[Débat] Cartes et graphies des migrations

Le 13 février dernier, j’ai eu le plaisir de participer à l’organisation de l’une des conférences coordonnées par Laurent Meyer, un collègue sociologue à l’IFSTTAR, et organisée dans le cadre du cycle Cartographies sensibles de la Ville. Ce cycle est le fruit d’un partenariat réunissant l’IFSTTAR, Le MOTif et Arcadi Île-de-France en lien avec le Campus Paris-Est « Ville durable ». L’objectif est de susciter l’échange entre chercheurs, écrivains et artistes autour d’expériences artistiques et scientifiques en milieu urbain.

 


Cartes et graphies des migrations :
réinventer les représentations

Cette 5e édition nous a permis d’écouter sur la scène de la Maison de la Poésie à Paris :

Cyrille Hanappe, enseignant à Paris-Belleville, École nationale supérieure d’architecture et maître-assistant en théorie et pratique de la conception architecturale (TPCAU) ;
Sarah Mekdjian, enseignante-chercheure, département de géographie sociale, Université Grenoble Alpes et au laboratoire Pacte, équipe justice sociale ;
Marie Moreau, réalisatrice et artiste-exploratrice ;
Judith Perrignon, journaliste et écrivaine.

Ils partent, en votre compagnie, des représentations universelles d’une ville cartographiée jusqu’aux limites de leur imaginaire couché sur papier, transcendé dans l’œuvre d’art, ou incarné sur scène.

De tous temps, les capitales et villes (du) « monde » se sont nourries de migrations successives, plus ou moins lointaines, de brassages de populations entraînant dans leur sillage le déplacement de cultures, de techniques et d’idées scientifiques venant les irriguer, venant les enrichir.

Les cartes et graphiques de toutes sortes décrivant des mouvements migratoires permettent d’alimenter notre réflexion, de servir de terreau à nos représentations de la cité du futur.

La cartographie sensible, par le biais de l’écrit, du corps ou du geste, permet aux personnes qui la pratiquent de réinventer leur rapport à la ville. En la dessinant, on l’apprivoise, et la carte devient lieu de refuge. La cartographie pour communiquer et reconfigurer des rapports à l’espace, pour créer un refuge temporaire…

La description d’un voyage peut-elle se limiter à la mise en relation d’un point de départ et d’arrivée ? La cartographie des migrations est-elle réductible à la seule description d’un flux collectif, dans une logique de régulation urbaine d’un mouvement planétaire ?

Maison de la Poésie


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search