L’Union européenne tisse sa toile

– English below –

Camarades cartographes, je partage ici cette carte réalisée l’année dernière pour illustrer un article paru dans le numéro 29/30 de la revue The Large Glass Journal éditée par le musée d’art contemporain de Skopje en Macédoine du  Nord. Cette carte a une double histoire.

Premièrement, elle est inspirée d’une carte réalisée en 2013 par Olivier Clochard (MIGRINTER) intitulée Où est la frontière ?  (carte de gauche) sur laquelle il avait eu l’idée lumineuse de ne faire figurer que des points localisant les centres de rétention et une ligne symbolisant les limites de l’espace Schengen. En faisant disparaître les contours des pays, se dessine alors une représentation minimaliste qui interroge sur la nature même de la frontière migratoire européenne, une frontière à la fois linéaire et réticulaire qui déborde bien au delà des limites officielles de l’Union européenne. C’est l’externalisation des contrôles migratoires. 

Deuxièmement, cette carte s’inspire aussi d’une autre carte réalisée en 2014 (carte de droite) pour un dossier collectif du Nouvel Obs, porté par le CIST et le RIATE pendant la campagne des élections européennes. Sur cette carte, les centres de rétention proches les uns des autres sont reliés par des traits à la manière d’une toile d’araignée. Se dessine alors l’image d’une Europe qui tisse sa toile, au delà de ses propres frontières, dans le but de prendre les personnes en migration dans ses filets et les empêcher d’avancer. Pour montrer cette toile qui se déploie, une version animée de cette carte avait également été réalisée à l’époque.  

       

La représentation présentée ici est donc un mélange actualisé de ces deux cartes relativement anciennes. Sur celle-ci, seuls les camps ouverts au moins 2 années depuis le début des années 2000 sont représentés. Deux camps situés à moins de 100 km sont reliés par un trait, le choix de distance étant totalement empirique. Pour éviter les effets de superposition, les points sont légèrement écartés les uns des autres grace au package R packcircles. Enfin, la limite de l’espace Schengen est dessiné de façon plus anguleuse que d’habitude pour lui donner un aspect plus abrupt et plus hostile. Les données sont issues du du projet Close The Camps.

European Union Weaves its Web

Comrades cartographers, I share here this map realized last year to illustrate an article published in the number 29/30 of The Large Glass Journal edited by the Museum of Contemporary Art of Skopje in Northern Macedonia. This map has a double background.

Firstly, it is inspired by a map made in 2013 by Olivier Clochard (MIGRINTER) called Where is the Border?  on which he had the great idea to display only dots locating detention centers and a line symbolizing the limits of the Schengen area. By making the contours of the countries disappear, a minimalist representation emerges that raises questions about the very nature of the European migratory border, a border that is both linear and reticular and that spreads beyond its official limits. It is the externalization of migratory controls. 

Secondly, this map is also inspired by another map designed in 2014 for a collective work published in the Nouvel Obs, made by CIST and RIATE during the European election campaign. On this map, the detention centers close to each other are linked by lines in the manner of a spider’s web. The image of a Europe that weaves its web, beyond its own borders, with the aim of catching people in migration in its nets and preventing them from reaching Europe. To show this web spreading out, an animated version of this map had also been made at the time.  

The representation presented here is therefore an updated mix of these two relatively old maps. On this one, only the camps open at least 2 years since the early 2000s are represented. Two camps located at less than 100 km are connected by a line (the choice of distance being totally empirical). To avoid overlapping effects, dots are slightly apart from each other thanks to the R packcircles package. Finally, the border of the Schengen area is drawn in a more angular way than usual to give it a sharper and more hostile aspect. The data comes from the Close The Camps project.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Lambert (26 janvier 2021). L’Union européenne tisse sa toile. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrjn


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search