[BILLET] La double subjectivité des cartes

69

Camarades cartographes, voyez-vous un six ou un neuf ? Nous le savons, les cartes sont subjectives et tout est une question du point de vue… Mais de quoi parlons-nous vraiment ?

La Subjectivité de l’émetteur.

Toute carte résulte d’un processus de construction à la fois manuel et intellectuel. Lorsqu’on réalise une carte, on la conçoit avec ses intentions, ses façons de voir, ses sensibilités idéologiques et artistiques. En sommes, la carte est forcément un miroir grossissant qui consiste à mettre en lumière certains éléments et, par construction, en dissimuler d’autres. Par les choix inhérents à la réalisation cartographiques – on ne peut pas tout mettre sur une carte -, toute représentation cartographique est un point de vue mis en image par le cartographe. C’est un regard particulier porté sur le monde.

La subjectivité du récepteur.

Mais, une carte ne signifiera jamais tout à fait la même chose pour deux individus (Jacob C., 2012). Chaque lecteur (ou spectateur) de la carte la « lira » en fonction de ce qu’il sait déjà, de sa culture, de ses sensibilités et de ses convictions. Par exemple, les couleurs n’ont pas le même sens partout. Pour moi, le vert évoque l’environnement, la nature, mais c’est aussi l’islam pour les musulmans, la nation pour les irlandais ou encore le deuil ou le malheur en Asie. De même, les mots, les concepts et les signes graphiques ne seront pas saisis de la même façon par tous. Chacun les appréhende avec ses sensibilités et ses connaissances. Si la sémiologie graphique pensée par Bertin se veut universelle dans sa façon de retranscrire objectivement les relations entre les données, une même carte peut choquer certaines personnes mais plaire à d’autres (voir les commentaires du billet du 4/11). Une fléche rouge pointée vers l’Europe peut sembler menaçante pour certains, honteuse pour d’autres ou simplement être perçue comme une description claire et objective d’un phénomène géographique. A chacun sa façon de voir…

On ne pense jamais qu’avec ses affects.

La carte est une médiation. C’est une médiation entre deux images mentales : celle de son producteur qui met en image sa propre vision du monde ; et celle du spectateur qui l’interprétera en fonction de ses idées, de ses savoirs et de ses sensibilités. En fait, le message véhiculé par la carte se prête ainsi à une double construction, celle de son auteur et celle de ses lecteurs (Jacob C., 2012). En définitive, je fais mienne la phrase de Frédéric Lordon : « on ne pense jamais qu’avec ses affects » (Lordon F., 2015). Cette phrase a un double en sens. Elle signifie qu’on ne pense jamais seulement avec ses affects. On pense bien sûr avec sa raison, on peut avoir un approche rationnelle et scientifique pour penser l’espace géographique. Heureusement ! Mais elle signifie également qu’on pense aussi toujours avec ses affects. Lorsqu’on raisonne, on le fait via une structure mentale qui a été construite depuis la naissance dans un environnement social et culturel donné. On ne peut penser « hors sol » en s’abstrayant de toute construction sociale.

Un conseil : bien cibler son public.

Au final, la carte se prête à une double subjectivité, celle de son auteur et celle de son lecteur. Construire une carte est donc un exercice délicat. Une carte se conçoit différemment selon à qui on s’adresse. Il faut savoir s’adapter : choisir ses mots, ses couleurs, ses données, etc. Pour cela, il faut tenter de comprendre à qui la carte est destinée – un chercheur, un citoyen, un enfant, un décideur politique, etc. pour penser la façon la plus efficace possible de lui délivrer un message. Mais les malentendus sont inévitables. Comme pour un dessin de presse, une carte sortie de son contexte pourra dire complètement autre chose que ce qui était initialement l’intention du cartographe. Or, avec Internet et les réseaux sociaux, les cartes circulent, elles sont partagées, reprises. La polémique est inévitable. Et pour ma part, ce n’est pas pour me déplaire 🙂

Références
Jacob C., (1992) : « L’Empire des cartes : Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire », Editions Albin Michel, 532p.
Lordon C., (2015) : « Imperium : Structures et affects des corps politiques », La Fabrique Editions, 360p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *