Cartographier la compétition économique mondiale

Aujourd’hui, dans Néocarto, nous accueillons Arnold Platon qui est diplômé en architecture et travaille actuellement en tant que projeteur 3D en France. Arnold réalise à son compte (voir exemples) des projets de dataviz et de cartographie sur des thèmes liés à l’Europe (surtout l’Union Européenne), sur son pays d’origine (la Roumanie), sur les langues et sur l’étymologie. Nous lui laissons la parole.


Depuis peu apparaissent, particulièrement dans les publications dites « anglo-saxonnes », des comparaisons cartographiques de la République Populaire de Chine et des États-Unis vues à travers le prisme des échanges commerciaux mondiaux.

Le schéma proposé est simple : on prend le commerce (le volume total de marchandises) de chaque pays du monde réalisé avec les États-Unis et la Chine et on compare les deux valeurs : si le commerce avec la Chine est plus important, alors le pays est coloré en rouge, sinon il est en bleu.

Quel que soit le cas, la carte montre une influence commerciale de la Chine : elle est décrite en pleine croissance surtout face aux pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine et même d’Europe.

Deux exemples récents :

Source : The Economist, 07-2021.

Source : Financial Time, 02-2020.

Même si ces cartes sont attirantes au niveau visuel, les représentations du monde qu’elles proposent posent deux gros problèmes qui devraient nous mettre en garde.

Problème no. 1: le « réductionnisme »

Le « réductionnisme » concerne à la fois les données et les acteurs représentés.

Au niveau des données cartographiées, ces cartes décrivent des échanges de marchandises, donc des services – un autre élément important des échanges commerciaux, surtout pour les pays occidentaux – qui est souvent oublié.

Ensuite, en excluant les autres acteurs commerciaux, la complexité des échanges de chaque pays est gommée. De plus, les autres acteurs économiques qui sont importants à l’échelle mondiale (tels que l’Union Européenne) ou même à une échelle régionale (l’Inde, l’Afrique du Sud, etc.) sont invisibles.

Source : Visual Capitalist, 01-2020.

Problème no. 2: le spectre du « péril jaune »

Cette vision cartographique centrée sur les États-Unis et la Chine, présentés comme les deux seuls acteurs en étroite compétition, nous renvoie aussi à l’image mentale de type « guerre froide » avec une menace provenant cette fois-ci d’une puissance asiatique.

La couleur rouge, probablement choisie en référence à la couleur dominante du drapeau chinois, est aussi une teinte qui attire l’attention, qu’on associe très vite avec le péril : elle vient renforcer l’idée d’un danger chinois.

Le rouge alimente aussi l’anxiété autour du déclin de l’Occident, en général, mais aussi, plus particulièrement, de la perte de la position hégémonique des États-Unis. Le développement économique du Japon dans les années 70’ et l’émigration chinoise de la fin du 19e / début du 20e siècle ont également généré des peurs (civilisationnelles et/ou raciales) au sein des sociétés occidentales face à un potentiel « péril jaune ».

Cela explique pourquoi j’ai fait le choix de refaire ces cartes pour montrer comment l’inclusion d’autres acteurs économiques mondiaux pouvait changer notre vision de ces échanges commerciaux.

Source : Arnold Platon, 2021.

Inclure les autres puissances commerciales, comme solution aux problèmes

L’inclusion de l’Union Européenne par exemple, en tant que puissance commerciale, va complètement changer l’image déclinante de l’occident apportée par ces cartes. La carte ci-dessous montre en effet que le commerce international n’est pas vraiment en train d’être « conquis par la Chine ». À la suite de la publication par l’auteur de cette animation, dans le style du Financial Times, la publication elle-même a créé, fin 2020, une carte plus réaliste, avec l’inclusion de l’UE et du Japon.

Source : Financial Time, 12-2020.

 

Et juste pour faire un exercice de prospective, on pourrait même aller plus loin en imaginant une contre-déformation cartographique. Si on comparait la Chine avec les deux puissances commerciales occidentales (les États-Unis et l’Espace Économique Européen), on verrait la position toujours dominante de ce qu’on appelle « l’Occident », même si la croissance économique et commerciale de la Chine est une réalité.

Arnold Platon
Dataviz Freelancer

 

 


Sources :

 Financial Times :
« How to navigate the US-China trade war »
« Tomorrow’s world in charts: Gen Z, climate change, China, Brexit and global trade »

The Economist :
« Joe Biden is determined that China should not displace America »

Visual Capitalist :
« How China Overtook the U.S. as the World’s Major Trading Partner »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search