[Appli] D’où venons-nous ?

D’où venons-nous ? (« Where We’re From ») est le titre d’une application de géo visualisation de migrations internationales récemment mise en ligne par l’Organisation des migrations internationales (OIM, 2021) et développée par Locus Insight, une agence de datavisualisation.

La particularité de cette application est de représenter l’effet de ces migrations sous la forme d’une carte par points (dotmap), en mobilisant les données géographiques de Natural Earth data pour cartographier les statistiques des Nations Unies, en l’occurrence l’International Migrant Stocks que nous connaissons maintenant bien [voir notamment MigrExplorer], pour l’année 2017.

L’application décrit ainsi la présence étrangère [voir] sous la forme de pointillés distribués dans les pays du monde traduisant ainsi soit l’accueil, soit la nationalité d’origine.

L’originalité

L’originalité de cette application tient à un double mouvement opéré dans le choix du type de représentation et dans sa modalité de mise en œuvre.

Quand bien même le motif pointillé évoquerait directement un groupe d’individus définissant un peuplement, et serait de fait particulièrement adapté à la visualisation de distributions de populations – y compris agrégées comme ici -, il faut reconnaître qu’il ne fait pas pour autant l’objet d’attentions particulières pour représenter la géographie de populations générales, encore moins celle décrivant migrations (ls symboles proportionnels étant encore largement répandus, ce qui est logique).
L’application étant proposée sur le geoweb, il est tentant de faire le lien avec le procédé des #particules, souvent animées, mais ce n’est pas tout à fait la même chose.

Le choix d’une carte par point (dotmap) pour représenter des quantités (effectifs de personnes) sous une forme désagrégée apparaît ainsi particulièrement intéressante.

La seconde originalité tient dans le procédé de spatialisation de points symbolisant chacun 20 000 personnes (5 points représentant alors 100 000 personnes).

Alors que les cartes par points donnent traditionnellement lieu à une représentation sous la forme d’une densité irrégulière de points (density dotmap) ou exceptionnellement régulière (points Bertin) [ voir notre proposition ici ], la proposition de l’OIM concentre en un seul point le semis appartenant à une même maille.

Qu’est ce que cela change ?

La visualisation d’amas de points qui se chevauchent [ plutôt qu’une densité irrégulière ou même régulière de points ] supprime dès lors la visualisation de l’intensité des semis de chacune des mailles, procurée par la density dot map, pour privilégier la vision d’une accumulation de points en un point donné. Aussi la formation de communautés de points regroupés et distinguées par leurs couleurs et cela, en plus de leur quantité perçue et rendue par le nombre de points de 20 000 personnes chacun.

Les données n’étant logiquement pas symétriques, l’application propose de visualiser l’immigration et l’émigration.

Qu’est ce que cela donne ?

Pour la France, la vision « Out » de la résidence à l’étranger de ses ressortissants n’est pas très lisible. La diversité des lieux de leur pays de résidence combinée au fait que leurs effectifs n’excèdent pas souvent plus 20 000 personnes par pays rend difficile leur perception globale. La vision d’ensemble pour une lisibilité des points ainsi que les contrastes colorés n’ont manifestement pas fait l’objet d’une attention particulière.

A l’inverse, la vision « In » de la diversité des pays d’origine des populations étrangères résidente en France est davantage lisible. La carte décrit en effet une multitude de points organisés de manière circulaire autour du pays.

Le semis d’ensemble est formé de communautés de points d’autant plus importantes qu’elles sont à l’origine d’importants effectifs de populations. Ces communautés peuvent être distinguée par leur couleur et identifiées au simple clic sur un élément coloré, comme ci-après pour l’Italie et le Maroc.

On observe ainsi que la France accueille des populations provenant de nombreux pays distincts (de nombreux petits cercles symbolisant chacun 20 000 personnes) et seuls quelques pays d’accueil émettent dans des proportions importantes.

[ Accéder à l’application ]



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2021, 11 mai). [Appli] D’où venons-nous ? Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrk8

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search