Tout est question de point de vue

Camarades cartographes, je le répète assez souvent de billet de blog en billet de blog, quelles que soient les méthodes et techniques utilisées, et quelles que soient leur complexité, toute carte résulte avant tout d’un processus intentionnel de communication. Les cartes ne sont en effet pas des miroirs reflétant le monde réel mais des constructions intellectuelles basées sur des hypothèses, des parti pris, des savoirs et des savoir-faire. C’est la fameuse trahison des images racontée par René Magritte dans son célèbre tableau (qui inspira d’ailleurs, pour cette raison, le nom du logiciel de cartographie… Magrit).

Bref, la carte n’est pas le territoire mais une représentation de celui-ci réalisée selon un point de vue particulier : un point de vue qui est bien souvent celui du dominant qui impose aux autres son propre regard. Pour illustrer cette idée de la subjectivité des cartes de façon humoristique, j’avais réalisé pour l’atlas Mad Maps (2019), une planche mettant en vis à vis les hommes tués par les requins et les requins tués par les hommes. En somme, deux visions du monde radicalement opposées. J’en propose ici une version animée réalisée avec Jules Jeng.

Squalophobes s’abstenir…


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search