Migrexplorer la migration afghane

Le président de la république française a mentionné dans son allocution du 16 août [écouter] faisant suite à la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan que « (…) la déstabilisation de l’Afghanistan risque également d’entraîner des flux migratoires irréguliers vers l’Europe (…) et l’Europe ne doit pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle ».

Soit. Qu’en est-il exactement ?

Cette déclaration appelle en effet plusieurs interrogations, parmi lesquelles celles-ci :

– est-ce que l’Europe a déjà assumé à elle seule les conséquences d’une situation similaire en Afghanistan ?

– des personnes de nationalité afghane ont-elles massivement migré par le passé vers l’Europe ? Vers la France ? Et si oui, dans quelles proportions ?

– sommes-nous (en France) dans une situation de « risque » face à une immigration afghane qui serait massive ?

Speak with data & maps !

Pour répondre à ces questions, plutôt que de dérouler un long discours hors sol, il est possible d’explorer les migrations afghanes passées en visualisant des cartes et tableaux factuels. Les documents présentés, que nous proposons de commenter, en jouant avec l’application Migrexplorer,

MigrExploreR est un outil de géovisualisation spatiotemporelle des effectifs mondiaux de migrants et migrantes, participant d’une famille d’applications cartographiques en ligne [voir] développée en R et portée sur le web via le package Shiny [voir code source].

L’application permet de se représenter, par des symboles proportionnels dont il est possible de faire varier la taille, le nombre de migrants (ou de migrantes) pour un pays donné ou pour l’ensemble des pays [voir] du monde, selon leur genre et à une ou plusieurs dates [voir].

Observons l’émigration depuis l’Afghanistan à différentes dates, à commencer par 2019 et avant la pandémie (voir Carte 1).

Carte 1. Émigration afghane en 2019

En 2019, un ensemble de 5121 personnes de nationalité afghane résident dans un pays autre que le leur. Les trois premières nations qui les accueillent sont la République Islamique d’Iran avec 2,3 millions de personnes, le Pakistan avec 1,5 millions et l’Arabie Saoudite avec 469 324 personnes.

Le tableau ci-dessous présente les dix premiers pays de destination de migrants et migrantes provenant d’Afghanistan.

Tableau 1. Top 10 des pays d’accueil d’émigrés de nationalité afghane en 2019

En 2019, le premier pays européen d’accueil de populations afghanes est l’Allemagne, située au 4e rang avec 208 732 personnes ; elle est suivie par les États-Unis, avec 80 026 personnes. La France du président Macron est quant à elle située au … 23e rang, avec 6 887 personnes afghanes accueillies (voir tableau 2).

Tableau 2. Position de la France dans l’accueil d’émigrés de nationalité afghane en 2019

Cette dramatique situation afghane s’était déjà produite il y a vingt ans, à la suite de la guerre d’Afghanistan de 2001-2014 qui jetta sur les routes des millions de femmes, d’hommes et d’enfants.

Les données des Nations Unies utilisées dans MigrExporer étant quinquennales et non annuelles, il est possible d’explorer la migration Afghane en 2000 et en 2005 (voire plus tard en 2010, 2015, 2020).

Si l’on s’en tient au début de la période, que l’on soit en 2000 (voir Carte 2) ou en 2005 (Carte 3), les mêmes pays qu’en 2020 participaient déjà de l’accueil des migrants et migrants Afghan.ne.s à savoir l’Iran, l’Arabie Saoudite, le Pakistan et l’Allemagne comme premier pays européen.

En 2000, 4,6 millions de personnes de nationalité Afghane résident à l’étranger (Carte 2).

Carte 2. Émigration afghane en 2000

Le premier pays d’accueil européen est l’Allemagne qui compte 69 794 résident.e.s afghans, elle est suivie par les Pays-Bas et le Royaume-Uni (voir tableau 3).

Tableau 3. Position des premiers pays européens dans l’accueil d’émigrés de nationalité afghane en 2000

Il est indéniable que la France contribue, comme d’autres pays d’Europe, à l’accueil de populations d’origine afghane ; elle est d’ailleurs placée à la 6e place avec 3 563 personnes accueillies en 2000.

Observons maintenant la situation en 2005, quelques années après le début de la guerre d’Afghanistan de 2001-2014.

Carte 3. Émigration afghane en 2005

En 2005, 3,8 millions personnes de nationalité Afghane résident à l’étranger, soit un peu moins qu’avant le début de la guerre.

Le premier pays d’accueil européen est toujours l’Allemagne, avec 75 824 résidents de nationalité afghane qui y résident, soit plus qu’en 2000 (alors que le nombre total de migrants à baissé) ; elle est toujours suivie par les Pays-Bas puis par la Suède (voir tableau 4).

Tableau 4. Position des premiers pays européens dans l’accueil d’émigrés de nationalité afghane en 2005

La France qui accueille effectivement des populations migrantes en provenance d’Afghanistan est passée de la 16e à la 18e place mondiale entre 2000 et 2005. Elle occupe en 2005 la 7e place européenne avec 3409 personnes accueillies (tableau 4).

 


Billets liés :


Citation :
Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2021) Migrexplorer la migration afghane en 2000, 2005 et 2019, Carnet de recherches Néocartographiques, URL :

 



Citer ce billet
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (2021, 18 août). Migrexplorer la migration afghane. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrkh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search