Et sinon, tu fais quoi dans la vie ?

Et toi, qu’est ce que tu fais comme métier ? Voilà une question qui me met bien souvent dans l’embarras, quand au détour d’une conversation, je suis amené à devoir raconter ce que je fais dans la vie. La conversation prend souvent la tournure suivante :

– Et sinon, tu fais quoi dans la vie ?
– Je suis cartographe.
– …
– …
– Tu travailles à l’IGN ?
– Non, au CNRS
– Heu, c’est où le CNRS ?
– Un peu partout, dans les universités la plupart du temps.
– Ah… Mais, tu fais des cartes sur quoi ? Il y a encore des choses à cartographier ? Des îles ? Quoi ?
– En fait, je ne cartographie pas le terrain, je cartographie surtout des données statistiques.
– …
– …

Difficile en effet de faire comprendre ce qu’est aujourd’hui la cartographie (ou pire encore, la géographie). Alors essayons d’expliquer un petit peu plus mon métier. Et pourquoi c’est une activité ô combien passionnante.

Exploration et communication

Tout d’abord, ce qu’on peut dire, c’est que la carte, c’est bien souvent le point de départ et le point d’aboutissement du travail en géographie. On commence par une carte pour explorer les données. On finit par une carte pour expliquer et montrer nos découvertes géographiques de la façon la plus claire et la plus pédagogique possible. Attentions, quand je parle de découvertes géographiques, je ne parle pas de la découverte d’un archipel perdu au milieu de l’océan Pacifique. Non, je parle de découvrir une logique dans la répartition d’un phénomène spatial. Les marchands d’armes se situent plutôt au Nord. Les guerres plutôt au sud. Il y a une relation entre le vote RN et la proximité des gares. Ou sont les morts du Covid ? Etc. Visualiser l’organisation géographique d’un phénomène social permet de comprendre quelles en sont les logiques sous-jacentes, de formuler et tester des hypothèses.

Une langue vivante

Pour visualiser les données statistiques sur des cartes, on va alors mobiliser un langage bien particulier : la sémiologie graphique. Le but ? Utiliser des signes graphiques pertinents pour retranscrire un maximum d’information de telle sorte que le message de la carte soit compris par le lecteur en un minimum de temps. Pour cela, le cartographe a à sa disposition un vocabulaire graphique – taille, couleur, textures, etc – qu’on regroupe sous le nom de variables visuelles. Pour bien manipuler ces variables graphiques, il est toujours nécessaire de bien savoir quel type de donnée on manipule car celui détermine assez largement les façons de construire les cartes. Pas si simple. Mais fort heureusement, tout cela a été théorisé par de nombreux chercheurs à travers le monde depuis bien longtemps, et synthétisé de façon magistrale dans les années 60-70 par le français Jacques Bertin, dont les travaux font encore référence aujourd’hui. Mais rien n’est figé et le travail se poursuit. De nouvelles représentations graphiques sont inventées régulièrement par des chercheurs ou des ingénieurs en « data visualisation ». D’autres représentations sont quant à elles contestées, remises en cause. Bref, la cartographie est une langue vivante.

L’art de la simplification

Par ailleurs, ce qu’il faut bien avoir en tête, c’est qu’on ne peut pas tout mettre sur une carte. Et oui. Imaginez une carte qui représenterait tout. Une carte à l’échelle 1/1 qui viendrait se superposer point par point au terrain qu’elle représente. Au delà de l’impossibilité de réaliser une telle carte, non maniable, jamais à jour, elle serait surtout bien inutile. Non. Faire une carte ce n’est pas représenter le réel qu’on a devant les yeux. C’est en donner une clé d’interprétation via un processus de schématisation. Simplifier de réel, c’est chercher à le comprendre. Ainsi, en cartographie, on ne dessinera pas chaque île microscopique, chaque micro relief, tout simplement parce que cela alourdirait la carte. On simplifira donc les tracés. De même, on représentera les phénomènes sociaux avec des données qui n’en sont qu’une approximation réductrice. Impossible de représenter la complexité de la vie réelle de chacune des personnes qui habitent sur la planète. Alors on utilise des données statistiques, on les agrège dans des mailles (communes, départements, régions, pays, bassins versants, …) et on fait des calculs statistiques. Bref, on simplifie, on schématise, on classe, on hiérarchise, on « caricature » honnêtement le réel pour rendre visible une cohérence, un sens, une organisation spatiale. La carte n’est pas le territoire.

Sur la carte ci-dessous par exemple, chaque pays est symbolisé par un simple rectangle plus ou moins allongé selon la forme réelle du pays. Leur taille est proportionnelle soit à la surface du pays, soit au nombre d’habitants qu’ils contiennent. Puis, les rectangles sont écartés automatiquement les uns des autres jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de superpositions. Ce qui est intéressant ici, c’est que même en faisant disparaître le fond de carte, l’image ainsi formée laisse deviner l’espace mondial assez clairement, alors même que les pays ne sont pas à leur position exacte et que leurs tracés ont été simplifiés à l’extrême. Émerge alors une image épurée, sans artifices, sans information superflue, qui montre l’information brute. Ceci est évidemment un exemple parmi 1000 autres possibilités graphiques à imaginer.

Le pouvoir des cartes

En définitive, toute carte est un acte de création. Un pouvoir créatif. Et même si le terreau méthodologique sur lequel se bâtissent les cartes est éminemment scientifique, aucune carte ne peut réellement prétendre être absolument objective. Car faire une carte, c’est toujours faire des choix. Choix des données, des traitements, choix graphiques, choix de projection, d’emprise, choix des mots, des couleurs, etc. Le rôle d’un cartographe, au-delà de la maîtrise technique nécessaire, c’est donc de faire en sorte que ceux-ci soient le plus éclairés possibles. Les plus honnêtes possibles. Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités…


NB : Ce texte a été publié initialement sur le site du journal l’Humanité [voir]. Les codes sources de la carte sont disponibles sur mon carnet Observable [voir]. 

 

 


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search