Carto et chorégraphie #2. Le langage

Ce billet participe d’une courte série souhaitant examiner les modalités de représentation graphique du mouvement individuel en mettant en parallèle ceux d’un danseur (du répertoire classique) et ceux d’une personne circulant librement ou non dans un espace géographique.  Pourquoi ? Parce que ça peut toujours servir … 
(image d’illustration : crédit F. Bahoken, 2017)


Ce second billet porte sur les primitives du langage de la cartographie et de la chorégraphie qui servent à la graphie / notation du mouvement. L’objectif est d’essayer de comparer leurs formalisations en prenant l’exemple de quelques objets communs dans les deux disciplines.

PARALLÈLES :

  • La cartographie (thématique) et la chorégraphie ont recours à des méthodes de représentation graphique visiblement similaires. La composition part toujours d’une idée (l’intention du choré ou du carto graphe) qui implique, après réflexion et mise en ordre, une symbolisation graphique faisant appel à une écriture plus ou moins formalisée.
  • La cartographie mobilise les primitives graphiques élémentaires : le point, la ligne et le polygone, la chorégraphie aussi.
  • La cartographie assemble ces primitives pour en faire une grammaire permettant la construction de figures géométriques lisibles au sol, des « patrons », la chorégraphie aussi ;
  • En cartographie, ces primitives sont des objets sont le point, la ligne, le polygone, le volume, l’entité floue … représentation des informations géographiques dont ils symbolisent l’implantation spatiale, en chorégraphie, aussi, ces objets sont plus souvent le point et la ligne…
  • En cartographie, la combinaison d’un ensemble d’objets forme des « motifs spatiaux » autrement dit des patrons, comme en chorégraphie pour laquelle il est commun de parler de cercle, de demi-cercle, de rang, de file, de carré, de rectangle, de quinconces … décrits par rapport aux « repères au sol » (diagonales, verticales, ..) présentés ici.
  • La cartographie enrichit qualitativement le dessin des symboles – pour leur donner une signification dans un contexte thématique donné. Elle mobilise ce que Jacques Bertin (dans l’optique d’une théorisation de la cartographie statistique) a qualifié de variables visuelles, qu’elle adapte depuis une sémiologie graphique plus générale, la chorégraphie aussi.

    Exemples ci-dessous avec des variables visuelles qualitatives.

La cartographie offre la possibilité de combiner symboles et variables visuelles pour générer un motif signifiant, la chorégraphie aussi. En voici deux exemples simples.

Essais de comparaison graphiques de motifs
chorégraphiques et cartographiques. Néocarto, 2020.

Commentaires bienvenus.

Billet lié : Carto et chorégraphie #1. La scène


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search