[Billet] Oucarpo, kezako ?

cropped-logo_oucarpo

« L’espace fond comme le sable coule entre les doigts. Le temps l’emporte et ne m’en laisse que des lambeaux informes »
(Georges Perec, Espèces d’espace, 1974)

Camarades cartographes, je ne cesse de le dire, la cartographie a quelque chose à voir avec la littérature. Une carte peut être obstinément descriptive comme du Flaubert, absurde comme du Ionesco, tragique comme du Shakespeare ou prospective comme du Asimov. Quoi qu’il en soit, toute carte est faite de décors, de descriptions, des actions et des mouvements s’y déroulent, le tout retranscrit dans un langage propre : le langage cartographique.

Si vous aimez la littérature, vous connaissez peut-être l’OuLiPo. Groupe hétéroclite fondé en 1960, composé d’écrivains, de mathématiciens, de peintres, de compositeurs ou des poètes, l’OuLiPo est un ouvroir, c’est à dire un « lieu » dans lequel on s’assemble pour travailler. C’est un atelier dans lequel on fait de la littérature potentielle, c’est à dire de la litterature illimitée. Mais, pour compliquer un peu la chose, l’ouvroir de littérature potentielle se définit en premier lieu par ce qu’il n’est pas. L’OuLiPo n’est pas un mouvement littéraire ; l’OuLiPo n’est pas un séminaire scientifique ; l’OuLiPo n’est pas de la littérature aléatoire. Les Oulipiens se définissant eux-même comme des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir ». Leur but est de construire une nouvelle écriture en relevant un certain nombre de défis liés aux contraintes, mathématiques ou logiques, qu’ils se sont eux-même fixé (voir). Mais quel rapport avec la cartographie ?

L’OuCarPo est la version cartographique de l’OuLiPo. Si l’OuLiPo se caractérise par l’injection de logique ou autres contraintes mathématiques dans l’écriture littéraire, l’ouvroir de cartographie potentielle, semble plutôt régi par le raisonnement inverse. La cartographie étant une discipline scientifique faite de mesures rigoureuses, d’algorithmes mathématiques et de gestes techniques précis, la démarche oucrapienne consiste plutôt à mettre un peu de folie et d’humour dans cette discipline qui semble un brin trop stricte. Entre les cartes impossibles à l’échelle 1:1 racontées par Jorge Luis Borges ou Umberto Eco, ou les cartes absurdes à la Lewis Caroll dans la chasse au Snark, le croisement de la cartographie et de la littérature semble en effet être un terrain propice pour quiconque désire se jouer des codes de la cartographie traditionnelle. Au sein de l’OuCarPo, les artistes, qui se sont depuis longtemps emparé des codes du langage cartographique (traces GPS, collages cartographiques, …), ne sont pas en reste. L’OuCarPo peut donc aussi (et surtout) se voir comme un moyen d’activer les échanges entre l’art et la cartographie (voir) ; un moyen de combiner le rationnel et l’irrationnel, le scientifique et l’artistique, le matériel et l’imaginaire. Enfin, il y a aussi cette manie de voir des cartes partout – dans les nuages, dans les flaques d’eau, sur les murs, sur la peau d’un fruit – toute tâche prend illico la forme d’une carte. Mais bien évidemment, pour cela, il faut « fantasmapper » (sic) un peu (voir). Au final, l’OuCarPo reste difficile à définir. Mais est-ce si grave ? Après tout, nous ne sommes que des rats dans un labyrinthe 🙂

Pour en savoir plus

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *