A propos des ordres de grandeur

Camarades cartographes, les chiffres viennent de paraître. L’homme le plus riche du Monde, Jeff Bezos, possède à lui seul 177 milliards de dollars, talonné de près par Elon Musk et ses 151 milliards de dollar. Faramineux n’est-ce pas ? Mais que représentent vraiment ces chiffres ?  Que représente vraiment un million ? Un milliard ? Cent milliards ? Pas si facile de se représenter concrètement ces ordres de grandeur dans nos cerveaux qui ne sont pas faits pour cela.

En visualisant ces chiffres sur un simple graphique, que constatons-nous ? Que finalement, un million c’est très peu par rapport à un milliard. Ainsi, quelqu’un qui posséderait dix millions de dollars se retrouverait sur cet axe proche du zéro.  Est-ce vraiment cette image là que nous avons en tête quand nous voyons ces chiffres défiler dans les médias ou sur les réseaux sociaux ? Probablement pas.

Mais cela devient encore plus fou dès lors qu’on rajoute les montants des grandes fortunes citées plus haut. Sur cet axe allant de zéro à 177 milliards (la fortune de Jeff Bezos), le point correspondant à un milliard se retrouve à son tour attiré sur la gauche, jusqu’à s’approcher de la valeur… zéro. Cela montre à quel point cette classe sociale des ultra riches est extrêmement hétérogène. Aussi, une fois de plus, notre incapacité cognitive à saisir à priori le sens de ces nombres démesurés. Finalement, posséder un milliard de dollar c’est bien peu pour quelqu’un qui en possède 177 fois plus.

Oui, certes, tout cela semble évident vous dites vous peut-être. Mais faites quand même le test avec les gens autour de vous. Prenez une feuille, tracez une ligne. inscrivez zéro à l’extrémité gauche et un milliard à l’extrémité droite. Et demandez à votre entourage de placer 1 million sur cette ligne. Les résultats vont vous étonner 😉

Et en cartographie ?

Dès lors, comment cartographier concrètement la fortune de ces multi-milliardaires dans le but de rendre perceptible l’immensité de leur richesse ? Une approche, imparfaite, proposée ici est de comparer celle-ci aux PIB des Nations. Imparfaite, car cela revient à comparer un stock et un flux (ce qui est peu recommandé). Dit autrement, cela revient à comparer la fortune accumulée par une personne tout au long de sa vie (stock) à la production de richesse par la population d’un pays au cours d’une seule année (flux). En procédant comme cela, on compare donc un peu des choux et des carottes, tout comme ceux d’ailleurs, qui expriment le montant de la dette publique (stock) en pourcentage du PIB (flux). Un partout, balle au centre…

Au final, cette approche permet tout de même de constater que 156 pays dans le Monde ont un PIB  inférieur à la fortune de Jeff Bezos. Ahurissant quand on y pense. Et même si la méthode est discutable et critiquable (j’en conviens), celle-ci permet tout de même de constater à quel point les fortunes de ces multi-milliardaires sont disproportionnées. Et c’était justement le but de la manœuvre. Ni plus. Ni moins.

NB : Cette carte a été publiée initialement dans l’Humanité.fr. Les codes sources sont disponibles en ligne sur mon Notebook Observable, tout comme ceux des graphiques présentés plus haut. 


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search