[BILLET] L’Utopie selon Thomas More

utopia2

La carte ci-dessus, est une représentation cartographique de l’île décrite dans l’œuvre en latin de Thomas More : Utopia (1516). Cet ouvrage, à l’origine du terme d’utopie – qui provient d’un néologisme grec qui désigne à la fois le lieu qui n’est pas et le lieu du bonheur – décrit une île mystérieuse aux confins du monde : l’île d’utopie. Le cœur de ce livre est le récit, par le navigateur Raphaël Hythloday, d’un voyage fictif dans une île imaginaire à la société idéale. Sur cette île aux 54 villes, le langage, les institutions et les lois sont parfaitement identiques pour tous. Tous les citoyens effectuent à tour de rôle leur service agricole pour nourrir la collectivité pendant que les autres ont accès à l’instruction. La duré de travail quotidienne est fixée à 6 heures pour les hommes et pour les femmes. Les Utopiens ne font jamais la guerre sans de grave motifs et chacun est libre de choisir sa religion…

Au delà de la description d’une société jugée idéale, ce livre est aussi une critique précoce et virulente du capitalisme et de la société anglaise d’Henri VIII dont l’inégalité des richesses et l’intolérance religieuse sont les principales cibles. Parfois caractérisé de révolutionnaire, Thomas More est avant tout un humaniste chrétien. Très critique envers l’intolérance religieuse, il finira décapité sur l’échafaud pour avoir combattu le projet qui allait faire du roi d’Angleterre, le chef de l’Église. Son œuvre, et en particulier Utopia, reste une première référence majeure dans le combat humaniste pour l’émancipation.

utopia

Extraits

« L’île d’Utopie a deux cent mille pas dans sa plus grande largeur, située à la partie moyenne. Cette largeur se rétrécit graduellement et symetriquement du centre aux deux extrémités, en sorte que l’île entière s’arrondit en un demi-cercle de cinq cents miles de tour, et présente la forme d’un croissant dont les cornes sont éloignées de onze mille pas environ. [….] Amoaurote est la capitale de l’île; sa position centrale en fait le point de réunion convenable pour tous les députés ».

« Les Utopiens ont la guerre en abomination, comme une chose brutalement animale, et que l’homme néanmoins commet plus fréquemment qu’aucune espèce de bête féroce. Contrairement aux mœurs de presque toutes les nations, rien de si honteux, en Utopie, que de chercher la gloire sur les champs de bataille ».

« Les religions, en Utopie, varient non seulement d’une province à l’autre, mais encore dans les murs de chaque ville en particulier; ceux-ci adorent le soleil, ceux-là divinisent la lune ou tout autre planète. Quelques-uns vénèrent comme Dieu suprême un homme dont la gloire et la vertu jetèrent autrefois un vif éclat ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *