[Book] 7963. e-psychogéographie d’un exil

Aujourd’hui dans #Néocarto, nous recevons Franck Burns [sous pseudonyme, l’auteur souhaitant garder l’anonymat]. Franck est sociétaire du Rêve de la Sardine et « arpenteur polymorphe des silences » comme il se définit lui-même. Il nous a contactés pour nous présenter son projet d’une (carto)graphie littérale singulière issu du récit du voyage d’un jeune mineur guinéen entre Conakry et Marseille. Nous lui laissons la parole.


« Je hais les voyages et les explorateurs, … »

« “ Je hais les voyages et les explorateurs, et voilà pourtant que je m’apprête à ”…
En débutant ainsi « Tristes Tropiques » Claude Lévy-Strauss entendait, je crois, régler un malentendu, celui du récit du voyage à venir qui n’était pas lécriture romanesque de chroniques exotiques mais le moyen d’un autre récit, celui de sa relation objective à l’expérience du voyage.

 

Un voyage comme qui dirait à l’envers

Précision utile car moi aussi, et pour les mêmes raisons, je hais les voyages et les explorateurs et voilà pourtant qu’un soir notre petite famille a ouvert sa porte à un mineur isolé pour trois nuits. Un voyage comme qui dirait à l’envers.

Le choc a été violent. Une part d’humanité oubliée en nous s’est réveillée. Ces trois nuits se sont faites années. Aujourd’hui Allan est en BTS en alternance. C’est un magnifique garçon. Ce fut et est une belle aventure même si la manière dont il arrivé jusqu’à nous est toujours restée silencieuse.

Sa résilience et notre volonté de ne pas être intrusifs ne nous ont permis que d’imaginer ce « voyage » dont nous savons qu’il fut marqué de souffrances dont son corps porte encore témoignage – esclavagisme, torture…

Malgré ça, je voulais quand même faire de ce silence un récit, écrire une histoire coupable d’une relation renversante de nous autres jusqu’à nous mêmes, et au décillement forcément brutal. Ce sacerdoce moral s’imposait à moi. Mais comment relater ce qui se refuse à dire ? Comment écrire le silence ? Et surtout, surtout comment dire sans trahir…

 

Naissance d’un projet d’écriture machinale …

Au début j’avais imaginé quelque chose d’esthétique. Un planisphère de nuit ou seules les lumières feraient de notre terre un ciel. Sur ce dernier, à l’image des plans du métro parisien où l’on voit la ligne s’allumer, j’avais imaginé porter les trajectoires des gamins migrants sous forme de constellation. Mais l’esthétisme risquait prendre le pas sur le malheur. Je ne m’en sentais pas le droit. J’ai donc cherché d’autres façons de dire ce qu’il ne pouvait dire et toute cette souffrance que nous ne voulions entendre.

Voilà comment est né ce projet d’écriture machinale.

[ Lire ]

 

… puis cartographique

J’ai simplement utilisé la neutralité algorithmique à portée de main. J’ai ouvert Google Maps, mis en lieux de départ « Konakry », en lieu d’arrivée « Gare Saint Charles de Marseille », j’ai précisé les quelques lieux dont au fil du temps nous avions appris qu’il les avait traversé, j’ai choisi le mode pédestre et j’ai lancé l’algorithme.

Extrait du voyage de Allan

 

Ainsi s’est écrit le récit. Et ce fut remarquable.

La petite fabrique de « littérature machinale » mis en branle disait tout des très exactement 7 963 kilomètres au mètre près du voyage d’Allan et paradoxalement, et magnifiquement, n’en disait absolument rien.

Il n’y avait là dans ce long récit ni exotisme, ni relation objective de l’expérience, rien sinon une inutile précision nettoyée de tout adjectif, conjugaison, sujet, et finalement de toute âme… Un récit sans peur à craindre dont la morale s’est imposée naturellement. L’expérience n’étant plus un prérequis au récit biographique, nous n’avons plus rien à redouter puisque la littérature machinale peut tout raconter de nous-même et surtout ce qui n’a jamais été. Il n’y a plus à haïr les voyages et les explorateurs juste à se laisser bercer des suaves sirènes machinales.

 

Tirer plus loin le fil de cette absurdité

Je voulais tirer plus loin le fil de cette absurdité, et c’est ainsi que j’ai prolongé ce non récit d’un documentaire cartographique fabriqué à la main : il s’agit d’un film d’animation monté image après image (flèche après flèche qu’il aura fallut synchroniser avec le son…) … afin que cette absurdité à lire se donne aussi à voir.

Un documentaire cartographique à l’absurdité salutaire

[Voir]

 

Nécessairement, j’ai puisé dans le situationnisme un peu de sa philosophie et beaucoup de sa cartographie mamusant ainsi d’un hommage non plus psychogéographique mais « e-psychogéographique » c’est à dire m’amusant d’une subjectivité privée de toute expérience ou pas plus que le verbe, la géographie n’a d’utilité à être vraie, comme qui dirait une géographie inexpérimentée, autrement dit une géographie sans d’autre cap que le « non sens » dont l’algorithme est la seule boussole.

Au final, ce dont il est question ici ce n’est plus forcément du voyage d’Allan mais plutôt et possiblement de notre propre dérive immobile.

Et si je devais donner un nom à l’absurdité contradictoire de ce non récit et de ce non documentaire cartographique, je crois, en petit clin d’œil, que « Tristes tropismes » sonnerait assez bien …

Franck Burns,
Le rêve de la Sardine.

_____________________________

[Écouter aussi ] Claude Lévy-Strauss (Tristes tropiques, 1955)
à propos de la phrase « Je hais les voyages et les explorateurs, … ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search