Cartographier les émissions de gaz à effet de serre #3/3

Ce billet est le numéro 3 d’une série [Voir #1 et #2] proposée par Cédric Rossi, pour explorer la fabrication d’une carte des émissions de gaz à effet de serre, nationale, puis européenne.


Les données SEQE-UE

Lors de la publication de la première version de la carte (voir le 1er billet) plusieurs commentaires relevaient des inexactitudes de la base de données source. Un responsable RSE m’a ainsi contacté en me disant qu’ils avaient confondu kilogrammes et tonnes (!) lors de la déclaration, et il est vite devenu évident que le problème était le même pour d’autres. À l’inverse, certains émetteurs bien connus n’apparaissaient pas, et après vérification, ces derniers ont apparemment fait la même erreur… dans l’autre sens !

Entre nous…

Au regard de la faible qualité de la base de données IREP ces deux extraits de sa documentation laissent songeur…

En recherchant une source plus fiable, je découvre l’« European Transaction Log » (EUTL), la base de données qui rassemble les informations nécessaires à la bonne marche du système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQE-UE). Les données sont difficiles à télécharger (j’ai dû écrire un script R pour récupérer les 18 000 fichiers XML nécessaires…), mais une fois les fichiers parsés et convertis dans un format exploitable, leur qualité apparait bien supérieure (ce qui n’est pas étonnant, sachant que ces chiffres ont un impact financier direct).

Par contre, la géolocalisation est, là encore, presque entièrement manquante. Mais on peut là aussi utiliser les codes postaux pour obtenir une géolocalisation à la commune très propre.

L’Europe !

Dans le billet précédent j’ai utilisé ces données pour réaliser une carte de France. Mais étant donné qu’on a maintenant des données pour toute l’Europe, dommage de ne pas en profiter !

Seul problème : on a géolocalisé la base française grâce aux codes postaux, et à priori, je ne connais pas de base fiable à l’échelle européenne qui me permettrait de faire la même chose.

Merci eueuts.info !

Alors que j’essayais de trouver une solution avec les membres de #teamopendata, on m’a parlé d’une initiative récente de Jan Abrel, un chercheur du ZEW : eueuts.info. Il a réalisé un travail d’extraction des données EUTL similaire au mien, et les a déjà géocodées via l’API Google Maps. Ce n’est pas parfait bien sûr, mais les résultats sont plus que corrects. Après quelques ajustements manuels, nous voici prêts pour la série de cartes finale.

Le problème de la représentation en cartogramme de Dorling…

… est que les points sont déplacés afin de ne pas se superposer. Pour les points proches de la frontière, ce n’était pas trop grave tant qu’on était en France (j’avais fait attention à ne pas afficher de limites de régions ou de département pour atténuer ce problème), mais sur une carte d’Europe ça devient plus problématique.

J’ai donc utilisé le plug-in de QGIS « Coloration topologique » qui permet de colorer chaque polygone d’une couche en évitant que deux polygones adjacents aient la même couleur, avec un minimum de couleurs. Par une simple jointure, j’ai associé cette couleur aux points Dorling, afin de pouvoir rendre à chaque nation son dû.

D’autres représentations thématiques sont possibles

En catégorisant les émissions par activité, on obtient une carte très intéressante (surtout quand on la compare à la carte de France précédente), qui montre la faible industrialisation et la faible proportion d’énergie carbonée en France par rapport à nos voisins du nord.

Quant à l’interprétation de ces cartes, je ne saurais dire mieux que Bon Pote

Et après ?

Ces émissions représentent seulement une partie des émissions européenne ; il manque toutes les émissions « diffuses » (transports, agriculture, habitat, tertiaire, etc.) mais aussi toutes les émissions « importées » : la France apparait comme une bonne élève sur la carte d’Europe grâce à un mix électrique plus décarboné que ses voisins, mais sa désindustrialisation n’a fait que reporter les émissions de gaz à effet de serre ailleurs… Il y aurait une réflexion intéressante à faire sur la meilleure façon de le représenter. Peut-être dans un futur billet ?

 


Billets liés :

– Cartographier les émissions de gaz à effet de serre #1/3 : symboles proportionnels
– Cartographier les émissions de gaz à effet de serre #2/3 : cartogrammes de Dorling
Résoudre le problème de la superposition des cercles en cartographie


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cedric Rossi (20 mai 2021). Cartographier les émissions de gaz à effet de serre #3/3. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrkc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search