[BILLET] Une carte à abattre

18137-8ycwn1

Camarades cartographes, je suis en colère. Depuis quelques semaines, une carte circule sur Internet. Largement relayée sur les réseaux sociaux, cette carte issue du site Lucify, met en scène les flux de demandeurs d’asiles vers l’Union européenne sur la période 2012-2015. Comme toutes les cartes, celle-ci raconte une histoire. Or cette histoire est contestable par bien des aspects. Je tente ici de la décrypter rapidement. Comme d’habitude, vos commentaires et critiques sont les bienvenus.

Tout d’abord, sur cette carte, seuls les flux vers l’Europe sont représentés. Or, cette sélection européocentrisme de l’information est largement contestable. Doit-on rappeler que que la majorité des mouvements de populations ont lieu entre les pays du Sud ? En ne sélectionnant qu’une partie de l’information (uniquement les flux Sud-Nord), cette carte montre une vision partiale de la réalité non clairement énoncée. Pire, cette vision est erronée. Le site de la banque mondiale nous informe par exemple que la Turquie accueille 1 587 374 réfugiés sur la période 2011-2015 contre seulement 252 264 pour la France sur la même période, soit 6 fois plus (ref). Pourtant, sur cette carte, la Turquie est représentée comme a pays « émetteur » de migrants et non comme un pays d’accueil.  Cette carte ment donc sciemment en dissimulant une partie importante de l’information.

Concernant la carte elle-même, les choix graphiques utilisés ne sont pas anodins non plus. Si le progrès technique est neutre, son utilisation elle ne l’est pas. Sur cette carte animée, les mouvements de populations (les demandeurs d’asile) sont représentés par de petits traits qui se déplacent des pays de départ vers les pays d’arrivée. Cette sémiologie graphique décrit, par son mouvement, un flux migratoire en continu qui ne se tarit jamais, jusqu’au débordement. C’est allégorie de la fuite d’eau de Nicolas Sarkozy (ref). Sur cette carte, les tracés représentés sont rectilignes. Les réalités sinueuses des trajectoires réelles sont annihilées. Contrairement à ce qui peut sembler au premier abord, cette carte ne se situe donc pas au niveau des parcours individuels. Elle ne raconte pas les histoires des migrants. Pire, elle les déshumanise. Sur cette carte, chaque trait (qui représente 25 ou 50 personnes) suit une trajectoire rectiligne comme un missile lancé vers l’Europe. Un missile qu’il serait impossible d’arrêter, un missile qui détruit ce qu’il touche. Bref, par bien des aspects, cette sémiologie graphique met en scène un scénario d’invasion, quasi militaire, avec des pays européens attaqués (et envahis) par les étrangers. Écœurant !

Si au premier abord, la technique de cette carte peut séduire, elle masque en fait la réalité des mobilités internationales dans l’espace euro-méditerranéen. Cette carte n’informe pas, elle déforme. En sélectionnant une partie de l’information, en choisissant de la mettre en scène de cette façon, cette carte produit un discours erroné. Un discours qui n’éclaire pas mais qui aveugle. Bref, c’est une carte à oublier…


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Gautier dit :

    Bonjour,

    Je suis, pour l’essentiel, d’accord avec Nicolas Lambert sur les multiples critiques que l’on peut adresser à la carte présentée, tant techniques qu’épistémologiques – et morales (allégoriquement, ce qui est donné à voir, ce n’est pas une fuite d’eau , mais des essaims de sauterelles !) .
    J’ajouterai même une autre critique : l’inutilité de cette représentation. J’ai une certaine expérience de la cartographie des mobilités, et si une chose est bien avérée, c’est que cette forme de représentation qui vise à être un calque le plus exact possible (j’ai dit : « qui vise à ») aboutit le plus souvent à une image aussi incompréhensible que la réalité elle-même ; parfois aussi, comme ici, à une image assez claire quand le phénomène est tellement massif que le représenter devient plutôt inutile…sauf pour le connoter.
    La cartographie, me semble-t-il, ne prend son envol que dans la mesure où elle ajoute au réel, qui est naturellement confus, diffus, brouillon, des niveaux réfléchis d’abstraction(s). Ce qui est bien le cas des cartes, effectivement autrement riches, de l' »arc des réfugiés » ; encore que je partage pas du tout ce goût des « intitulés chorémiques » : drôle d’arc qui doit être tordu jusqu’à l’Indonésie, tout en laissant de côté la Colombie. Et merci aux « cartographes radicaux » de montrer que la meilleure cartographie s’exprime dans les formes les plus conventionnelles.

    Jean-Philippe Gautier

  2. neotopo dit :

    Merci pour cette très pertinente critique cartographique

  3. Kévin Gremaud dit :

    La seule autre carte que je vous connaisse est celle au titre bien racoleur « L’Europe assassine »… Une carte toute aussi européocentrée que celle qui est critiquée, qui omet aussi les migrations internes Sud-Sud mortifères (à travers la mer Rouge par exemple) et qui utilise un vocabulaire bien plus guerrier que la sémiologie en obus que vous prétendez dénoncer ici.

