Géovisualiser des stocks comme des flux

Une carte de flux est traditionnellement réalisée à partir de données archivées dans un tableau croisé, que l’on nomme une matrice de flux. Par convention, par chez nous du moins, sont mentionnées en lignes les entités d’origine et en colonnes, celles de de destination. Le croisement d’une ligne et d’une colonne décrit une quantité transferée depuis une entité d’origine vers une entité de destination.

Cette matrice est donc composé de deux grandes parties exploitables dans un processus de cartographique :

– une partie centrale, son cœur, qui décrit cette quantité transférée entre les couples d’origine-destination ;
– une partie périphérique, les marges, qui décrivent soit le total émis par une entité (située en ligne) ou soit le total reçus par cette même entité (située en colonne).

Partant de là, différents indicateurs peuvent être calculés … de même que différents raisonnements peuvent être adoptés pour analyser les données de cette matrice et les visualiser notamment par voie cartographique, en fonction de leur thématique, afin de les communiquer à un public donné.

La carte étant un document à destination, sa réalisation est fondamentalement liée à sa thématique.
Illustrons donc ce qui précède, en prenant l’exemple d’une matrice de migrants. Cela nous permet de faire le lien avec MigrExploreR (3) qui propose une géovisualisation de stocks (de migrants) sous la forme de flux (de populations étrangères).

La figure ci-dessous a pour objectif d’illustrer ce passage entre les données numériques dont on dispose et deux grandes possibilités cartographiques. Il est important de noter que ces deux possibilités correspondent à deux logiques de raisonnement bien distinctes :
– une logique de lieux : je regarde ce qui qui se produit au pays de destination (ou d’origine) ;
– une logique de flux : je regarde comment les pays d’origine et de destination sont reliés, mis en  relation par l’existence d’une quantité de population (un stock, donc) qui a été transférée (un flux, donc) à un moment donné.

Interprétation :
en supposant que A, B, C et D soient des pays, on observe que le pays B a accueilli 8 personnes ayant la nationalité du pays A, ce qui témoigne d’un transfert de population que l’on peut formellement représenter par une flèche (bleue ci-dessus). Inversement, 6 personnes du pays B résident dans le pays A. C’est cette vision que MigrExploreR (3) propose.

Le pays A accueille au total 17 personnes qui proviennent / ont la nationalité exclusive d’un autre pays. Dans le même temps, ce même pays B a accueilli 14 personnes, tandis que 11 de ses compatriotes (individus de nationalité B) résident à l’étranger ; le pays B possède donc un volume total égal à 25 personnes, que l’on peut représenter par un symbole ponctuel proportionnel  (cercle vert ci-dessus).

Billet lié :
MigrExploreR (3) pour géovisualiser un flux de populations étrangères

 

 

 

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search