MigrExploreR (2) MigTrends, pour explorer la temporalité des migrations internationales

« Par ses alchimies silencieuses,
la mondialité diffuse en nous la présence d’un invisible plus large que notre lieu,
d’une partie de nous plus large que nous-mêmes. »
 

(Patrick Chamoiseau, Frères migrants, 2017)

Comment explorer/visualiser aujourd’hui une matrice origine-destination décrivant des migrations genrées entre tous les pays du Monde à plusieurs dates ? Vaste sujet…

La seconde piste que nous explorons dans ce billet à deux voix est celle de la composante temporelle des migrations internationales. L’objectif est de pouvoir répondre à des questions telles que :
– Quels sont les pays dont le stock de migrant.e.s a augmenté entre 1990 et 2019 ?
– Quels sont les pays ou régions qui ont accueilli le moins de migrant.e.s rapporté.e.s à leur population totale depuis 2015 ?
– Quels sont les pays pour lesquels le nombre de migrant.e.s rapporté.e.s à la population a baissé / augmenté ? etc.

Les informations sont celles de la matrice déjà présentée dans MigrExplorer(1). Elles sont disponibles pour les années 1990, 1995, 2000, 2005, 2010, 2015 et 2019 pour tous les pays et toutes les régions du monde (au sens des Nations Unies).

Pour observer des données, il est possible de les représenter, soit :
– en privilégiant la vision de l’espace, sur celle du temps ;
en focalisant l’attention sur le temps, l’espace intervenant dans un second temps ;
– en tentant d’articuler l’espace et le temps sur une même vue.
C’est la seconde possibilité que nous avons choisie, pour une analyse plutôt « tempo-spatiale » que « spatio-temporelle ».

Le choix d’un diagramme temporel

La géographie n’étant pas l’entrée principale de l’analyse que nous proposons ici, il n’y a pas nécessairement lieu de réaliser une carte ! D’abord parce que le fait que les données soient localisées n’est pas une condition suffisante pour les spatialiser. Ensuite parce que, l’important est (la nature de la donnée, certes) la lecture de ces migrations dans le temps : la perception de stocks de migrant.e.s à différentes dates, celle de leur évolution (croissance – stagnation – décroissance) dans un intervalle temporel. La carte est pour cela peu opérante, car elle va d’abord privilégier la visualisation des positions des lieux dans l’espace géographique (ce qui est normal) et négliger la linéarité du temps (ce qui n’est pas son objectif principal).

En effet, comme l’indique Gilles Palsky (2004) « La carte déstructure le temps, en oblitérant sa linéarité et son irréversibilité. Où commence la lecture d’un système de mouvements ? Dans quel sens et dans quel ordre ? Seule la variation visuelle de troisième dimension peut permettre d’exprimer synchronisme et succession, à condition que la même variation affectant des mobiles différents corresponde à un moment précis » (Palsky, 2004 : 350).

Si la carte est en effet l’outil privilégié de visualisation de la distribution géographique d’un phénomène, des migrations par exemple, le diagramme s’avère pertinent pour représenter le temps. Cependant, plutôt que d’ajouter une troisième dimension (T) à une carte qui en compte déjà deux (X,Y), nous allons plutôt réduire la figure à un diagramme formé d’une seule composante : celle du temps.
Dans ce diagramme figurant le temps sur un unique axe, l’espace n’est pas pour autant en reste : il demeure par ailleurs mobilisable, grâce aux possibilités d’interactivité offertes par MigrExplorer (2) MigTrends.

Explorer la « tempo spatialité » des migrations internationales

Le temps ainsi placé sur un unique axe linéaire est dès lors appréhendé comme une composante structurante du diagramme. Dans ce cas, il donne à voir, par exemple, le temps qui passe ou encore l’effet du temps au cours du temps sur un phénomène, typiquement sa situation à deux voire plusieurs moments pour observer une évolution – voir Fig 1a).

Pour observer cette « tempo spatialité », nous avons ensuite fait un choix purement cartographique. En effet, plutôt qu’ajouter un axe vertical symbolisant les effectifs à deux dates – pour aboutir au modèle classique du diagramme en barres (pour visualiser l’effectif au cours du temps) – nous avons préféré opté pour un diagramme ne figurant qu’un seul axe de repérage de position dans le temps, un peu à la manière des économistes comme dirait Peter Haggett (voir Fig 1 a’).

Fig 1. Construction de MigrExploreR (2) MigTrends

Aux positions temporelles considérées, nous dessinons un figuré ponctuel, de forme carrée et de couleur rouge, qui symbolise la population de migrant.e.s aux différentes dates. Cette population étant potentiellement variable, la surface de ce symbole subit logiquement une variation de sa taille proportionnelle au stock observé, aux temps (tn) considérés.
Pour enrichir l’analyse, nous introduisons une seconde variable, la population totale de la zone concernée, qui présente la même forme que précédemment – dont la taille varie également, mais une autre couleur.
Le résultat graphique [MigrTrends] consiste alors en un système de symboles proportionnels imbriqués qui permet d’observer simultanément les stock de migrant.e.s et de population (fig 1. MigrTrends).

