MigrExploreR la migration mondiale

« … des gens, des milliers de personnes, pas des méduses
ou des grappes d’algues jaunes mais des gens, petites grandes vieilles
toutes qualités de personnes, qui dépérissent et qui périssent,
et longtemps vont mourir dans des garrots de frontières,
en bordure des nations, des villes et des États de droit… »

(Patrick Chamoiseau, Frères migrants)

 

De tous temps les Hommes ont migré. Et ils ne sont d’ailleurs par les seuls. Les animaux, les plantes, les idées, les biens alimentaires ou les simples consommables ont eux aussi, toujours migré, pour notre consommation courante, nos loisirs. Les personnes que nous sommes aujourd’hui sont le résultat des migrations de celles qui nous ont précédées. Des migrations qui, par le brassage des populations qu’elles ont induit, ont justement permis notre évolution collective, ont forgé nos compétences, enrichi nos cultures, définit notre pluralité.

Cette application MigrExplorer, a fait l’objet d’un précédent billet présentant les modalités d’exploration des stocks (effectifs) de personnes étrangères appréhendées depuis un pays d’origine ou un pays de destination (voir).

 

Les migrations de tout le monde, dans le Monde

On souhaite à présent montrer que la migration internationale n’est pas le fait de quelques personnes fuyant leur pays, certains pays pour en envahir un ou quelques autres. Que si l’approche locale voire régionale d’analyse des migrations internationales est pertinente, elle n’en reflète que le petit bout de la lorgnette. Elle ne saurait révéler l’amplitude spatiale et temporelle d’un phénomène migratoire intrinsèque à la nature humaine, son ampleur en termes de nombre de pays concernés, d’hommes et de femmes. Qu’il s’agisse d’émigration ou d’immigration, tout le monde et pratiquement tous les pays du monde sont concernés.

 

« Homo sapiens est aussi et surtout un Homo migrator…
Sapiens l’Africain n’est pas né dans un lacis de frontières aiguisées,
mais dans des écosystèmes ouverts, rythmés par les climats, les pénuries,
les abondances, sécheresses et submersions… ».
(Patrick Chamoiseau – ibid.)

 

Le fait même de migrer, de partir vivre ou de s’installer ailleurs que sur son lieu de naissance est, typique, historique et mondial, indépendant du genre, de l’origine géographique et du niveau social, spatial etc. Dit autrement, on observe ce phénomène migratoire dans toutes les cultures, quel que soit le niveau d’observation : celui de l’immeuble, du quartier, de la ville, du pays et même du monde entier.

Se (géo)visualiser nos migrations mondiales

MigrExplorer ambitionne justement de permettre de se (géo)visualiser cette migration mondiale qui nous concerne toutes et tous à l’échelle des pays du monde qui nous accueillent, afin que nous tous puissions prendre, par nous-même, la mesure de ce phénomène.

Il est ainsi possible d’explorer la géographie mondiale de l’accueil ou de l’émission de populations étrangères (quel que soit le motif de leur migration qui n’est pas précisé dans les données mobilisées), leur évolution dans le temps soit pour l’ensemble de la population, soit par genre, sous la forme de cartes ou de tableau.

 

 

Comment ça marche ?

Pour MigrExplorer la migration mondiale simultanément pour l’ensemble des pays, il faut cliquer sur « All countries ».

Puis définir la catégorie sociale que l’on souhaite visualiser :
– le Total correspond à l’ensemble des personnes qui résident dans un autre pays que le leur ;
– le sous-ensemble des femmes ;
– le sous-ensemble des hommes.

Sélectionner aussi la temporalité. Les données sont disponibles pour les années 1990, 2000, 2005, 2010, 2015 et 2019.

La taille des cercles sur la carte peut également être paramétrée, en fonction de la vision de ces migrations que l’on souhaite obtenir.

 

La planche ci-dessous décrit le total de l’immigration et de l’émigration par pays en 1990, en 2015 (au moment de la crise des politiques migratoires européennes) et en 2019 (juste avant la pandémie). Les cartes formant cette petite collection sont strictement comparables.

Concernant l’émigration (cartes de gauche), en 1990, ce sont les ressortissants de la Fédération de Russie qui résident le plus à l’étranger, suivis de ceux de l’Afghanistan et de l’Inde. La situation diffère légèrement en 2015, avec l’Inde qui occupe la 1er place, suivie du Mexique puis de la Fédération de Russie. En 2019, l’Inde (2019) et le Mexique sont toujours les deux premiers, mais ils sont suivis par la Chine, la Fédération de Russie et le Bangladesh, à la 5e position. Viennent ensuite le Pakistan… le premier pays africain, l’Égypte, occupe la 19e place mondiale, en termes d’émission de migrants.

Du point de vue de l’immigration (cartes de droite), les États-Unis d’Amérique occupent le premier rang de l’accueil de populations étrangères. Ils sont suivis par la Fédération de Russie en 1990 et en 2015. L’Allemagne apparaît en 2019 en seconde position, elle est suivie par l’Arabie Saoudite, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni qui occupe la 5e place. La France arrive est 6e position mondial pour l’accueil des populations étrangères.

 

MigrExploreR appartient à une famille d’applications cartographiques développée en R et portée sur le web via le package Shiny [voir code source]. Elle permet de représenter, par des symboles proportionnels dont il est possible de faire varier la taille, le nombre de migrants (ou de migrantes) pour un pays donné ou pour l’ensemble des pays du monde, selon leur genre et à plusieurs dates. 


Billets liés :

Citation :
Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2021)
MigrExploreR la migration mondiale, Carnet de recherches Néocartographiques, URL : https://neocarto.hypotheses.org/9872

 



Citer ce billet
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (2021, 16 mars). MigrExploreR la migration mondiale. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrjz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search