    Et de conclure par là-dessus – en me permettant de vous taquiner – en découvrant que la carte ment parce qu’elle est une simplification de la réalité, quelle clairvoyance, héhé !

    En effet, nous savons tous que les cartes racontent une histoire orientée par le cartographe, mais ce n’est pas parce que l’histoire racontée n’est pas la même que celle que vous voulez raconter qu’elle est plus erronée qu’une autre, elle est simplement (et nécessairement) orientée. Comme le sont les vôtres, comme le sont tous les discours cartographiques.

    Vous ne pouvez mettre à l’index une carte au prétexte qu’elle ne correspond pas à vos idées politiques. Déconstruire son message : oui. Discréditer sa validité : non. Tout est politique en ce bas monde.

    • Nicolas Lambert dit :

      Oui, toutes les cartes mentent. hé hé… Ceci n’est pas une trouvaille. Et oui, toutes la cartes racontent une histoire racontée par le cartographe. Vous avez tout à fait raison. Mais si on va dans ce sens, tous les discours mentent aussi. Toutes les explications, tous les propos mentent également. Car comme pour les cartes, il est difficile de mettre en mots de façon objective une réalité qui est complexe. Tous les journalistes mentent. Tout interprétation d’un phénomène ment car, forcément, elle omet une partie de la réalité. Il y a deux moyens de trancher entre les différents points de vue : le débat et la démocratie d’une part, la science d’autre part. Il est vrai que dans mon billet, j’entremêle l’approche citoyenne et scientifique. Mais comment faire autrement en sciences humaines ?

      Bon, les cartes et les discours mentent. Mais, il serait faux de dire que tout se vaut. L’angle intrinsèque à tout discours doit il empêcher la critique ? Si on sait que tout discours, qu’il soit cartographique ou non, est un point de vu sur le réel, cela doit t-il nous empêcher de condamner certains discours lorsqu’on les trouve nauséabonds ? Quand Sarkozy parle de fuite d’eau pour parler des migrants, je trouve cela infâme et je le condamne. Quand une carte dessine une Europe envahie de migrants (ce qui au regard de la situation mondiale est faux), je trouve cela infâme et je le condamne. Toute carte a une puissance rhétorique. Cette carte n’en est pas dénuée. Mon propos est donc de condamner le discours de cette carte en expliquant ce qu’il y a derrière. Est-ce blâmable ?

      Bref, je ne mets pas à l’index cette carte comme vous le dites. Je n’ai pas ce pouvoir. Mais sachez que cette carte circule largement (slate, l’Obs, courrier international, …). Elle se repend comme une traînée de poudre sur la toile. De mon point de vue, elle mérite d’être critiquée, contestée, débattue. C’est ce que j’essaye de faire et visiblement, ça marche. Mais bon, à chacun ses responsabilités. Etre cartographe c’est aussi se poser la question des images qu’on produit, leur impact, qui va les utiliser, etc.. A votre avis, ça aide quel type d’idées politiques ce genre de carte ? Quelles idéologies ? Bon, vous le dites justement, toute carte raconte une histoire. Libre à chacun de raconter l’histoire qu’il souhaite. Et dans cette polémique, vous vous retrouvez dans la situation de celui qui défend cette carte. Et moi dans celui qui essaye de la discréditer.

      PS : Cette carte racoleuse dont vous parlez s’appréhende dans un contexte. Elle fait référence à un appel signé par des responsables d’organisations d’aide aux migrants et de défense des droits de l’homme. Bref, cette carte dénonce la politique migratoire européenne qui effectivement, met en place un logique guerrière pour « lutter » (sic) contre l’immigration. Logique donc qu’elle soit européeo centrée. Et j’assume parfaitement les mots utilisés sur cette carte. Voici le texte en question : http://www.liberation.fr/planete/2013/10/04/lampedusa-l-europe-assassine_937029

  4. Nicolas Lambert dit :

    Au 6 novembre 2015, cette carte se repend en France comme une traînée de poudre. Slate (29/10/15), L’Obs (30/10/15), Courrier international (06/11/2015). A qui le tour ?

  5. Frederic dit :

    Cette carte dérange ceux qui veulent ignorer ou feignent d’ignorer un question que de plus en plus de gens se posent: Doit-on craindre une augmentation de la population musulmanne en Europe?
    Car même si la Russie et le Congo sont pris en compte, c’est cet aspect là qui saute aux yeux.
    Si on ne veut même pas considèrer cette question ou si on accuse immédiatement de racisme toute personne osant la poser, cette carte n’a en effet aucun sens. Si par contre on la prend au sérieux alors elle vaut la peine qu’on s’y attarde.

