Le langage du moment est pour quelle carte ?

La mention de Mapquote, dans l’article « C’est le langage du moment : comment les nouvelles cartes redessinent le monde » publié dans l’édition Abonnés du Monde datée de ce jour m’a invitée à une petite réflexion (que je livre ici à chaud), sur la réception des cartes et cartographies contemporaines par différentes communautés.

Les cartes du moment

L’article propose, comme son nom l’indique, un point sur le langage du moment que je comprends comme la communication par voie cartographique sur le « monde » qui nous entoure (celui de tout le monde ? du monde entier ? de notre monde ?), la communication qui s’exprime principalement sur un réseau social tel Twitter assez marqué par l’empreinte de ces cartes.

Cet article apparaît évocateur de la manière dont la production cartographique actuelle et l’iconographie correspondante est perçue par les médias et plus loin susceptible de l’être par le grand public auquel le quotidien s’adresse : par le choix des références qui sont mentionnées, par celles qui ne le sont pas, aussi par celles qui sont évoquées au passage, parmi lesquelles Mapquote, par exemple.

L’article fait référence à différents types de cartographies qui utilisent des méthodes, outils et technologies variés, pour obtenir des rendus faisant ou ayant fait l’actualité sur les réseaux sociaux. Il valide l’hypothèse d’une démocratisation de la fabrique cartographique analysée par certains chercheurs tels Thierry Joliveau ou encore Matthieu Noucher, rendant pratiquement impossible l’analyse de toutes ces productions, tant elles sont variées et nombreuses. Comme a pu le dire Thierry Joliveau (dans des propos récemment rapportés par Matthieu N.) : il y a aujourd’hui derrière chaque clic une carte.

L’informatisation générale de la société entraîne effectivement la prolifération de toutes sortes de cartes thématisées caractérisant alors la bien heureuse ère du Tous cartographes ! . Et c’est plutôt une bonne chose, ce florilège de MAPS témoignant du dynamisme d’une communauté de cartographes élargie … confinant parfois et il faut reconnaître à son palindrome, au SPAM (cartographique) comme dans le cas des cartes de la covid-19.

L’article étant de type journalistique et sachant que le discours est toujours situé, la sélection de références proposées privilégie logiquement l’impact visuel de l’image – la fonction d’infocommunication de la carte, qui passe ici par la perception visuelle d’une image socialement construite.

Mais cela ne semble pas tant l’information qui importe dans cette sélection que la modalité de communication en elle-même, la voie cartographique où le document Carte sert de support, montrant sa « parfaite adaptation à la société de l’image » (comme si, soit dit en passant, la cartographie n’avait pas précédemment et précisément toujours évolué avec son temps).

« Une carte se définit peut-être moins par des traits formels que par les conditions particulières de sa production et de sa réception, par son statut d’artefact et de médiation dans un processus de communication sociale. »
Christian Jacob (1992) L’Empire des cartes : Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Albin Michel.

Il n’a pas été franchement question de contenu (sauf dans quelques exemples) au sens de regard porté sur un thème donné que le pouvoir informationnel de la carte viendrait soutenir car, finalement, la carte ne servirait effectivement pas (seulement ?) à transmettre une information localisée, elle aurait aussi d’autres fonctions, notamment celle de susciter une émotion remplissant par là une fonction sociale artistique. Elle pourrait aussi être considérée comme ayant une fonction de documentation, pour faire le lien avec Mapquote.

 

Le cas de Mapquote

Mapquote est une application de cartographie collaborative en ligne. C’est un objet ludique sans grandes prétentions au départ, mais qui ambitionne toutefois de contribuer à collecter les mentions de la cartographie / carte dans la littérature (pour le dire vite). Sa fonction à ce stade est d’essayer de documenter les éléments pouvant former une pratique des notions et concepts de la cartographie, à des éventuelles fins d’analyses d’un corpus ainsi constitué.

Sources : extraits de citations capturées dans Mapquote.

Si l’application souhaite communiquer sur un corpus en cours de formation, cette grande carte mondiale n’est pas vouée à informer sur la géographie du corpus dont il est question. Et d’ailleurs, la localisation des citations au lieu de naissance de l’auteur / autrice de l’ouvrage n’est pas liée au corpus et ne dit rien de lui ; elle n’est rien de plus qu’un clin d’œil [déroutant – voir ci-dessous] à nos camarades cartographes visant à communiquer, donc, par une cartographie, ce qui relève d’usages littéraire de la cartographie. Rien de plus.

La mention de Mapquote dans un grand quotidien national interpelle au regard de l’accueil qui lui a été réservé par ailleurs (plusieurs collègues s’étant étonnés des choix dont sa fabrication relevait). Elle nous conduit à supposer qu’elle y a reçu un accueil favorable, mais qui relèverait de sa seule modalité de communication sur un corpus – le quotidien n’étant a priori pas en mesure de juger de sa conception.

La réception de ce même travail lors de sa présentation sous la forme d’un article court en vue d’une publication dans une revue (référencée par l’HCERES, pour les initié.e.s) n’a pas reçu le même écho. L’évaluation que des pairs (peer review) en ont faite a été violente (dans son ressenti) ; elle n’a toutefois pas entraîné le rejet de sa publication (mais nous avons préféré la retirer).

Morceaux choisis.

– « Je dois dire que j’arrive à me demander s’il s’agit d’une proposition sérieuse […] pas recevable »

L’idée même d’un objet cartographique où la position des lieux n’est pas signifiante dans le corpus est donc irrecevable.

– « Produire de la carte c’est considérer que les lieux sont signifiants. »

Autrement dit fabriquer une carte ne passerait que par la case localisation géographique.

Si tel est le cas, que penser des cartes mentionnées dans cet article qui font fi de cet impératif de localisation, et présentent des informations dont la position ne s’appuie pas sur un référentiel exact ?

– « Si l’on refuse ce postulat, il n’y a pas besoin d’une carte »

A l’heure de la démocratisation de la cartographie, on pense directement à cette fameuse citation de Molière.

« Couvrez ce sein, que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées. »
Molière, Le Tartuffe, III, 2 (v. 860-862)

Et pourtant, si l’on en croit John Brian Harley, Mapquote comme d’autres de ces cartes du moment – qui ne respectent pas à la lettre la théorie de la cartographie – ne sont « ni justes ni fausses » et toutes, elles « […] contribuent au dialogue dans un monde socialement construit ».

Cet exemple sur la réception de Mapquote apparaît illustrer la différence fondamentale de traitement réservé d’une part, par des universitaires et de l’autre par des journalistes à un objet de la cartographie contemporaine. L’application s’appuie sur des technologies, des méthodes et sur un rendu contemporain, non strictement conventionnels. De même qu’elle propose une méthode de constitution d’un corpus qui diffère des pratiques actuellement observées dans le champs de la cartographie des récits, de constitution mais aussi de présentation car, effectivement, tout cela aurait tout aussi bien pu être présenté sur un diagramme.


La carte, un outil « à destination »

Au-delà du cas de Mapquote, le message qu’il nous semble important de faire passer est que l’accueil réservé à ces cartographies contemporaines est vraiment fonction du public, autrement dit à leur destination.

Si Mapquote est mentionnée par un média ou sur les réseaux sociaux, sa plus ou moins bonne réception dépend du public qui la reçoit ou en fait / fera l’usage, donc de son éventuelle destination qui va faire appel à l’intention de départ du / de la  cartographe.

Rappelons qu’un document par intention est destiné à communiquer « une information identifiée comme telle par l’émetteur et par le récepteur » (Meyriat, 1978). Cette intention de transmettre un message monosémique est elle-même liée à la fonction de la carte réalisée (à quoi sert-elle ?) que l’on comprend nécessairement destinée à un public donné. La destination interroge aussi la « portée sociale des cartes » que les tenants de la cartographie critique connaissent bien.

Pour finir de tourner en rond à la recherche d’une destination, sortons de ce carrefour dans lequel nous pensons nous trouver en tant que cartographe pour terminer par une petite métaphore autoroutière.

Les chemins des cartographies actuelles, de celles prisées par les universitaires, des cartographies traditionnel.le.s à celles des géodatavizeurs, si elles ont pu évoluer ces dernières années dépassant quelques tensions inéluctables, me semblent désormais sur le point de bifurquer pour prendre chacun une direction hélas séparée de celle des autres, plutôt que de fonctionner en parallèle en s’enrichissant mutuellement. Et c’est bien dommage. Mais bon, quand #jdcjdr.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search