[Expo] All over the maps, Paula Sher (2020)

Paula Sher est une artiste peintre qui fabrique des œuvres cartographiques pour se poser, une activité qui la « force à être patiente, un trait de caractère » qui lui manquerait. Familière du mouvement actuel de data visualisation, elle y participe via son art.

« La conception se fait rapidement sur ordinateur et la peinture est laborieuse. Le design est social. La peinture est isolante. Le design a un but. L’art n’a pas de but. Je ne peux pas imaginer l’un sans l’autre. » Elle évoque dans un entretien pour The Atlantic (2011) le fait que parce que l’information existe, elle doit avoir l’air scientifique, d’où le rôle joué par l’ordinateur pour standardiser la production visuelle, la dataviz de sorte que, finalement, « l’information réfléchit pour vous et vous n’avez pas besoin de réfléchir du tout. Je suis peut-être un précurseur de cela, mais j’espère que ce n’est pas le cas ».

Mais pourquoi donc avoir choisi de peindre des cartes ?
Parce qu’elle a toujours baigné dans la cartographie.

« Je suis obsédée par les tableaux, les graphiques, les diagrammes et les cartes depuis trente ans … »


Paula Sher tire en effet sa passion pour la carte, la cartographie traditionnelle de celle mise en œuvre par son père, un ingénieur civil qui était photogrammètre à l’USGS (United States Géological Survey). Elle se plait d’ailleurs à dire que lui qui s’occupait à  mesurer des distances entre les formes d’occupation du sol, pour réaliser les référentiels géographiques américains (les vraies cartes, donc, celles aux mesures supposées exactes) lui a toujours parlé de l’inexactitude des cartes : « Toutes les cartes mentent ».

Si cette expression « Toutes les cartes mentent » est pratiquement tombée dans le domaine public – n’importe qui évoquant le mensonge des cartes, surtout à propos de leur projection ou des statistiques dont elles décrivent la géographie [ce qui ne relève pas d’un mensonge, mais passons] – le père de Paula Scher est probablement de ceux qui savent de quoi ils parlent en matière de « mensonge » des cartes.

Il connaissait en effet probablement mieux que d’autres cette impossible exactitude des cartes, fussent t’elle issues d’un dispositif de mesure sophistiqué. L’appareil qu’il a d’ailleurs inventé, le Stereo Template, avait justement pour objectif de corriger les apparentes erreurs de mesures lues sur les cartes, erreurs liées aux distorsions provenant du passage entre la photographie aérienne et la carte imprimée ­[voir ici].

Par les travaux de son père, Paula Sher s’est ainsi très tôt familiarisée avec le dessin cartographique qu’elle met en œuvre sous une forme artistique, selon différentes techniques : peinture, gravure, installations monumentales…

« … et je les utilise comme une forme de satire et de commentaire social dans mon travail de conception »

La série « All over the maps » évoquée ici a récemment fait l’objet d’une exposition en ligne (du 9 octobre au 8 novembre 2020).

Elle illustre, de mon point de vue, cette profusion mondiale de cartes proposées à tous les niveaux, à toutes les échelles…

Cependant, à l’heure de ce ralentissement global imposé par la pandémie, ces cartes m’ont directement évoqué toutes ces mises en relations rendues possibles par tous ces réseaux sociaux faisant la part belle à une image de plus en plus souvent cartographique et qui, finalement, plutôt que de nous détendre ou de nous aérer, en nous ouvrant sur un ailleurs, saturent nos espaces visuels,  encombrent nos espaces privés.

World Trade Routes ((Paula Scher, 2018).

Il est de plus amusant de constater que ces cartes décriant la profusion de la circulation de biens de consommation, sont publiées à l’heure où les personnes sont empêchées de circuler !

D’après la galerie SeemsRed qui accueille l’artiste [Voir], les cartes de Paula Scher mettent en évidence la « (…) sur-stimulation de notre époque moderne et la publicité constante, les nouvelles, les signes et les symboles qui nous entourent dans notre vie quotidienne. Les représentations sans équivoque de l’abondance que fait l’artiste sont en quelque sorte une méta-étude de la sémiotique, dans le cadre de sa propre satire schérienne caractéristique. »

Les cartes proposées sont assez étonnament et dans l’ensemble, plutôt très chargées, comme pour évoquer la complexité de la réalité. Cependant, retranscrire cette complexité, l’autrice fait ce que nous faisons tous à savoir sélectionner l’information pour in fine proposer des cartes très spécialisées : elles décrivent des courbes de niveaux, des réseaux et échanges de toutes sortes apparentes.

Sur les cartes de réseaux, l’artiste décide de montrer la vision relationnelle du monde : lke commerce international mondial (voir ci-dessus),  les distances inter états aux Etats-Unis comme dans USA distances (ci-dessous), ou encore l’enchevêtrement de lignes du métro de Londres [voir ici].

USA distances (Paula Scher)

[Voir] d’autres cartes sur le site de la galerie.

Références mentionnées :
Paula-scher-all-over-the-map online exhibition (2020)
Paula Scher Makes Enormous Maps That Are Only Sort of Right, The Atlantic (2011)

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search