[Book][Pièce] Le Cartographe

Le Cartographe est un ouvrage et une pièce de théâtre. C’est, bien entendu, comme son nom l’indique, une pièce racontant l’histoire d’un cartographe, plus précisément celle de la carte d’un cartographe. C’est aussi et c’est peut-être là l’essentiel, l’histoire de cartographes, de femmes cartographes d’époques différentes qui, parce qu’elles sont toutes passionnées par l’art de la cartographie, vont se passionner par celle du « vieux cartographe du ghetto » de Varsovie des années 1940. Effectivement passionnant.

Source : J’irai marcher sur les toits, compagnie La Traverse, 2020.

L’histoire

L’histoire est celle du ghetto de Varsovie (Pologne) racontée à travers celle du « vieux cartographe du ghetto »,  lequel raconte à la fin de sa vie son métier de cartographe à sa petite-fille.

Cette histoire dans l’histoire ne présente ni unité de lieu, ni unité de temps. Si elle prend place à Varsovie, la ville est mobilisée à différents moments et selon différentes perspectives, sur différents supports, qui la rendent multiple.

D’incessants allers et retours, sur le modèle de la rétrospective, sont opérés entre le Varsovie de l’époque de la cartographie du ghetto, vers 1940, sa situation dans les années communistes de 1960 – 1980 et de l’époque contemporaine (~1990).

Le lien entre ces différentes différentes temporalités, par conséquent entre les différentes spatialités de Varsovie est assuré par des femmes. D’abord par la petite-fille, cartographe en herbe, qui dessine l’ultime carte « transmise » par son grand-père… Ensuite par Blanche, une femme de diplomate par ailleurs cartographe. Après avoir flashé lors d’une exposition sur des photos du ghetto, elle va entreprendre d’en réaliser elle même la carte, les cartes. Sa passion pour cette histoire la torturera au point de vouloir en retrouver la version initiale. L’histoire est aussi tenue par Déborah, une autre femme également cartographe, contemporaine de tout le monde : du grand-père, de sa petite-fille et de Blanche.

Une description minutieuse du ghetto de Varsovie

La carte passionne, car elle porte sur le plus grand des ghetto des juifs d’Europe situé au cœur de Varsovie. Elle décrit son organisation à travers l’action des personnes qui s’y trouvent. Au-delà de son intérêt historique, la description révèle aussi probablement la pratique cartographique d’une époque. Le dessin fait l’objet d’une extrême minutie, comme s’il s’attelait à tout consigner de ce territoire (à la mesure de photographies ?), pour en conserver la mémoire, assurer un retour ultérieur, garder la trace d’une histoire. La méthode décrite soulève d’emblée la question de la sélection de l’information représentée, celle de l’impossible exhaustivité de la cartographie, le problème de la précision des tracés, de leur véracité  – il sera d’ailleurs aussi question de falsification des tracés. La minutie de la cartographie est renforcée par le style de la carte qu’on devine assez aride, une sorte de rudesse traduite par la monochromie (en noir et blanc) qui n’admettra qu’une seule couleur et très ponctuellement : le rouge.


« le plus difficile à représenter, c’est le temps »

La déambulation de Blanche est structurée par son en-quête sur ce grand-père, à partir de dessins de lieux (de vie) où finalement, comme dans toutes les cartes de ce type : « le plus difficile à [se] représenter, c’est le temps ».

La carte, qui n’est ici pourtant que dite dévoile toutefois autant de sa conception que de sa réalisation (forcément imparfaite, par une petite-fille). Elle met aussi en exergue un élément qui m’intéresse, dans un autre registre, à savoir la temporalité de l’approche cartographique (dans son type et dans son style).
La manière de faire des cartes est bien toujours le reflet d’une époque, de ses connaissances et des outils du moment.

Extraits

L’auteur


Juan Mayorga est Professeur de dramaturgie et de philosophie à l’École Royale Supérieure d’Art Dramatique de Madrid. Lauréat en Espagne en 2007 du Prix National du Théâtre, il jouit d’une reconnaissance internationale qui valut plusieurs adaptations de ses textes au cinéma ou au théâtre, y compris en France. François Ozon adapte par exemple en 2012 la pièce Le Garçon du dernier rang, sous le titre Dans la maison.

Nombreuses sont ses pièces qui ont été traduites en français (souvent par Yves Lebeau) et adaptées, parmi lesquelles Le Cartographe. La pièce fait également l’objet d’une adaptation par la compagnie J’irai Marcher sur les Toits.

 

La version française de la pièce a d’abord fait l’objet d’une lecture-spectacle.

A suivre…

Un spectacle  est par ailleurs prévu au Théâtre de l’Opprimé à Paris XIIème la saison prochaine (probablement en novembre 2021). Les représentations initialement programmées du 9 au 20 décembre 2020 ayant été reportées suite au re confinement. Faute  de pouvoir accueillir le public en ce mois de décembre, une captation filmique va être réalisée le 9 décembre 2020.

Une table ronde  réunissant des cartographes, artistes et écrivains autour de la fabrique cartographique est également prévue, autour de la mise en scène d’une cartographie de ces histoires croisées qui s’entremêlent dans le temps et nous donnent à réfléchir sur l’Histoire et sur notre histoire, sur l’objectivité / subjectivité de la carte, sur la manipulation du dessin par les pouvoirs, …

… en devenant coproducteur du Cartographe !

Malgré le report, l’équipe des huit comédiens entourés de leur metteur en scène Hervé Petit et de la scénographe Christiane Clairon-Lenfant, ne s’est pourtant pas arrêtée. 

Pour boucler le budget de la production de cette pièce en français et en France, la compagnie espère le soutien de la communauté des cartographes.

N’hésitez donc pas à devenir coproducteur du Cartographe, en participant à la campagne de financement sur ulule Cartographe.

 


En savoir plus :
Compagnie J’irai Marcher sur les Toits
Florence Le Bihan (présidente)
jirai@jirai.fr

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search