[L’INVITÉE] « Battir » la paix !

Camarades cartographes, j’inaugure une nouvelle rubrique. Aujourd’hui, ce n’est pas moi qui parle, je laisse la parole à une cartographe militante,  Jasmine Desclaux-Salachas, qui va nous présenter un projet qui lui tient particulièrement à cœur : la cartographie de la ville de Battir (Palestine). Elle nous expliquera aussi comment ce projet cartographique pensé et élaboré à Battir, a « échoué » dans son atelier parisien depuis le printemps 2012. Au fil de cet entretien, vous verrez notamment en quoi la cartographie peut être un outil de citoyenneté mais aussi d’émancipation. Comme d’habitude, n’hésitez pas à réagir via les commentaires à la fin du billet.

[Nicolas LAMBERT] Peux-tu te présenter en quelques mots ?

[Jasmine Desclaux-Salachas] Je suis cartographe. Fondatrice des Cafés-cartographiques (1999), rencontres informelles ouvertes à tous les publics, visant à partager la richesse infinie de nos univers professionnels de la cartographie. Une façon conviviale de sortir de nos cercles d’initiés pour nous adresser à tous, pour dire à quel point la cartographie est une discipline à part entière qui ne peut se confondre dans aucune autre, ni dans la géographie, ni dans l’histoire, mais qui ne se passe de personne. Nos rencontres donnent la parole aux auteurs de toutes les disciplines, le fil conducteur restant la carte. 

« la cartographie est une discipline à part entière
qui ne peut se confondre dans aucune autre, ni dans la géographie,
ni dans l’histoire, mais qui ne se passe de personne »

La cartographie recouvre un ensemble de techniques ayant pour but de présenter sur des formats précis comment, au fil du temps, nous habitons (ensemble) nos territoires et nos sociétés, dans toutes les projections possibles, quelque soit l’échelle de nos approches. Ces techniques changent en continu selon l’avancée des sciences et nos niveaux de créativité, selon ce qu’il faut dire, à qui il faut le dire et comment pour rester juste et être compris… à l’heure du numérique, il faut aussi l’expliquer. Mon métier est ma réponse à nos curiosités communes.

[NL] Comment es-tu devenue cartographe ?

[JS-D] Lorsque j’étais à l’école élémentaire, j’ai compris que dessiner des cartes c’est décomposer l’information pour la réorganiser par couches prioritaires. Je jouais avec les couleurs et la force des tracés pour mettre en avant de ce qu’il fallait que je retienne. J’ai compris que dessiner c’est mémoriser et que mémoriser c’est apprendre… comprendre et être capable d’expliquer. Je refaisais les cartes de mes livres de géographie que je détestais. J’en ai encore la nausée quand j’y pense ! Ces résumés en gras qu’il fallait apprendre par cœur, mais dont chaque mot restait détaché de son contexte, d’une réalité absente, et qu’il m’était impossible de retenir. Et ces toutes petites cartes chargées d’informations illisibles… Alors j’ai dessiné pour comprendre ce que je devais apprendre. 

« En cartographie, rien ne s’improvise
et tout se transforme »

J’ai compris ce que voulait dire ‘Cartographier‘ et être ‘Cartographe‘ à 11 ans. J’ai compris comment la carte est un document de transmission des connaissances, comment pour la construire il faut travailler avec les spécialistes d’une question et d’une discipline, selon ce que la carte doit dire. Et çà ne m’a pas quittée. En Terminale j’ai suivi les cours de préparation au Concours d’entrée à l’École Nationale des Sciences Géographiques, j’ai été sélectionnée pour le concours. Je ne m’y suis présentée que l’année suivante et mon aventure cartographique s’est prolongée auprès des professeurs de L’Institut Géographique National. Interprétation d’images, collecte de données, leurs mesures et à apprendre à les reporter avec exactitude avec des outils adaptés… dessin, gravure, photogravure, transition d’une époque à une autre jusqu’aux outils numériques qui ne cessent pas d‘évoluer. L’une de nos qualités principales, si ce n’est la première, devant être de savoir adapter nos méthodes de production aux outils les plus rationnels du moment pour obtenir le résultat recherché. En cartographie, rien ne s’improvise et tout se transforme.

[NL] Je souhaiterais maintenant que tu me parles de ce projet cartographique qui, comme tu ne cesses de le préciser, a été pensé et élaboré depuis la ville de Battir puis, depuis mai 2012, développé et mis à jour à Paris. En premier lieu, que peux-tu me dire de cette ville ? 

[JS-D] Battir est situé à 5 kilomètres à l’ouest de Bethléem et 7 kilomètres au sud-ouest de Jérusalem. Environ 6000 personnes y vivent aujourd’hui, une population principalement paysanne ; une jeunesse touchée par un très fort taux de chômage comme partout ailleurs dans cet État qui ne sait pas se reconnaître lui-même.

[NL] Pourquoi avoir entrepris de cartographier ce village ?  D’ou vient cette idée ?

[JS-D] C’est un programme culturel sans précédent mis en place après la Seconde Intifada, dès 2007, dans un village de Palestine occupée, coupé dans sa partie historique par la Ligne d’Armistice (Accords de Rhodes, 1949). Battir s’est doté d’un Écomusée à l’époque pour développer ce programme culturel: une étude socio-anthropologique mise en œuvre sur 12 Km2 de son territoire et de ses environs. Il s’agissait de répondre à l’avancée planifiée du Mur de Séparation, de refuser l’éradication d’une culture plusieurs fois millénaire, d’expliquer comment l’équilibre paysager intègre nourrit encore jusqu’à maintenant ses habitants sur un modèle maintenu depuis l’antiquité et pourquoi il ne faut rien en détruire, mais bien au contraire préserver et prolonger au-delà de Battir cette économie durable.

« Il s’agissait de répondre à l’avancée planifiée du Mur de Séparation »

Cette étude a été orchestrée par une équipe de jeunes professionnels, sans soutien d’aucune institution liée à l’information géographique, et qui, en dépit de toutes les complexités locales dues à la politique d’occupation, ont su réinventer ensemble ce qui caractérise la ‘Cartographie Civile’. Le principe de l’étude a été impulsé par Giovanni Fontana Antonelli, architecte-urbaniste et expert du paysage, qui dirigeait alors le Bureau Culturel de l’Unesco à Ramallah (dont il a dû démissionner courant 2013). Ces travaux ont été mis en œuvre de 2007 à 2011 dans le cadre des activités de l’Unesco, soutenus par un fonds norvégien, par le World Heritage Fund et par un programme de coopération italien d’assistance au développement de Municipalités de Palestine.

[NL] Comment ont-ils procédé ?

[JS-D] Pour étudier ce territoire et le qualifier, il a fallu le relever, le mesurer. Mesurer chacune de ses parcelles, chaque objet du paysage, chaque ligne qui le compose. Mesurer et reporter… les jeunes citoyens qui ont pensé ces travaux pour protéger l’avenir du village n’étaient ni géodésiens, ni topographes, ni cartographes, mais architectes-urbanistes, rejoint plus tard (en Février 2010) par un ingénieur-civil, le seul Battiri de l’équipe. Ils ont tâtonné au départ.

« Pour étudier ce territoire et le qualifier, il a fallu le relever, le mesurer.
Mesurer chacune de ses parcelles, chaque objet du paysage,
chaque ligne qui le compose »

Ils ont cherché les meilleures méthodes pour cartographier sans pouvoir avoir accès à nos outils classiques (non disponibles pour les Palestiniens), sans orthophotographie pour construire la géométrie de leur reports topographiques.. ils ont travaillé 4 années sans relâche pour obtenir leurs résultats et garantir la qualité de leurs relevés auprès de l’équipe de jeunes anthropologues qui ont accompagné ce projet, en travaillant ensemble, coude à coude.

