[CARTE] Nuit Debout ! (2)

Camarades cartographes, je publie aujourd’hui une mise à jour de la carte des rassemblements Nuit Debout en reproduisant la même méthodologie que précédemment (voir billet précédent). Je réponds par la même aux quelques critiques et remarques qui ont été émises à propos de la première mouture de la carte. Concernant la représentation des liens, j’assume tout à fait ce point. Effectivement, cette information (la distance euclidienne) est assez peu pertinente, mais ce procédé graphique (qui relève quasiment de l’habillage cartographique) permet de symboliser l’emprise territoriale du mouvement à la façon d’une toile qui se tisse.

Pour construire cette nouvelle carte, l’extraction des données s’appuie désormais sur le wiki du mouvement (https://wiki.nuitdebout.fr) et prend ainsi en compte un plus grand nombre de villes que précédemment. Je profite aussi de cette seconde version de la carte pour y incorporer les départements d’outre-mer honteusement omis précédemment (mea culpa). Enfin, on m’a également fait remarquer que, comme le nuage de Tchernobyl, le mouvement ne s’arrête pas aux frontières de la France. Je publie donc une variante de la carte en représentant aussi les lieux de rassemblement de l’autre côté de la frontière. Pour cette dernière, j’ai légèrement fait varier la mise en page pour aller vers quelque chose de plus abstrait.

FranceDebout

[télécharger en 600dpi]

Nuitdeboutabstrait

[télécharger en 600dpi]

Veuillez trouver ci-dessous la partie du code relative à l’extraction des données (web scrapping). Pour le reste, vous pouvez vous reporter au billet précédent.

#------------------------------------
# Extraction de la liste des villes "NUIT DEBOUT"
# cc - Nicolas Lambert, avril 2016
#------------------------------------
 
# chargement des packages nécéssaires
library(xml2)
library(rvest)
 
# extraction du site web
webpage <- read_html(x = "https://wiki.nuitdebout.fr/Villes")
 
# Récupération des liens
links <- webpage %>% 
  html_nodes(".CategoryTreeLabelCategory") %>% 
  html_attr("href")
links <- paste("https://wiki.nuitdebout.fr",links,sep="")
 
 
# On parcours tous les liens un par un
Villes <- character()
 
for (thisLink in links) {
      this_page_links <- as.vector(read_html(thisLink) %>% html_nodes(".mw-content-ltr a") %>% html_text())
      Villes <- c(Villes, this_page_links)
}
 
# Nettoyage
x <- strsplit(Villes, "/", fixed = FALSE, perl = FALSE, useBytes = FALSE)
rassemblements <- character()
for(i in 1:length(x)){
  rassemblements <- c(rassemblements, x[[i]][2])
}
rassemblements <- as.vector(na.omit(rassemblements))
rassemblements

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Hélène Tallon dit :

    Bien compris l’idée de l’emprise territoriale du mouvement illustrée sous forme de réseau, mais du coup je comprends moins dans la deuxième carte l’accent mis sur les distances <50 km… Il y a quelque chose qui m'échappe?
    Sinon, comme cela a été évoqué dans un précédent commentaire, c'est une carte parfaite pour voir la diffusion du mouvement (on attend la 3 et la 4!). D'un point de vue géographique, on n'a pas de grande surprise (et personnellement je trouve que c'est une bonne nouvelle), la carte reflète à peu de choses près les densités de population, sauf au nord où vu le maillage urbain et la densité on s'attendrait à trouver beaucoup plus de Nuit debout (heureusement les Belges rattrapent le coup…).
    Merci en tous cas pour ces cartes vivantes et incarnées (si, si, c'est rare de sentir qu'il y a des humains dans les cartes et non pas des données froides)

  2. Jérôme Vernay dit :

    Beeeennn je sais pas faire, mais ya des endroits à rajouter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *