Catégorie : Réflexions

0

Le Manifeste des cartographes

Ce manifeste a été réalisé par Marie-Laure APERS-TRÉMÉLO, Nicolas LAMBERT & Hervé PARMENTIER, suite à l’ANF Dataviz qui s’est tenue à Sète du 12 au 16 novembre 2018 [voir]. Ce Manifeste est également issu de la démarche participative « Les 10 lois de la cartographie » engagée en septembre 2016 [voir]. ———- Télécharger le manifeste en pdf ———- Ci-dessous, nous mettons également à disposition de la communauté les différents supports de présentation utilisés pendant cette action de formation. Ces supports ne sont pas parfaits et contiennent assez peu de textes. Désolé par avance pour les coquilles, imprécisions et oublis. N’hésitez...

0

Magrit ou R ?

Camarades cartographes, veuillez-trouver ci-dessous mon intervention ainsi que celle de Timothée Giraud [voir], réalisée lors de la journée d’études sur les humanités numériques à l’ENS le 4 octobre 2018, sur les usages et formats de la cartographie aujourd’hui [voir].  Cette intervention en duo porte sur les outils cartographiques pour la recherche et l’enseignement que nous développons à l’UMS RIATE [voir], Nous y présentons deux solutions de cartographie qui visent deux types de besoins de production différents. D’une part, l’application en ligne MAGRIT qui a été pensée comme un support à l’enseignement de la cartographie thématique. D’autre part, le package « cartography...

2

Quand le fond de carte n’est pas qu’un simple contenant

Camarades cartographes, on explique souvent que l’information géographique se décline en deux grandes catégories. Il y a d’une part, le niveau géométrique qui décrit la forme et la localisation des objets géographiques ; c’est le fond de carte. Et d’autre part, il y a le niveau sémantique, constitué de chiffres ou de données textuelles permettant de caractériser les objets géographiques. On parle alors de données attributaires. A ces deux principales catégories, on ajoute parfois également un niveau dit topologique, qui définit les relations spatiales entre les différents objets (contiguïté, distance, etc.), mais c’est en réalité une information déduite du niveau...

0

A dans l’ABC de sémiologie

Dans un article peu mentionné en Cartographie, Jacques Bertin présente une classification des variations sémiologiques en typographie, en prenant l’exemple de la lettre A. L’article intitulé Classification typographique. Voulez-vous jouer avec mon A ? est un court texte d’ailleurs disponible sur Persée (ici), publié en 1980, dans la revue Communication et Langage, par Bertin lui-même. L’auteur y réalise une revue de ses premières propositions (les dits principes de sémiologie). Intéressant. L’objectif de l’article est, en effet, d’identifier « […] les variables indépendantes, c’est-à-dire toutes autres variations exclues, que l’on peut rencontrer dans la lettre, et, éventuellement, dans le mot […] »...

0

Qu’est-ce qu’un #mapfail ?

Le blog Cartographie(s) numérique(s), principalement organisé autour d’un collectif d’enseignants en Histoire et Géographie, propose un long billet dédié au cumul de #mapfail dans l’analyse cartographique d’une information sensible, une pratique religieuse. Le billet de Sylvain Genevois, intitulé La cartographie du monde musulman et ses nombreux « map fails » (ici), est organisé autour d’une carte du géoweb (voir Fig. 1) extraite de l’article D’où viennent les pèlerins de la Mecque ? publié en 2017 dans La Croix. Intéressant. Fig. 1. Capture écran de la carte intitulée : « CARTE Plus de deux millions de musulmans, venus du monde entier, prennent part au...

2

Pour une cartographie honnête

“On se plaint que les images manipulent. Oui, et alors ? Le texte ne manipulait pas ?” (Jean-Luc Mélenchon, Le choix de l’insoumission, 2016) Camarades cartographes, pourquoi faisons-nous des cartes puisque elles ne sont pas objectives ? Je pose ici quelques éléments de réflexion. A débattre, évidemment 🙂 Des cartes, pour quoi faire ? La carte, c’est l’outil du géographe. Le point de départ et le point d’aboutissement du travail en géographie. Car il y a en réalité deux chemins de construction cartographique. Le premier est exploratoire. C’est la visualisation des données sans a priori, pour comprendre un phénomène géographique, se...

1

La mise en scène cartographique

« De Stettin dans la Baltique jusqu’à Trieste dans l’Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent » (Winston Churchill, 1946).   Camarades cartographes, je vais vous parler aujourd’hui de ce qu’on appelle la mise en scène cartographique. Et pour cela, dans le but d’être concret, je vais m’appuyer sur une carte extraite du manuel de cartographie réalisé l’année dernière avec Christine Zanin et en faire le « making off ». Qu’est ce que la mise en scène en cartographie ? Traditionnellement, en cartographie thématique, on parle plutôt de mise en page.  La mise en page, c’est l’opération qui...

1

L’effet K

En 1921, deux cinéastes russes, Lev Koulechov et Vsevolod Poudovkine, mirent en place une expérience connue aujourd’hui son le nom de “Effet-K” (ou effet Koulechov). Cette expérience tendait à démontrer l’importance du montage sur l’esprit humain et sa perception des choses. En d’autres termes, notre perception d’une image dépend de celle qui la précède et de celle qui la suit. En s’appuyant par exemple sur un gros plan de l’acteur russe Ivan Mosjoukine le regard dirigé hors champ, suivie de différentes images – une assiette de soupe, un cercueil, une petite fille qui joue – et en demandant aux spectateurs...

1

Agloe, la ville de papier

Comment créer une ville de toute pièce à partir d’une simple feuille de papier ? Pour le savoir, l’histoire commence aux Etats-unis, avec la « ville » d’Agloe (Etat de New-Yok). Agloe est une ville factice inventé par la compagnie Esso au début des années 30 et insérée sur leurs cartes topographiques de l’Etat de New-York, à la jonction d’une route sans nom avec la route NY 206, près de Roscoe (lat/lng : 41.9638 / -74.9072). Le nom Agloe, provient en fait des noms des deux auteurs de la carte : Otto G. Lindberg et Ernest Alpers. Mais pourquoi une fausse ville ?...

4

La frontière migratoire européenne

Camarades cartographes, j’étais la semaine semaine à Strasbourg avec Florence Troin et Anne-Christine Bronner, pour un atelier de cartographie expérimentale, organisé en marge de la venue de l’exposition Moving Beyond Borders [voir]. A cette occasion, j’ai pu parler au côté de Philippe Rekacewicz et de Lucie Bacon, des mes travaux/réflexions à propos de la frontière migratoire européenne. Je livre ici un résumé de mon intervention en m’appuyant sur une sélection de cartes. Parmi elles, une mise à jour de la « carte des morts » inédite. Qu’est ce que la frontière européenne ? Quelle forme a t-elle ? Ou passe t-elle ? Pour répondre à...

7

Cartographie reproductible

Camarades cartographes, partant du constat que les géographes/cartographes ont beaucoup à apprendre des informaticiens en terme de méthode de travail, je vous parle aujourd’hui de cartographie reproductible. Ce terme – la cartographie reproductible – que je pose pour la première fois dans ce billet, est directement inspiré de ce qu’on appelle la recherche reproductible (voir). Réfléchissant depuis longtemps à un process de travail permettant d’organiser, d’archiver et de partager mon travail de conception cartographique, je vous propose ici un dispositif qui me semble efficace. Il repose sur deux piliers : R et github. R c’est quoi ? R est un langage de programmation open source...

0

Des cartes dans vos têtes

Camarades cartographes, je parle aujourd’hui des cartes mentales. En géographie, la carte mentale est une méthode permettant de recueillir des informations spatiales. Il s’agit en fait d’une technique d’enquête permettant de collecter des informations sur un territoire donné. Introduites en Angleterre dans les années 1970 et appliquées dans un premier temps à l’espace urbain (Lynch, 1976), les cartes mentales permettent d’acquérir et collecter des « connaissances » spatiales individuelles et subjectives. Pour cela, la personne enquêtée est invitée à dessiner à main levée sa propre perception de l’espace géographique sur une feuille blanche. On parle alors de « sketch map » (« cartes-croquis » ou « cartes-esquisses »). Dans certains cas, en fonction des objectifs de l’enquête, le tracé...

0

Oucarpo, kezako ?

« L’espace fond comme le sable coule entre les doigts. Le temps l’emporte et ne m’en laisse que des lambeaux informes » (Georges Perec, Espèces d’espace, 1974) Camarades cartographes, je ne cesse de le dire, la cartographie a quelque chose à voir avec la littérature. Une carte peut être obstinément descriptive comme du Flaubert, absurde comme du Ionesco, tragique comme du Shakespeare ou prospective comme du Asimov. Quoi qu’il en soit, toute carte est faite de décors, de descriptions, des actions et des mouvements s’y déroulent, le tout retranscrit dans un langage propre : le langage cartographique. Si vous aimez la littérature,...

3

Géomatique + Infographie = Cartographie

Camarades cartographes, je parle ici du métier qui est le notre. J’essaye de le situer et d’en tracer les contours. Qu’est ce que la géomatique ? Le terme géomatique est un néologisme composé de « géo » (pour géographie) et de « matique » (pour informatique). C’est la discipline ayant pour objet « la gestion des données à référence spatiale et qui fait appel aux sciences et aux technologies reliées à leur acquisition, leur stockage, leur traitement et leur diffusion » (Marcel Bergeron, 1993, Vocabulaire de la Géomatique Québec). En somme, la géomatique est le domaine de l’informatique auquel se rattache les SIG (Système d’Information Géographique). Qu’est ce...

0

La double subjectivité des cartes

Camarades cartographes, voyez-vous un six ou un neuf ? Nous le savons, les cartes sont subjectives et tout est une question du point de vue… Mais de quoi parlons-nous vraiment ? La Subjectivité de l’émetteur. Toute carte résulte d’un processus de construction à la fois manuel et intellectuel. Lorsqu’on réalise une carte, on la conçoit avec ses intentions, ses façons de voir, ses sensibilités idéologiques et artistiques. En sommes, la carte est forcément un miroir grossissant qui consiste à mettre en lumière certains éléments et, par construction, en dissimuler d’autres. Par les choix inhérents à la réalisation cartographiques – on ne peut pas tout mettre...