[NL] Et toi Jasmine, comment as tu pris part au projet ?

[JS-D] Notre rencontre est fortuite et ce qui a suivi n’a jamais été planifié. Notre rencontre est avant tout ma réponse à l’invitation que j’ai reçue en Octobre 2011 de la part d’étudiants paysagistes de Lille : une invitation à les accompagner 6 mois plus tard dans un village de Palestine, Battir – dont je n’avais jamais entendu parler –, pour répondre à leur question « Comment passer du paysage à la carte ? ». L’objectif était donc de leur expliquer comment on fait des cartes à partir d’une immersion dans ces paysages de Palestine. Mon ‘oui’ était enthousiaste. Lille est jumelée à Naplouse en Palestine. Dans le cadre de ce jumelage, ils avaient participé à une Université d’été en 2010. C’est à cette occasion qu’ils ont pu passer 3 jours à Battir à l’époque, rencontrer l’équipe de l’Écomusée, voir les cartes qui se préparaient sans vraiment tout saisir, mais sentant qu’il se passait-là quelque chose d’important à comprendre et à faire connaître. J’ai pris le temps de collecter toutes les cartes disponibles sur la région auprès de nos collègues de la BnF, de l’IGN – Cartothèque de France, du fonds historique de la Défense, du BRGM, etc. Le voyage a commencé par quelques jours à Naplouse et ma rencontre avec Battir s’est faite du 24 Avril au 5 Mai 2012 : 12 courtes journées pour prendre la mesure de l’ampleur de ces travaux topographiques sans précédent dans l’histoire, sous les meilleurs auspices de l’ingénieur-civil de cette équipe visionnaire qui entre temps avait quitté Battir (depuis le Novembre 2011 et je ne le savais pas encore). Hassan Muamer, brillant ingénieur-civil, militant pour l’avenir de son village et de son pays, seul Battiri à avoir effectué ces relevés topographiques et à connaître parfaitement les travaux réalisés au sein de l’Écomusée, leurs usages, les fichiers de l’étude, chaque donnée et ses caractéristiques.. il m’a tout expliqué et transmis.

« Le voyage a commencé par quelques jours à Naplouse
et ma rencontre avec Battir s’est faite du 24 Avril au 5 Mai 2012 :
12 courtes journées pour prendre la mesure de
l’ampleur de ces travaux topographiques »

Comprenant l’extrême importance de ces travaux et la gravité de leur abandon, constatant le désespoir de Hassan Muamer qui se préparait pourtant à diriger les travaux de restaurations des vallées et du centre historique de Battir dans des conditions spartiates, mais totalement convaincu des résultats qu’il allait finir par obtenir, je lui ai proposé simplement de rectifier depuis Paris les données géographiques de Battir sur l’orthophotographie de la région. Il m’a répondu que c’était son rêve, mais qu’effectivement de tels travaux n’étaient pas réalisables à Battir. J’étais certaine que mes collègues réagiraient comme moi, que nous ferions tous le maximum pour restituer à ces villageois leur bien exclusif dans les règles de l’art..

Battir Landscape Ecomuseum : transmission des données par Eng. Hassan Muamer.
Battir Avril-Mai 2012 (Photo: JdS)

|NL] Quels sont les enjeux de fond derrière ce projet ?

[JS-D] Il y a plusieurs fronts derrière l’ensemble de ces travaux, à des niveaux d’urgence différents. D’abord, et c’est l’un des premiers fondements de l’étude qui a été suivi notamment par Nicola Perugini et Samir Harb (respectivement anthropologue et architecte-urbaniste, co-auteurs de l’étude de Battir), il s’est agit à l’époque de fournir des outils précis de réflexion et de démonstration aux avocats qui travaillent sur le dossier de défense des droits des habitants de Battir auprès de la Cour Suprême d’Israël : construction du Mur de Séparation à retenir pour ne pas éradiquer ce qui protège 6000 habitants vivant en paix dans leur village ; justification des limites du territoire, les propriétés Battiries s’étendant loin au nord bien-au-delà de la Ligne d’Armistice de 1949, un travail de réflexion de fond pour prévenir de toutes ces conséquences.

C’est la toute première fois que des cartes topographiques sont disponibles pour dire la réalité de ce territoire habité par sa propre histoire et ses habitants qui la portent, pour 12Km2 où toutes les thématiques sont abordées.. nous avons 80 thèmes de notre histoire millénaire qui ont été cartographiés ici pour être partagés. Aucune information topographique n’est disponible ailleurs dans cette région du monde, ni pour les Palestiniens ni pour nous-mêmes à l’extérieur de la Palestine, pour la qualité de notre information. Battir est un modèle pour tous, un Laboratoire d’idées qui n’a jamais cessé de fonctionner, qui met en partage et avec finesse ce qui n’est diffusé nulle part ailleurs.

« les citoyens Battiris, adultes comme enfants, sont propriétaires
de leur données topographiques de plein droit. C’est une richesse
qui n’existe pas ailleurs dans de tels termes »

En dépit d’efforts incommensurables depuis 2007 pour permettre que tout d’une telle initiative locale existe et continue d’exister, malgré nos volontés qui s’additionnent sans fin depuis Mai 2012, malgré 2 longs séjours à Battir en 2013 (du 5 Août au 10 Septembre) et en 2014 (du 17 Avril au 21 Mai) pour tenter de restituer ce bien commun qui m’a été confié avec tant d’intelligence, il n’a jamais été possible de rendre ces travaux. L’Écomusée a été délibérément vidé de sa substance ! L’enjeu majeur pour moi reste de restituer cette fortune collective Battirie.

« La cartographie, à de telles échelles est d’abord militaire un peu partout.
En France, c’est le CNR qui nous a créés. Il y a donc un lien véritable
entre la cartographe civile et la citoyenneté. »

Je ne m’attendais pas à devoir expliquer de telles évidences, surtout pas à ce point depuis si longtemps : rien de ces données ni de tous ces partages ne nous appartient mais appartient de droit à 6000 citoyens et citoyennes de Palestine qui perdent tout. Ils perdent le savoir lié à la gestion de leurs données, ils ont perdu l’accès à leurs cartes topographiques et les bénéfices possibles auxquels ils pouvaient prétendre, etc. Il faut parvenir à rendre à Battir ce qui lui appartient, çà ne se discute pas. L’isolement planifié des villageois de Palestine, ici, ne gagne pas.

Battir dans OpenStreetMap : 12Km 2 de couches d’information géolocalisées, disponibles en open source.

[NL] Que reste-t-il à faire ? Comment prolonger ce qui a déjà été fait ?

[JS-D] Partager et expliquer les enjeux de la cartographie en général, démontrer l’impact de tels outils de communication et à quel point ils nous fédèrent et peuvent encore jouer ce rôle (sans précédent en Palestine occupée où chacun doit pourvoir sortir d’isolements mortifères, il faut en tenir compte). Depuis Mai 2012, une multitude d’activités ont été déployées à partir de ces travaux cartographiques, à Battir et partout ailleurs dans le monde.

« Les enjeux de ces cartes se multiplient au rythme des dangers qui menacent »

Il s’agit de capitaliser sur ces activités, de prolonger les pistes ouvertes, d’en créer de nouvelles, de laisser se construire de nouvelles approches, de nouveaux projets. Conférences, publications, expositions… il faut continuer de présenter l’ensemble de ces travaux, chef-d’œuvre collectif et collaboratif unique aux multiples applications. Il faut continuer de produire des dossiers pédagogiques à partir de ce modèle de cartographie vivante.

Les cartes de Battir rayonnent dans le monde. CARTOGRAPHICS: DESIGNING THE MODERN MAP

[NL] Vous êtes candidats au Prix Nobel de la Paix. Peux-tu en dire plus ?

[JS-D] La candidature au Prix Nobel de la Paix a été déposée à Oslo le 1 er Février 2016. Cette candidature est collective et vise chacun des auteurs initiateurs de cette œuvre de paix dès 2007 à Battir, village en Terre occupée. Elle sera redéposée chaque 1er Février de chaque année, jusqu’à l’obtention du titre qui ne nous concerne pas. Cette candidature collective est une réponse aux dizaines de milliers de messages reçus depuis Mai 2012 du monde entier pour saluer la richesse de leur initiative. Elle est un outil pérenne de communication pour la culture de la paix inscrite dans chacune de ses lignes. Cette candidature collective est un hommage à la cartographie civile et à nos citoyennetés. Elle préserve de manière indéfectible le lien entre les auteurs de ces travaux, les villageois de Battir et leur propre patrimoine topographique, pour que rien de leur richesse ne se perde pour eux tous.


Liens / références

http://www.akimbo.fr/cafescarto/cafescarto/we-love-maps-mapping-battir/
http://www.forensic-architecture.org/case/wall-battir/#toggle-id-3
http://www.forensic-architecture.org/battir-wins-case-wall/
http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/battir_au_fil_de_leau-8pages_8juin2016_afpssite.pdf

CARTOGRAPHICS: DESIGNING THE MODERN MAP
http://www.sendpoints.cn/publication_detail.php?id=177&cId=0002.0001.0000.0000
Publisher/ Sendpoints – ISBN/978-988-14703-3-1Binding/


 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jasmine Desclaux-Salachas dit :

    Merci Nicolas de ton invitation.. Ton titre est parfait. Il porte ce sentiment de paix qui prévaut en dépit de tout dans mon lien à ces cartes topographiques.
    Ce n’est pas tant ce projet de Battir qui me tient à cœur, parce que ce n’est pas le mien.
    Ce qui me tient à cœur, c’est le sens civique de ces travaux collectifs depuis qu’ils ont été pensés à Battir par sa société civile dès 2003. Et puis depuis cette rencontre fortuite au printemps 2012, à une demande rigoureuse et intègre sur le moment, nous avons su apporter des réponses rigoureuses et intègres à notre tour.
    Notre job n’est pas si courant. Réaliser des cartes c’est construire des icebergs.. on passe un temps fou sous la ligne de flottaison pour satisfaire l’œil curieux et son information quand seule la partie émergée doit se voir. Pour les cartes de Battir tout est différent, inédit : tout ce qui est sous la ligne de flottaison appartient à ce village, comme ce qui émerge.. il faut tout dire, tout montrer, et l’expliquer pour pourvoir rendre.
    Ce qui me tient à cœur, c’est d’être capable de le retransmettre avec rigueur, de ne rien perdre en dépit de l’indifférence des uns, de la violence des autres, malgré les faux-amis de cette Palestine meurtrie, territoire de paix plusieurs fois millénaire.
    On sent la paix profonde partout dans ses paysages immuables de la Palestine, on sent cette paix partout où le chaos de la colonisation n’est pas installé. Les habitants qui vivent-là sont très heureux d’y vivre, simplement. Les armes, la corruption, les spéculations en tous genres défigurent cette réalité humaine, par chance les cartes topographiques de Battir nous la restituent avec finesse et une intelligence reconnue par tous et partout, pour 12Km2..
    Ce qui me tient vraiment à cœur, c’est que Battir ne perde pas ses avantages qui devraient être naturellement étendus à d’autres, ailleurs.
    Il faut sans aucun doute préserver ce patrimoine culturel collectif et collaboratif qui ne nous appartient pas.. ce qui me tient vraiment à cœur se sont les sourires des gosses et des adultes, tous les yeux qui s’allument et les idées qui pétillent lorsque ces cartes s’exposent et s’échangent.. c’est que le monde y reste sensible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *