La mise en scène cartographique

« De Stettin dans la Baltique jusqu’à Trieste dans l’Adriatique,
un rideau de fer est descendu à travers le continent »
(Winston Churchill, 1946).

 

Camarades cartographes, je vais vous parler aujourd’hui de ce qu’on appelle la mise en scène cartographique. Et pour cela, dans le but d’être concret, je vais m’appuyer sur une carte extraite du manuel de cartographie réalisé l’année dernière avec Christine Zanin et en faire le « making off ».

Qu’est ce que la mise en scène en cartographie ?

Traditionnellement, en cartographie thématique, on parle plutôt de mise en page.  La mise en page, c’est l’opération qui consiste à habiller une image géographique de tout un ensemble d’éléments permettant de transformer cette image en carte finalisée. Un certain nombre d’éléments sont souvent considérés comme obligatoires  : titre, légende, échelle, source, orientation ; et d’autres facultatifs : toponymes, carton, cartouche, cadre, graticules, ombrages, etc. En toute rigueur, une bonne carte doit disposer de ces différents éléments, correctement agencés et hiérarchisés.

Mais, si on s’arrêtait uniquement à cet aspect factuel et technique de la construction d’une carte, nous n’aurions fait que la moitié du chemin. Une carte, c’est avant tout une image globale et cohérente dont chacun des éléments sont choisis et disposés de telle sorte de celle-ci produit un message le plus clair possible. Il n’y a pas de bonne carte sans bonne histoire à raconter. Et une bonne carte, c’est une carte qui sait « raconter » graphiquement une histoire grace à la richesse du langage cartographique.

Alors qu’est ce que la mise en scène ? Au théâtre, la mise en scène c’est la transformation théâtrale du scénario imaginé par le ou les auteurs en une action, un jeu des acteurs, dans un décor afin d’assurer l’harmonie générale de la pièce. Une carte de géographie, c’est comme une pièce de théâtre : il y a le décor et les acteurs1. Le décor c’est le fond de carte, sa projection, sa généralisation, les toponymes, le style graphique, l’agencement général, etc. Les acteurs, ce sont les variables visuelles utilisées pour retranscrire une information statistique. Et une bonne carte bien mise en scène, c’est une carte où ces deux aspects sont mis en cohérence de telle sorte que chaque élément contribue in fine à raconter une histoire spatiale.

Tout ceci peut paraître peu concret… Pour plus de clarté, voici un exemple.

Objectif

L’objectif ici est de réaliser une carte de la richesse sur l’ensemble du territoire européen (Union européenne + pays associés + pays candidats). L’intention initiale du cartographe est de plutôt focaliser sur les inégalités. La carte s’adresse au grand public.

Choix préliminaires

L’indicateur statistique choisi pour mesurer la richesse est le PIB par habitant (malgré beaucoup de réserves sur cet indicateur). Le maillage choisi est un mix de NUTS2 et NUTS3 pour assurer une certaine homogénéité des mailles territoriales sur l’ensemble de la carte. Une fois ces choix réalisés, la construction de la carte et de sa mise en scène peut commencer.

Etape 1
Visualisation des données

La première « carte-brouillon » réalisée est une carte choroplèthe du PIB par habitant. Après analyse de la distribution statistique, la méthode de discrétisation choisie est la méthode des quantiles. Sur cette carte, on observe des zones de richesse en bleu foncé (au nord et et centre) et des zones plus pauvres (à l’est et au sud).

Etape 2
Calcul et visualisation des discontinuités spatiales

L’objectif initial étant de construire une représentation cartographique mettant en évidence les inégalités spatiales, on décide de créer une nouvelle couche d’information avec les méthodes de discontinuités. Sur cette seconde « carte-brouillon », l’épaisseur des traits est proportionnelle au niveau de discontinuités de PIB/hab entre deux régions contiguës. En d’autres termes, si le trait est épais, cela signifie que les deux régions de part et d’autre de la ligne ont des niveaux de richesse très différents.

Etape 3
Interprétation

Ayant réalisé cette couche de discontinuités, on se rend compte que les plus fortes discontinuités de richesse ont lieu sur les frontières nationales (entre deux pays). De plus, celles-ci ont lieu sur la frontière séparant les pays d’Europe de l’Est et ceux d’Europe de l’Ouest pendant la guerre froide. Une ligne presque continue se dessine le long du tracé du rideau de fer (à l’exception de l’Allemagne de l’Est). Un angle d’attaque narratif est trouvé : Celui du mur de Berlin et celui du rideau de fer !

