[CONTRIBUEZ] Les 10 lois de la cartographie

img_id_33_0

Camarades cartographes, alors que la géographie n’a qu’une seule et unique loi énoncée jadis par Waldo Tobler1, je propose que nous établissions ensemble les 10 lois de la cartographie. En d’autres termes, je vous propose que nous construisions de façon collaborative et collégiale une liste de 10 grands principes qui permettent de nous guider dans le construction d’images cartographiques pertinentes et efficaces.  Vaste chantier en effet…

Pour établir une telle liste, je vous propose de procéder de la façon suivante. Dans billet, je vous soumets une premiere liste « martyre », un premier jet au brouillon avec les principes que je juge pertinents. Je vous propose ensuite de les modifier, de les amender, d’effectuer des modifications, des ajouts, des critiques, etc.  Pour cela, vous pouvez utiliser le framapad ou les commentaires à la fin de ce billet. A la fin du processus, une seconde liste de 10 lois sera publiée.

Bref, C’est à vous de jouer !

we-need-you-lol-chronogame

 

(1) « Tout interagit avec tout, mais deux objets proches ont plus de chances de le faire que deux objets éloignés ». (Première loi de la géographie, Waldo Tobler)


 

I

Construire une carte c’est avant tout exprimer un MESSAGE. Une carte sans message clair est une carte insipide. Comportez vous donc en conteur. Votre carte doit raconter une histoire, raconter le territoire.

II

Si la carte a un énonciateur (l’auteur de la carte), elle a aussi un destinataire. Construire une carte (choix des mots, des couleurs, etc.), c’est donc aussi prendre en compte le PUBLIC à qui cette carte s’adresse (enfants, experts, grand public, …). Si le public n’est pas clairement ciblé, tachez autant que possible d’être UNIVERSEL.

III

Une carte est objet SCIENTIFIQUE. Les règles de la statistique et de la sémiologie graphique seront rigoureusement respectées.

IV

Ne soyez pas « cacocartographes ». Une carte efficace, c’est aussi une carte ou règne l’harmonie visuelle.  Objet ARTISTIQUE autant que scientifique, une carte efficace est aussi une carte attractive, agréable à lire. Concrètement, il ne faut jamais se contenter des cartes sorties telles quelles des logiciels de cartographie ou des logiciels SIG. ; l’utilisation d’un logiciel de dessin pour finaliser la carte est dans tous les cas nécessaire.

V

Une carte n’est jamais définitive et doit toujours pouvoir être contestée, débattue, remise en cause. Pour cela, une devoir de TRANSPARENCE et de TRAÇABILITÉ est nécessaire. Les données, méthodes, sources, dates, etc., seront scrupuleusement indiquées et référencées. Plus les métadonnées seront détaillées, plus la carte sera reproductible.

VI

La carte n’est pas le territoire mais une représentation de celui-ci  réalisée selon des hypotheses, des savoir faire, des intentions. Toute carte est donc SUBJECTIVE. Même réalisée le plus rigoureusement possible, la carte ne décrit jamais le monde tel qu’il est mais est toujours l’expression d’un regard particulier. Ces filtres (entre le réel et l’image) sont posés par le cartographe. Toute carte résulte de l’acte créateur et des choix de son auteur.

VII

On ne peut pas tout mettre sur une carte. Construire une carte, c’est donc sélectionner et hiérarchiser l’information pertinente. Car attention, en cartographie trop d’information tue l’information. Une bonne carte sera donc une carte SIMPLE et COHÉRENTE. Gare au désordre visuel !

VIII

La cartographie est un sport de COMBAT. Le choix de réaliser telle ou telle carte n’est jamais anodin ; aucune carte ne peut à elle seule décrire la réalité du monde. C’est donc la réalisation de cartes différentes et leur confrontation qui permet d’éclairer le réel. Pour apporter un regard nouveau et original sur le monde, proposez donc des cartes qui ne plaisent pas à tout le monde, faites vous des ennemis et suscitez le débat cartographique.

IX

Le cartographe doit toujours porter un REGARD CRITIQUE sur sa production. Ma carte est-elle efficace ? Est-elle utile ?  Est-elle améliorable ? Ne peut-elle être pas retournée contre moi ? N’oublions jamais que si jamais une carte ne permet pas de d’exprimer au mieux le message à délivrer, le cartographe devra sans hésiter se tourner vers d’autres solutions visuelles plus efficaces : graphique, infographie, photographie, etc. La carte n’est pas une fin en soi.

X

Les règles sont faites pour être transgressées y compris celles mentionnées ici. Quand cela est nécessaire et qu’il s’agit d’un choix assumé et justifié, la DÉSOBÉISSANCE cartographique est fortement recommandée 😉


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *