présentée souvent au format alphanumérique, est à rechercher dans les deux jeux de données statistiques et géographiques. Il s’agit de la variable dont les modalités sont similaires, même si leurs intitulés diffèrent.

Dans l’exemple ci-dessous le code identifiant les entités est mentionné en rouge dans les deux cas. Il correspond au caractère intitulé ‘ID’ dans le fichier géographique (ce code peut être trouvé dans le .dbf associé au shapefile par exemple) et au caractère ‘CODE’ du tableau de données.

Schéma d’une jointure attributaire

A noter que l’opération de jointure s’applique à tous les types d’information géographique, quel que soit leur mode d’implantation : ponctuelle, linéaire ou aréale.

Précision pour les données de flux origine-destination
Pour réaliser une carte de flux/réseaux qui va s’appuyer sur une implantation  bi ponctuelle (un couple de lieux ou sur une dyade), il convient de réaliser une double jointure : la première pour apparier les entités géographiques aux lieux d’origine et la seconde pour les apparier aux lieux de destination.

Que se passe t’il après une jointure ?

Après une jointure, quelle que soit son type, les données statistiques sont toutes (ou partiellement, si l’outil permet de les sélectionner) transférées dans le fichier géographique (tables jointes, sur la figure précédente), ce qui va autoriser leur cartographie.

Les outils de cartographie offrent généralement la possibilité de réaliser les jointures simples ou doubles, en amont de la cartographie (sauf Kepler.GL qui nécessite une matrice origine-destination sous la forme d’un fichier joint).

Que faire après, si l’on est dans magrit par exemple ?

Dans magrit, l’étape suivante consiste à typer les données, c’est-à-dire à déclarer le format des différentes variables disponibles dans les jeux de données et qui sont susceptibles de faire l’objet d’une représentation cartographique. En cas de doute sur un caractère, le déclarer en « inconnu ». A noter que les caractères quantitatifs relatifs ou continus (taux, indices) sont de type « ratio ».

A-t-on toujours besoin de réaliser une jointure pour cartographier des données statistiques ?

En réalité non : certains outils tels les Systèmes d’information géographiques (QGIS, ArcGIS, …) permettent de spatialiser puis de représenter des données de stocks, taux et flux disponibles dans un tableau, sous réserve que leurs coordonnées géographiques (pour les fichiers textes de type .csv) et/ou leur géométrie (pour les fichiers géographiques de types . shp ou .geojson) figurent déjà dans le fichier de données à représenter.

 


[1] La cartographie sera toutefois possible si les données à représenter sont contenues dans le fichier d’information géographique.
[2] Seule la jointure réalisée sans requêtage (type SQL) associé, pour générer d’éventuelles sous-populations d’entités, permettant d’apparier des informations géographiques et statistiques disponibles dans des fichiers distincts, est présentée dans ce billet.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Françoise Bahoken (3 décembre 2021). La jointure en Cartostats. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrkn


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thierry Joliveau dit :

    Merci pour cette explication claire de la jointure. Avec ton autorisation, je veux bien reprendre le schéma dans mes supports de cours.
    Une petite remarque : je pense qu’il y a une coquille dans ce passage :
    “La jointure attributaire consiste à apparier une information statistique (le fond de la carte) collectée à un échelon donné (celui des départements, par exemple) à une information géométrique/géographique (le fond de carte) disponible à la même échelle (celle des départements).”
    Il me semble qu’il faut remplacer la première occurrence “(le fond de la carte)” par : “(le tableau de données)”

    • Françoise Bahoken dit :

      Bonjour Thierry et merci pour ce commentaire.
      Il s’agit bien d’un tableau de données qu’on apparie à un fond de carte : je voulais en fait faire un petit jeu de mot sur fond de carte/fond de la carte, mais cela n’est apparemment pas clair. Je modifie donc le billet en fonction de ta suggestion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search