L’image des flux spatialisés dans le geoweb

L’apparence des cartes thématiques et leur style sont fondamentaux dans la réception du message qu’elles véhiculent. La communication d’une information de flux par voie cartographique, y compris sur le support géonumérique, ne saurait se départir de la sémiotique qui permet de rendre les cartes (du web) signifiantes.

Il importe en effet de rappeler l’importance du langage dans la transmission de l’information en général qui s’appuie sur les composantes de l’image (implantation spatiale), celle des types de flux mis en carte. Aussi le rôle joué par la composante de l’image et l’application de variables rétiniennes aux formes graphiques linéaires perçues.

La linéarité perçue des flux cartographiés

Les cartes correspondantes relèvent en effet des mêmes principes que celles fondées sur des figurés ponctuels ou surfaciques. Cependant, parmi les trois modes usuels d’implantation spatiale que sont le point, la ligne et la surface, la transcription des déplacements requiert a minima deux entrées spécifiques : le bipoint et la ligne et cela, indépendamment du fait que leurs géométries respectives soient linéaires.

En effet, du point de vue de la représentation, si l’expression graphique des flux ordinaires et les flux affectés sur réseaux (décrivant un mouvement des transports) ont sensiblement la même apparence visuelle (un ensemble de lignes), c’est parce qu’elles s’appuient sur les mêmes géométries : des (multi)lignes, alors que leurs composantes sont fondamentalement différentes (bi ponctuelles et linéaires). Le fait de s’appuyer sur un bipoint ou sur une ligne comme géographie en entrée n’est pas sans conséquences sur les possibilités de cartographie envisageables et sur l’interprétation (flux/mouvement) de la carte.

La ligne, lorsqu’elle est disponible, correspond au réseau de transport sous-jacent (qui servira de support à la représentation du trafic mesuré, donc d’un flux affecté) et si non, cette même ligne perçue est une approximation graphique – sous la forme d’une ligne droite – du trafic ou de la quantité déplacée entre deux points (formant un couple d’origine – destination) que l’on représente formellement pas un bipoint.

La figure ci-dessous reprend la proposition de présentation des éléments de la sémiologie cartographique sur le géoweb (Mericskay 2016), en l’étendant pour considérer les deux types de cartes de flux : affectés ou non sur des réseaux. A noter que la figure de  Zanin et Trémelo (2003) présentée ici pourrait également faire l’objet d’une extension similaire.

Le bipoint comme composante de l’image des flux ordinaires

Cette image introduit le bipoint comme une modalité de l’implantation spatiale ponctuelle, là où l’implantation linéaire est une modalité principale. Cela porte à quatre le nombre d’objets (géo)graphiques élémentaires pouvant être mobilisés a minima (le point, le bipoint, la ligne et la surface). Rappelons que Goodchild & al. (2007) en avaient précédemment présentés cinq : le point, la ligne, la surface, le volume et l’entité floue ; et mobilisaient un géodipôle.

Cette figure décrit également les géométries associées aux quatre modes d’implantation spatiale, pour renforcer cette différence conceptuelle entre flux et flux affectés sur réseaux spatiaux.
Les géométries sont appréhendées comme un caractère qualitatif nominal exhaustif. Assimilable à l’identifiant des objets géographiques, ce dernier ne nécessite pas de sémiologie particulière.
Le croisement des lignes (implantation spatiale) et colonnes (caractère statistique) permet de visualiser les différentes images des flux ou réseaux spatiaux envisageables, toutes obtenues avec les principaux outils actuels.

L’image des flux spatialisés dans le geoweb

Image des flux dans le geoweb

Type d’implantation, de caractère et de représentation des flux

Ainsi, si on récapitule la lecture de cette image :

  • la représentation d’un caractère quantitatif discret (orienté) entraîne le dessin d’une ligne (ou une flèche) de largeur proportionnelle à la quantité ;
  • la représentation d’un caractère quantitatif continu conduit à tracer un figuré linéaire puis à nuancer sa teinte en appliquant une discrétisation effectuée sur une variable continue ;
  • la représentation d’un caractère qualitatif catégoriel consiste à colorer les figurés linéaires dans des tons différentes qui sont fonction d’une classe d’appartenance qualitative ;
  • la représentation d’un caractère qualitatif ordinal revient à représenter une distribution de valeurs de flux ordonnées en adaptant la sémiologie des sommets de manière à traduire la hiérarchie des lieux issues d’une analyse de type de flux majeurs / dominants.

Une mobilisation inappropriée de l’une ou l’autre dimension de la figure est susceptible de communiquer un message erroné, voire de conduire à une mésinterprétation de la carte qui peut être préjudiciable pour l’analyse des flux représentés.


Références mentionnées :
Goodchild M. F., Yuan M., Covas J. T. (2007), Towards a general theory of geographic representation in : GIS, International Journal of Geographic Information Science, vol. 21, n°3, pp. 239-260.
Mericskay B. (2016), La cartographie à l’heure du Géoweb : Retour sur les nouveaux modes de représentation spatiale des données numériques, in : Revue Cartes et géomatique du Comité français de cartographie, n0229, 14 p. halshs-01468314
Zanin C., Trémélo M.-H. (2003), Savoir-faire une carte. Aide à la conception et à la réalisation d’une carte thématique univariée, Belin, Coll. Géographie, 200 p.

Billets liés :
Éviter un #mapfail : Type d’implantation, type de caractère, type de variable visuelle



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2021, 19 juin). L’image des flux spatialisés dans le geoweb. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrkf

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search