Trop Moyen Orient (combien de réfugiés français dans les pays voisins ?)

Pour changer de nos ordinaires, nous accueillons aujourd’hui dans Néocarto un artiste enseignant. Julien Dupont (Kobri) est auteur de fictions radiophoniques et cartographiques ainsi que professeur d’histoire-géographie en collège, près de Lyon. Avec ses cARTes, il redessine nos espaces de vie réels et imaginaires, nous transportant, songeurs, vers d’autres ailleurs. Ses cartes explorent et imaginent à l’aquarelle des espaces aussi divers qu’un salon en période de confinement, le Groenland après la fonte de l’Inlandsis ou le dernier plan de partage de la Palestine. Elles mobilisent les ressorts de la cartographie imaginaire pour s’emparer d’un sujet par le dessin et les mots, en proposer un récit. Pour Néocarto, il a choisi le Proche-Orient et la question des réfugiés syriens… Nous lui laissons la parole.


« Au mois de mars 2018 le régime syrien lance une offensive sur la Ghouta orientale (ghouta al sharqia), région périphérique à l’est de Damas, dans laquelle la rébellion à Bachar el Asad a survécu depuis 2012. Cette ultime bataille, présentée dès le départ comme un dernier sursaut de l’insurrection, oppose une armée régulière, aidée par des contingents étrangers, à quelques milliers d’opposants armés, dispersés sur un territoire de plaines agricoles parsemées de villages.

C’est la dernière grande oasis avant le désert de Syrie, partiellement asséchée par l’urbanisation de ces trente dernières années. Elle fait maintenant partie des lointaines banlieues et espaces périurbains de Damas, dont l’agglomération comptait 2,6 millions d’habitants en 2011. Si l’on transposait en France, Douma, la principale ville de la Ghouta, pourrait être l’équivalent d’une ville de l’Essonne. Ou encore Décines dans l’Est lyonnais. Peut-être Martigues et les alentours de l’Etang de Berre. En 2018, une grande majorité des habitants de cette région périphérique ont déjà fui. Les images qui nous parviennent nous montrent des immeubles éventrés et des routes défoncés empruntés par des blindés et des files de gens qui s’en vont encore et encore.

Depuis 2011, la moitié de la population syrienne a été déplacée et presqu’un tiers des Syriens a fui à l’étranger. Vers quels pays sont-ils partis ? Particulièrement la Turquie, le Liban, l’Irak, la Jordanie.

Au Liban, plus d’un million de réfugiés sont arrivés, augmentant sa population de plus de 15%. Ils sont sans doute autour de 2 millions en Turquie. L’Arabie Saoudite en revendique 2,5 millions mais le chiffre est difficilement vérifiable. Le nombre passe brutalement à quelques certaines pour d’autres pays voisins (Israël, Chypre).

Parallèlement, l’Europe voit arriver depuis 2015 des flux de plus en plus denses de réfugiés syriens, dont l’accueil est aussi proportionnellement très variable d’un pays à l’autre (capacité d’accueil de 1 à 30 entre la France et l’Allemagne, de 1 à 7 entre la France et la Suède, cette dernière pourtant bien moins peuplée que le France).

Mais le brassage de ces différents chiffres – suivre des flux d’humains en situation de fuite sous forme de courbes, de diagrammes ou d’énormes points sur des cartes – est finalement impuissant à quantifier la catastrophe syrienne.

Un tiers environ des habitants a fui le pays depuis 2011. Les conditions d’accueil des réfugiés dans les pays voisins sont extrêmement variables. On trouve plus souvent un accueil à l’entrée d’un camping que d’un camp de réfugiés et du personnel d’accueil à Stockholm que dans un village du désert jordanien.

Et nous, vers quels pays nous tournerions-nous
s’il fallait fuir les bombes et les massacres ?

Pour cette carte réalisée au moment de l’offensive du régime syrien sur la Ghouta orientale, j’ai imaginé le nombre de réfugiés que provoquerait un conflit tel que celui qui dure depuis 9 ans en Syrie pour un pays comme la France (au prorata de la population déplacée dans les pays voisins).


Aquarelle 20cmX20cm, Julien Dupont (Kobri), mars 2018.

Quel pays voisin nous « accueillerait », ou en tout cas nous laisserait rentrer, que ce soit pour nous guider vers un hébergement d’urgence ou plus simplement nous laissera planter nos tentes quechua au bord d’une voie rapide ? Si la France avait connu le terrible enchaînement des évènements qui dévaste la Syrie depuis presque dix ans, une vingtaine de millions de personnes aurait franchi les frontières belges, allemandes, suisses, espagnoles…

Quels pays auraient ouvert leurs frontières,
quels autres les auraient fermé ?

Cette carte est une fiction, une tentative de renversement de perspective ; toute ressemblance avec des chiffres ou des pays ayant existé serait purement fortuite, et quelques données ont immanquablement été maltraitées. Elle exprime seulement une volonté de tromper l’œil en manipulant cartes et chiffres, ces objets mentaux qu’on nous sert à volonté chaque jour, et dont on peut essayer de s’emparer pour poser notre propre regard interrogatif sur le monde. »

 

Julien Dupont (Kobri)
kartokobri.wordpress.com
@kartokobri


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search