Carto et chorégraphie #1. La scène

Dans cartographie, il y a « graphie », dans chorégraphie aussi.


Ceci est un premier court billet, d’une courte série, souhaitant examiner les modalités de représentation graphique du mouvement individuel, en mettant en parallèle ceux d’un danseur (du répertoire classique) et ceux d’une personne circulant librement ou non dans un espace géographique.  Pourquoi ? Parce que ça peut toujours servir … 


RAPPEL :

La cartographie, c’est l’art de créer des cartes (géographiques). La chorégraphie, c’est l’art de créer des ballets (du répertoire classique). Dans les deux cas, il s’agit de produire une image décrivant un phénomène social. Pour comparer ces deux pratiques, prenons l’exemple de la graphie de la mobilité individuelle.

Ce billet porte sur la scène qui servira de support à la graphie d’un mouvement individuel.

PARALLÈLES :

  • La cartographie (au sens de carte thématique) décrit des motifs (des patrons) dotés d’une signification, la chorégraphie aussi.
  • La cartographie s’exprime sur une scène (souvent géographique, mais pas seulement), la chorégraphie aussi (la scène est souvent celle d’un théâtre).
  • La scène du chorégraphe est une piste de danse, celle du cartographe est une zone d’étude. Toutes deux délimitent un espace géographique (le territoire du danseur, du navetteur, du touriste, etc.).
  • La cartographie nécessite des repères spatiaux, c’est-à-dire au sol, la chorégraphie aussi.
  • La cartographie s’appuie sur un maillage de l’espace, la chorégraphie aussi. Ce maillage est formé de lignes qui se croisent, définissant ainsi des points de repères, respectivement d’amer ou de coordonnées et des points Vaganova, par exemple.
  • La cartographie se destine à un public donné, la chorégraphie aussi. Toutes deux sont donc (destinées à êtres) vues et perçues par au moins un observateur isolé.
  • La cartographie est généralement orientée (par défaut vers un nord versus un sud), la chorégraphie aussi (par défaut de face versus de dos) par rapport au public.
  • La cartographie est souvent présentée (au public) en vue de dessus, la chorégraphie en vue de face.

Ci-dessous, un essai de représentation graphique formelle comparant la scène du chorégraphe et celle du cartographe, en vues de dessus.

Essai de comparaison graphique des scènes chorégraphiques et cartographiques. (c) Néocarto, 2020.

Commentaires bienvenus.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search