Deux visions sont proposées, une vision absolue obtenue par une comparaison visuelle directe des dimensions des deux carrés équivalents à ces populations et une vision relative rendue possible par deux mentions littérales :
– la part en pourcentage de migrant.e.s dans la population totale aux dates considérées ;
– le taux de changement simple : l’évolution du stock de migrant.e.s sur la période considérée. 

Comment ça marche ?

Comme précédemment, MigrExplorer (2) MigTrends est une application développée en R et portée sur le web via le package Shiny [voir code source], à partir des données fournies librement par le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU [voir].



Accéder à MigrExploreR 2 – MigrTrends
https://analytics.huma-num.fr/Nicolas.Lambert/migrexplorer2/



La première étape consiste à sélectionner la composante spatiale, sur la partie gauche, en choisissant la zone d’intérêt à observer :
– le monde entier ;
– les régions les plus développées ;
– les régions les moins développées ;
– un groupe de pays formant une région du monde ;
– un pays donné.

NB : les régions et groupes de pays sont ceux des Nations unies.

 

 



La seconde étape est celle du choix de la composante temporelle,
de deux dates ou d’un intervalle temporel.

 

Ces choix nous permettent d’observer la situation du monde, entre 2010 et 2019.

Au niveau monde, le nombre total de migrant.e.s est passé de 220,8 millions en 2010 à 271,6 millions en 2019, ce qui correspond à une augmentation de +0,3% en près de 10 ans.
En 2010, le stock total de migrants correspondait à 3,2% de la population totale mondiale estimée à 6956,9 millions, tandis qu’en 2019, il est de 3,5% de cette même population totale mondiale estimée à 7713,5 millions.

Face à ces chiffres dont on rappelle qu’ils sont de source ONU, la question qui se pose est celle de savoir s’il y a bien eu un « afflux » de migrant.e.s au niveau mondial, un important mouvement par rapport à la population.

Certains vont nous rétorquer que le problème se pose surtout pour les pays les plus développés ou encore pour l’Europe, qui subit supposément une crise migratoire depuis 2015.

Examinons donc la situation migratoire de l’Europe, entre 2015 et 2019.

Le nombre total de migrant.e.s d’une zone Europe à cru de 0,9 % depuis 2015, ce qui correspond à une augmentation de 7,3 millions de personnes en 2019, avec un stock de 82,3 millions à cette date alors qu’il était de 79 millions en 2015, effectifs qui correspondent respectivement à 10,1 et 11% de la population totale européenne.

Nous sommes en droit de nous poser la question de savoir si une augmentation de moins de 1% peut bien être qualifiée  « d’afflux » …

Oui, mais, en fait, il faudrait regarder certains pays : ceux qui accueillent beaucoup devraient voir leur population de migrants augmenter considérablement.

Soit, observons à présent le cas de la France, par exemple, entre 1990 et 2019.

Entre 1990 et 2019, le nombre de migrant.e.s présent.e.s en France a effectivement cru en valeur absolue : il est passé de 5,9 millions de personnes en 1990 à 8,3 millions en 2019, ce qui correspond à une augmentation nette de 2,5 millions de personnes. Dans le même temps, la population française a augmenté de 8,4 millions de personnes – effectif résultant de la différence entre les 65,1 millions d’habitants dénombrés en 2019 et les 56,7 millions de 1990.

Cette augmentation, lorsqu’elle est rapportée à l’ensemble de la population française, est exactement de 2,4% sur une période de près de 30 ans – ce qui ne pèse pas bien lourd. Il est donc possible de conclure que le nombre de migrant.e.s présents en France depuis 1990, s’il n’est pas nul, il n’en demeure pas moins négligeable, à l’échelle nationale.

 


Référence mentionnée :
Palsky, G. (2004), Le temps des cartographes, in : Bord J.-P., Baduel, R., Les cartes de la connaissance, Karthala-Urbama, pp. 345-352.


Billets liés :
Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2020) MigrExploreR pour géo-visualiser des migrations internationales, Carnet de recherches Néocartographiques, URL : https://neocarto.hypotheses.org/9872

Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2020) MigrExploreR (3) Géovisualiser le flux de populations étrangères, Carnet de recherches Néocartographiques, URL : https://neocarto.hypotheses.org/10950

Citation :
Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2020) MigrExploreR (2) MigrTrends pour explorer la temporalité des migrations internationales, Carnet de recherches Néocartographiques, URL : https://neocarto.hypotheses.org/10556


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search