Avoir le bon flow

— English below —

Camarades cartographes, après plusieurs jours d’expérimentations et de développement, je suis heureux de mettre enfin en ligne cette petite application web réalisée en R et D3.js. Ce faisant, je poursuis à la fois ma petite série sur les globes [voir, voir et voir] et les travaux que nous menons conjointement avec Françoise Bahoken sur les représentations possibles d’une matrice de flux [voir et voir].

Ici, c’est la tant décriée flèche qui a été choisie. Je cède donc à mon tour à un travers cartographique que je m’échine pourtant à combattre. Car en effet, les flèches suggèrent un mouvement, alors que les données ne concernent ici que le nombre de migrants dans chaque pays. Un stock et non un flux. On frôle le mapfail… De plus, d’un point de vue thématique (les migrations), les flèches agrègent par construction une multitude de trajectoires individuelles dans des courbes souvent dessinées pour paraître les plus harmonieuses possibles. Or on sait que l’harmonie n’est pas ce qui caractérise le plus les flux de migrants qui se heurtent bien souvent, dans la réalité, à la violence des frontières. Et que dire de de la rhétorique d’invasion que ces cartes véhiculent souvent ? [voir]

Et pourtant, si je me suis lancé dans une telle réalisation, au-delà de la dimension esthétique indéniable de ce genre de cartes, c’est que les enjeux méthodologiques sont importants. Comment exprimer la variable visuelle taille de ces flèches ? Par l’épaisseur ? Par la surface ? Quid de la distance ? Quid des projections ? Quid de l’effet des mailles géographiques sous jacentes ? On marche là dans les pas de Waldo Tobler. Tout ceci, c’est justement l’objet d’un package R actuellement en développement dans le cadre du projet TTT [voir]. Mais je suis certain que Françoise Bahoken nous en dira plus dans un prochain billet 😉

Voir
https://analytics.huma-num.fr/Nicolas.Lambert/migrexplorer3

Flow Globe

Comrades cartographers, after several days of experimentation and development, I am happy to finally put online this tiny web application made in R and D3.js. In doing so, I am continuing both my series on globes [see, see and see] and the work we are doing together with Françoise Bahoken on the possible representations of a flow matrix [see and see].

Here, the much-discussed arrows have been chosen. So I give in to my turn to a cartographic shortcoming that I’m struggling to fight against. For indeed, the arrows suggest a movement, whereas the data here only concern the number of migrants in each country. A stock and not a flow. Moreover, from a thematic point of view (migrations), the arrows aggregate by construction a multitude of individual trajectories in curves often drawn to appear as harmonious as possible. But it is well known that harmony is not what characterizes the flows of migrants, which in reality very often come up against the violence of borders. And what about the rhetoric of invasion that these maps often convey? [see]

And yet, if I embarked on such a project, beyond the undeniable aesthetic dimension of this kind of map, it is because the methodological stakes are high. How to express the visual variable size of these arrows? By thickness? By the surface? What about distance? What about projections? What about the effect of the underlying geographical grids? We’re walking in Waldo Tobler’s footsteps here. And this is precisely the subject of an R package currently being developed as part of the TTT project [see]. But I’m sure Françoise Bahoken will tell us more in a future post 😉

See:
https://analytics.huma-num.fr/Nicolas.Lambert/migrexplorer3



Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.