Etape 4
Choix des couleurs

Dans la volonté initiale de focaliser le discours cartographique sur les inégalités spatiales et pour insister sur l’opposition Est-Ouest, une double gradation de couleur est choisie. La méthode de discrétisation choisie initialement, celle des quantiles, semble adaptée : la moitié des pays les plus pauvres sont alors représentés en vert et la moitié des pays les plus riches en orange-rouge.

Etape 5
Choix de la projection

Pour construire cette rhétorique du mur, une projection orthographique est choisie pour permettre de réaliser une représentations fausse 3D (voir infra).

Etape 6
Ériger les murs

Dans l’idée de mettre en évidence les fortes discontinuités le long des frontières nationales et de les distinguer des discontinuités infra-étatiques, nous réalisons une extrusion (rendu possible par la projection utilisée). Cette opération est réalisée en fausse 3D directement dans illustrator.

Etape 7
Toponymes

Sur une carte, les choix des mots sont importants. Pour jouer à fond sur le côté polémique et ironique, des toponymes comme « Ghetto luxembourgeois » ou « Muraille Helvétique » sont ajoutés à la carte.

Carte finale

Les différents éléments sont assemblés et les éléments d’habillages classiques (légende, source, etc.) sont intégrés à la représentation.

Commentaire de carte

Cette carte dresse le portrait d’une Europe est coupée en deux : les riches à l’ouest et les pauvres à l’est. Entre les deux, un mur immatériel est dressé. A l’exception de l’ex-RDA, ce mur suit précisément la limite du Rideau de fer pourtant tombé en 1989. Autrefois matérialisé par des rangées de barbelés, des champs de mines et des miradors, force est de constater que le nouveau rideau de fer est aujourd’hui économique.

Mais au-delà de l’opposition Est-Ouest, la carte nous apprend également beaucoup sur ce qui se passe à l’ouest. Si l’Europe centrale et l’Europe du Nord sont à placer sans ambiguïté dans les régions riches (en orange sur la carte), les régions d’Europe du sud (en vert clair), sont quant à elles caractérisées par un PIB par habitant inférieur à la médiane européenne. Ce qui signifie que la moitié des régions européennes sont plus riches qu’elles. A contrario, en plus des poches urbaines aisées visibles sur la carte (Paris, Londres, Dublin, Hambourg, …), la riche Europe de l’ouest voit se dresser sur son territoire les enclaves luxembourgeoises et helvétiques, les riches parmi les riches.

Notes

1 – Cette formule (décors + acteurs) est empruntée au cartographe géographe Philippe Rekacewicz.
Rekacewicz P., 2014, « Entre imaginaire et réalité : l’intention cartographique », Revue 303, trimestriel, n°133

Pour en savoir plus 

Lambert N., Zanin C., (2016) : « Manuel de cartographie. Principes, méthodes, applications »,
cursus, Armand Colin (18 mai 2016), 224p.

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Yeah_Dude dit :

    « Ghetto luxembourgeois » et « Muraille helvétique », des termes qui évoquent des espaces fermés, à travers lesquels on ne circule pas : idem pour le rideau de fer. Ce sont pourtant des frontières traversées chaque jour par des dizaines de milliers de frontaliers des divers pays alentours. La carte passe de la rupture à la fermeture : ce n’est pas du tout la même chose. Le contraste économique entre l’Allemagne et ses voisins de l’Est, et justement l’absence d’une frontière fermée comme l’était le rideau de fer, génère des flux de travailleurs et de capitaux qui impactent profondément l’Europe centrale. Si on représente les ruptures comme des murs, on passe totalement à côté de ce qu’elles représentent sur le terrain.
    Certes il s’agit justement de prouver qu’on peut tenir un discours avec une carte, là-dessus c’est réussi, mais ça pose aussi la question de la pertinence de celui-ci : le sens que l’on met en scène aiguise-t-il la compréhension du sujet, met-il l’information en valeur, ou tombe-t-il dans les lieux communs (voire parfois dans le mensonge volontaire, cf Monmonnier). Après, le cartographe n’est pas forcément le plus à même de construire le discours que présente la carte : il lui revient plutôt d’employer ses outils pour exprimer au mieux la vision de l’analyste, qui lui peut partir d’une compréhension plus fine des données et des contextes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *