[BILLET] La butte rouge migratoire

« La Butt’ rouge, c’est son nom, l’ baptême s’ fit un matin
Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin.»
(Montéhus, La butte rouge)

Dans l’ouvrage “an atlas of radical cartography”, Maribel Casas-Cortes et Sebastan Cobarrubias écrivaient : “Une carte subversive des frontières aide à créer une frontière subversive”. C’est ce que j’essaye de faire ici : Utiliser les techniques modernes de la cartographie pour rendre compte et mettre en lumière un des aspects les plus sombres de la politique migratoire européenne. Car sachez-le, même en s’appuyant sur des données fiables et des méthodes scientifiques rigoureuses (c’est ce que je fais ici), la carte n’est jamais un objet neutre mais toujours l’expression d’un point de vue car la carte véhicule toujours un message. Ici, les cartes présentées seront l’expression d’une indignation, le message sera donc radical.

Compter les morts

Je l’ai déjà écrit de nombreuses fois sur ce blog, chaque année, des milliers de candidats à l’exil fuient leur pays en guerre ou en crise pour rejoindre l’Europe. Face à ce prétendu “risque” migratoire tant de fois mis en scène par les médias, l’Europe est en guerre, et il y a des morts. En 20 ans, non loin de 18 000 migrants sont morts sur les “bas flancs “ de l’Union européenne. Cette triste réalité a été révélée pour la première fois par l’ONG néerlandaise united for intercultural action (http://www.unitedagainstracism.org/) qui a été la première à se lancer dans cette comptabilité macabre. Pour informer et communiquer sur ces faits souvent méconnus, l’ONG a mis en oeuvre des campagnes d’affichage ou sont listés les victimes des migrations. Ces listes, qui rendent compte des réalités individuelles, interpellent et choquent. C’est le but.

En 2004, Olivier Clochard, actuel président du réseau Migreurop créait avec l’aide de Philippe Rekacewicz, la première carte des morts aux frontières pour le monde diplomatique (http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/mortsauxfrontieres). Cette carte a fait le tour du monde. Plusieurs fois mise à jour, ( la dernière version se trouve dans l’Atlas des migrants en Europe 2e édition), cette carte est une carte obus. Elle interpelle et elle choque en même temps qu’elle informe et fait réfléchir.

En faisant disparaître les histoires individuelles en les agrégeant, elle fait apparaître la localisation des morts, les structures spatiales ainsi que les points de crispation du contrôle migratoire de l’Union européenne : Gibraltar, îles Canaries, Détroit de Sicile, Lampedusa, Malte … C’est là tout l’intérêt de la cartographie : généraliser, sélectionner, traiter et représenter l’information pour comprendre et faire comprendre l’espace. En distinguant les types de morts par la couleur (noyade, suicide, asphyxie…) et en représentant l’ampleur par la taille des cercles cette carte contribue donc à dessiner avec efficacité une géographie radicale et critique des politiques migratoires européennes. Comment aller plus loin ?

Quand le cartographe choisi son camp

Une autre version de cette carte a été réalisée par Philippe Rekacewicz. En plus de montrer l’évolution du nombre de morts années après années et mettant ainsi en lumière une accélération du durcissement des politiques migratoires européennes, Philippe Rekacewicz nous présente une carte vue depuis le sud.

Cette présentation cartographique, qui me fait également penser à celle symbolisant la frontière entre Etats-Unis et Mexique (carte de droite) enrichi le message car il montre les informations selon un certain point de vue. La carte est vue du sud, et donc du côté des migrants qui se trouvent face à d’immenses cercles rouges comme des barrières infranchissables dressées par l’Union européenne. Le cartographe a choisi son camp. Cela m’a donné des idées…

Nouvelle méthodologie

Nous l’avons dit, une carte est une généralisation, une schématisation de la réalité réalisée selon une méthodologie précise dans le but de comprendre et faire comprendre l’espace. Poussons donc la généralisation plus loin en utilisant des techniques modernes. Pour cela, utilisons la méthode des potentiels. Cette opération consiste à déterminer pour chaque point de la carte, la valeur d’une variable (ici le nombre de morts), en prenant en compte fortement ce qui est proche et faiblement ce qui est loin selon une fonction décroissante. En faisant varier le pas de cette fonction mathématique, on peut donc généraliser plus ou moins l’information et donc faire apparaître tantôt les structures spatiales liées au détail, tantôt les structures spatiales globales.

Représentons les choses en 3 dimensions.

Représentons les choses en 3 dimensions.

Quand on visualise en 3 dimensions, la carte des morts aux frontières apparaît alors comme autant de plaines, de collines et de montagnes. Sur ces cartes qui sont des métaphores géomorphologiques, les pics représentent les zones où il y a eu beaucoup de migrants morts depuis 1993 tandis que les plaines représentent les zones où rien ne se passe (ou plutôt où rien n’est recensé). En faisant varier le niveau de généralisation cartographique (pas du lissage), on fait apparaître tantôt de larges buttes aux sommets arrondis, tantôt des pics aux pentes abruptes infranchissables.

Métaphores cartographiques

 

En stabilisant le généralisation sur un niveau intermédiaire et en zoomant sur la région de Gibraltar, on voit alors apparaître une immense montagne qui se présente comme une barrière infranchissable pour le migrant. Cette barrière ainsi représentée est l’illustration de cette Europe forteresse mise en place par l’Union européenne. Ce mur est la représentation des barrières de protection des enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila protégés par des barbelés, des systèmes de protections électroniques, des miradors. En 2005, dix-huit migrants sont tombés sous les balles devant ces murs encerclant les enclaves espagnoles de Ceuta (11 morts) et Melilla (6 morts). Des centaines de migrants ont été blessés et ceux qui s’en sont sortis vivant, ont été déportés dans le désert sans vivres ni assistance. C’est le mur de la honte qui est représenté ici sur cette carte. C’est aussi là que meure Khady Demba dans le best seller de Marie Niaye. “Ils arrivèrent enfin dans une zone déserte […] et Khady aperçu le grillage dont ils parlaient tous” (Trois femmes puissantes).

Si on inverse les valeurs pour ne plus représenter des bosses, mais plutôt des creux, l’image s’inverse alors mais la métaphore cartographique n’en reste pas moins évocatrice. En lieu et place d’une montagne, c’est dorénavant un tourbillon méditerranéen, un gigantesque gouffre, qui se dessine au coeur de la méditerranée. Dans ce tourbillon, se sont noyées plus de 10 000 migrants depuis 1993. Les évènements sont nombreux et tragiques et bien souvent, ces morts auraient pu être évités. Exemples : en mai 2000, 32 réfugiés meurent dans le naufrage de leur embarcation près de Tanger : les autorités ne font rien pour les secourir. En 2008, 36 Africains -dont 4 bébés- meurent noyés après que les garde-côtes marocains aient crevé d’un coup de couteau leur canot pneumatique… Dramatique…

La butte rouge migratoire

Chanson anti-guerre par excellence, puisqu’elle fait référence à un épisode sanglant de la Première Guerre mondiale, nommer la figure ci-dessous la butte rouge m’a semblé approprié pour dénoncer la guerre aux migrants menée par l’Union européenne et son bras armé Frontex.

La butte rouge, c’est le lieu d’un champ de bataille. Car oui, l’Europe mène une guerre contre les migrants. Face aux assauts économiques menés par l’Europe libérale contre les pays du sud de la méditerranée, les migrants tentent de gravir cette butte protégée et militarisée par des moyens de défense toujours plus sophistiqués et automatisés. Cette butte est le fruit des migrants qui sont morts en essayant de rejoindre l’Europe, cette butte est constituée des corps de leurs prédécesseurs. Elle est la représentation géomorphologique de l’hécatombe migratoire causée par l’Union européenne. C’est la butte rouge. Elle est composée de sang et d’os, de corps d’hommes, de femmes et d’enfants. Elle ruisselle. Cet amas symbolise cette idée d’accumulation, il est constitué de strates successives des corps des victimes de la guerre contre les migrants qui s’entassent années après années. Cette butte est donc rouge, rouge comme le sang versé. Elle culmine aujourd’hui à 18 000 mètres d’altitude, autant de victimes oubliées d’une guerre dont ont n’entend jamais parler.

C’qu’elle en a bu du bon sang cette terre,
Sang d’ouvriers et sang de paysans,
Car les bandits qui sont cause des guerres
N’en meurent jamais, on n’tue qu’les innocents !


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. konaté tinnon sylvain dit :

    J’ai mal au cœur en lissant cet article. Une question se pose à vous et nous. Qu’est ce que font les pays du nord afin de pourvoir aider ces personnes qui sont en quête de biens être ?

  1. 31/10/2013

    […] invite à lire l’article original de Philippe Rekacewicz ainsi que celui de Nicolas Lambert “La butte rouge migratoire”. Et en guise d’ouverture, jetez également un coup d’oeil sur cette série de […]

  2. 12/11/2014

    […] violence subie et intégrée par les migrants est manifeste. En témoigne cette carte du cartographe Nicolas Lambert sur les morts aux frontières de l’Europe, réalisée pour […]

  3. 01/09/2015

    […] de l’État à les contrôler, et les vulnérabilisant substantiellement, comme en témoigne la carte du cartographe Nicolas Lambert sur les morts aux frontières de l’Europe, réalisée pour le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *