Catégorie : Réflexions

1

Des cartes ou des globes ?

Camarades cartographes, et si nous en finissions enfin avec ces satanées cartes qui déforment la réalité ? A l’heure du numérique où tout est interactif, animé, augmenté, en 3 dimensions, en réalité virtuelle, n’est-il pas temps, en effet, de mettre au rebut ces représentations planes et distordues qui montrent le Monde tel qu’il n’est pas. La Terre n’est pas plate à ce que je sache… Cette idée n’est pas nouvelle. Au XIXe siècle, elle était notamment défendue par le géographe et anarchiste français, Élisée Reclus. Fermement opposé aux cartes qui, par construction, distordent la surface terrestre, il plaidait pour la construction...

3

Quelle est la bonne carte ?

Camarades cartographes, je vous propose dans ce nouveau billet une petite réflexion sur la multi-représentation cartographique, appliquée à la géographie des migrants morts et portés disparus en Méditerranée. Ce billet fait suite à la communication effectuée avec Timothée Giraud [voir] à la 29e conférence internationale de cartographie qui s’est tenue à Tokyo du 15 au 20 juillet dernier [voir]. Si l’aspect méthodologique vous intéresse, le papier [voir], les slides [voir] et les codes sources [voir] sont dores et déjà en ligne.  Cartographier les morts La première carte des migrants morts et disparus aux frontières de l’Union européenne a été conçue...

1

Cartographier les migrations #3 : enjeux rhétoriques

Ce billet est le troisième d’une série de trois billets consacrés aux représentations cartographiques des migrations, présenté lors d’un séminaire au laboratoire MIGRINTER, le 4 avril 2019. Celui-ci est dédié aux enjeux rhétoriques. Verbatim La carte est l’instrument fondamental du géographe. Elle permet de faire émerger des hypothèses, de tester une intuition, de valider un raisonnement, de spatialiser le regard. En sciences, la carte peut d’ailleurs valoir de preuve. L’élaboration d’une carte à la fin d’un processus de recherche permet aussi d’expliquer par l’image le résultat d’un raisonnement donnant toujours lieu à une représentation donnée du Monde, située. Le fait...

0

Cartographier les migrations #2 : enjeux théoriques et méthodologiques

Ce billet est le deuxième d’une série de trois billets consacrés aux représentations cartographiques des migrations, présenté lors d’un séminaire au laboratoire MIGRINTER, le 4 avril 2019. Celui-ci est dédié aux enjeux théoriques et méthodologiques. Verbatim Les images cartographiques produites au cours du temps sur des mouvements et déplacements apparaissent diverses dans leur forme, dans leur fond et dans leur mise en œuvre. Dans la mesure où elles peuvent être (perçues comme) complexes, il devient intéressant de les examiner de plus près. Pour cela, il convient d’adopter une posture critique dé-constructive de ces images pour essayer d’identifier les éléments qui...

1

Cartographier les migrations #1 : un monde de cartes

Ce billet est le premier d’une série de trois billets consacrés aux représentations cartographiques des migrations, présenté lors d’un séminaire au laboratoire MIGRINTER, le 4 avril 2019. Celui-ci est dédié à l’approche historique de la cartographie en général, de la cartographie des migrations en particulier. Verbatim Cela fait longtemps que l’Humanité produit différents types de cartes. Cartes polynésiennes, table de Peutinger, portulans, etc., nombre d’entre elles étaient notamment conçues pour le repérage et l’organisation des déplacements humains sur terre ou en mer. L’histoire de la cartographie est aussi l’histoire de la représentation du Monde. Si la première carte du monde...

0

Le théorème des quatre couleurs

Le saviez-vous, 4 couleurs suffisent pour colorier n’importe quelle carte – la carte des pays du Monde, la carte des départements, la carte des communes, etc. – sans jamais utiliser deux couleurs identiques pour 2 pays adjacents. Faites l’essai sur n’importe quel fond de carte, ça marche à tous les coups. Bien que triviale, cette propriété ne fut pas facile à démontrer et nombre de mathématiciens s’y cassèrent les dents. C’est Francis Guthrie en 1852, qui s’intéressa le premier à cette question en travaillant sur la coloration des régions en Angleterre. Plus tard, Alfred Kempe et Peter Guthrie Tait tentèrent...

0

La légende d’une carte, un élément incontournable

La légende est l’un des éléments essentiels d’une carte statistique. S’il est essentiel qu’elle soit présente sur le document cartographique, elle doit également être conçue de manière efficace, pour éviter les contresens dans l’interprétation des informations cartographiées. 1. L’importance de la légende d’une carte La légende doit être claire et facilement compréhensible. Lorsqu’elle est bien conçue, elle permet de faire un lien direct entre le dessin des figurés perçus, les informations sous-jacentes et l’interprétation principale de la figure, telle qu’elle est souhaitée par l’auteur. Au-delà de la légende, la difficulté de réaliser une carte (plus généralement un graphique statistique) réside...

0

Le Manifeste des cartographes

Ce manifeste a été réalisé par Marie-Laure APERS-TRÉMÉLO, Nicolas LAMBERT & Hervé PARMENTIER, suite à l’ANF Dataviz qui s’est tenue à Sète du 12 au 16 novembre 2018 [voir]. Ce Manifeste est également issu de la démarche participative « Les 10 lois de la cartographie » engagée en septembre 2016 [voir]. ———- Télécharger le manifeste en pdf ———- Ci-dessous, nous mettons également à disposition de la communauté les différents supports de présentation utilisés pendant cette action de formation. Ces supports ne sont pas parfaits et contiennent assez peu de textes. Désolé par avance pour les coquilles, imprécisions et oublis. N’hésitez...

1

Magrit ou R ?

Camarades cartographes, veuillez-trouver ci-dessous mon intervention ainsi que celle de Timothée Giraud [voir], réalisée lors de la journée d’études sur les humanités numériques à l’ENS le 4 octobre 2018, sur les usages et formats de la cartographie aujourd’hui [voir].  Cette intervention en duo porte sur les outils cartographiques pour la recherche et l’enseignement que nous développons à l’UMS RIATE [voir], Nous y présentons deux solutions de cartographie qui visent deux types de besoins de production différents. D’une part, l’application en ligne MAGRIT qui a été pensée comme un support à l’enseignement de la cartographie thématique. D’autre part, le package « cartography...

2

Quand le fond de carte n’est pas qu’un simple contenant

Camarades cartographes, on explique souvent que l’information géographique se décline en deux grandes catégories. Il y a d’une part, le niveau géométrique qui décrit la forme et la localisation des objets géographiques ; c’est le fond de carte. Et d’autre part, il y a le niveau sémantique, constitué de chiffres ou de données textuelles permettant de caractériser les objets géographiques. On parle alors de données attributaires. A ces deux principales catégories, on ajoute parfois également un niveau dit topologique, qui définit les relations spatiales entre les différents objets (contiguïté, distance, etc.), mais c’est en réalité une information déduite du niveau...

0

A dans l’ABC de sémiologie

Dans un article peu mentionné en Cartographie, Jacques Bertin présente une classification des variations sémiologiques en typographie, en prenant l’exemple de la lettre A. L’article intitulé Classification typographique. Voulez-vous jouer avec mon A ? est un court texte d’ailleurs disponible sur Persée (ici), publié en 1980, dans la revue Communication et Langage, par Bertin lui-même. L’auteur y réalise une revue de ses premières propositions (les dits principes de sémiologie). Intéressant. L’objectif de l’article est, en effet, d’identifier « […] les variables indépendantes, c’est-à-dire toutes autres variations exclues, que l’on peut rencontrer dans la lettre, et, éventuellement, dans le mot […] »...

0

Qu’est-ce qu’un #mapfail ?

Le blog Cartographie(s) numérique(s), principalement organisé autour d’un collectif d’enseignants en Histoire et Géographie, propose un long billet dédié au cumul de #mapfail dans l’analyse cartographique d’une information sensible, une pratique religieuse. Le billet de Sylvain Genevois, intitulé La cartographie du monde musulman et ses nombreux “map fails” (ici), est organisé autour d’une carte du géoweb (voir Fig. 1) extraite de l’article D’où viennent les pèlerins de la Mecque ? publié en 2017 dans La Croix. Intéressant. Fig. 1. Capture écran de la carte intitulée : « CARTE Plus de deux millions de musulmans, venus du monde entier, prennent part au...

2

Pour une cartographie honnête

“On se plaint que les images manipulent. Oui, et alors ? Le texte ne manipulait pas ?” (Jean-Luc Mélenchon, Le choix de l’insoumission, 2016) Camarades cartographes, pourquoi faisons-nous des cartes puisque elles ne sont pas objectives ? Je pose ici quelques éléments de réflexion. A débattre, évidemment 🙂 Des cartes, pour quoi faire ? La carte, c’est l’outil du géographe. Le point de départ et le point d’aboutissement du travail en géographie. Car il y a en réalité deux chemins de construction cartographique. Le premier est exploratoire. C’est la visualisation des données sans a priori, pour comprendre un phénomène géographique, se...

2

La mise en scène cartographique

« De Stettin dans la Baltique jusqu’à Trieste dans l’Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent » (Winston Churchill, 1946).   Camarades cartographes, je vais vous parler aujourd’hui de ce qu’on appelle la mise en scène cartographique. Et pour cela, dans le but d’être concret, je vais m’appuyer sur une carte extraite du manuel de cartographie réalisé l’année dernière avec Christine Zanin et en faire le “making off”. Qu’est ce que la mise en scène en cartographie ? Traditionnellement, en cartographie thématique, on parle plutôt de mise en page.  La mise en page, c’est l’opération qui...

1

L’effet K

En 1921, deux cinéastes russes, Lev Koulechov et Vsevolod Poudovkine, mirent en place une expérience connue aujourd’hui son le nom de “Effet-K” (ou effet Koulechov). Cette expérience tendait à démontrer l’importance du montage sur l’esprit humain et sa perception des choses. En d’autres termes, notre perception d’une image dépend de celle qui la précède et de celle qui la suit. En s’appuyant par exemple sur un gros plan de l’acteur russe Ivan Mosjoukine le regard dirigé hors champ, suivie de différentes images – une assiette de soupe, un cercueil, une petite fille qui joue – et en demandant aux spectateurs...