    Cette carte parle des migrations extra-européennes vers l’Europe. Elle ne parle pas des migrations à partir de l’Europe vers d’autres pays, ni de migrations intra-européennes (doit-on encore parler de « migrations » dans l’espace de l’UE? Seuls les leaders de l’extrème droite nationaliste le pensent encore), ni de migrations entre pays non-européens. A juste titre, la Russie n’est pas considérée comme un pays européen. Mais à plus juste titre encore, la Turquie non plus.

    Montrer la Turquie comme pays d’acceuil, ce qui serait exact, aurait pour effet de complètement changé le sujet parcequ’on ne serait plus dans le contexte européen/extra-européen. On devrait alors aussi montrer le Liban, la Jordanie, l’Iran etc avec des flux dans les deux sens. Ce serait certe très intéressant d’avoir une telle carte mais le sujet serait tout autre.

    Cette carte ne parle pas non plus des exodes venants de pays en guerre. Notion d’ailleur très floue dans nombre de pays musulmans. Une telle carte serait intérressante mais à partir de quel critères devrait-on considérer un pays musulman « en guerre »? Ou, encore mieux, « ne respectant pas les Droits de l’Homme »?
    Un carte basées sur les frontières officielles n’aurait que peu d’intéret vu que les conflits ethnico-religieux ont lieu à l’intérieurs des pays en question, que certaines frontières n’existent plus dans les faits, et que d’autres se sont formées innoficiellement et que les plus grand flots de réfugiers se situe à l’intérieur des frontières officielles.

    Pourquoi cette carte annimée donne l’impression d’un flux continu? Simplement parceque ce flux ne s’est jamais arrêté. Il n’y a pas eu une année depuis des décénies où il y a eu plus de migrant venants des pays en questions quittant l’Europe que ceux qui y arrivaient. Il aurait été plus correct de montrer aussi les flux en sens inverse mais ça n’aurait fait que démontrer qu’ils sont infiniment moins importants.

    C’est vrai que cette carte donne une impression d’être envahis par une nuée de cafards, ce qui n’est pas souhaitable. Mais ça a au moin le mérite de montrer la situation à ceux qui décident d’ignorer la question de l’Islam qui inquiète de plus en plus et qui fait les choux gras des partis d’extrème droite.

    • Nicolas Lambert dit :

      Frédéric, au lieu d’infirmer mes propos, votre commentaire les confirment. Vous défendez cette carte car vous souscrivez à l’idéologie nauséabonde qu’elle véhicule. Vous croyez que l’Europe est envahie de musulmans (sic) et que cette carte dit la vérité.
      Or, c’est faux. Les faits sont têtus. La majorité des migrations ont lieu entre les pays du sud. Et ce sont les pays non européens qui accueillent l’écrasante majorités des réfugiés. Si si, je vous jure. Bref, vous voyez la question migratoire avec le petit bout de la lorgnette. Votre vision ethniciste ou religieuse de l’identité n’arrange rien. Je vais donc vous faire une réponse en deux temps. D’abord un livre (à paraître) pour faire retomber vos fantasmes. Puis une chanson pour dire ce que je pense de tout ca…

      Livre : http://www.cnrseditions.fr/sociologie/7184-migrations-en-mediterranee.html
      Chanson : https://www.youtube.com/watch?v=CuZB9hOQ0DQ

      • Alexandre Prades dit :

        @Nicolas Lambert
        Je vais essayer d’avoir une réponse construite et équilibré.
        Tout d’abord je tiens à dire que j’ai vingt ans et comme réponse j’espère que l’on pourra s’adresser à moi avec des arguments autres que ceux qui consistent à utiliser une chanson qui a trente ans pour parler en mon nom. Car oui j’estime que je fais plus partie de la jeunesse que vous-même bien que je n’en sois pas le seul membre. Je souhaite et que l’on m’explique pourquoi le front nationale fédère autour de ces idées au moins autant de jeune que la gauche de la gauche, l’extrême gauche ou bien encore la vrai gauche appelez cela comme vous le voudrez. De plus vous devriez vous interroger en tant que militant ce qui est à mon avis votre cas (je peux me tromper) en vue de comprendre pourquoi vous n’arrivez plus à vous adresser à la jeunesse car si le PS accumule le déconfitures électorales les reste de la gauche n’en profite pas pour autant.
        Sur la forme encore, j’apprécie que l’on me conseille un ouvrage mais même si on pourrait faire la critique du désir immédiat je souhaiterais que l’on me conseille des ouvrages déjà paru.

        Maintenant que la forme est traitée, parlons du fond : la carte.
        J’ai pu constater que vous êtes cartographe je m’étonne donc de votre critique consistant à dire que le flux sud-sud ne sont pas représentés. Il me semble que la base même de la cartographie consiste à représenter graphiquement et de manière pertinente des informations que l’on à sélectionner.
        Ainsi les migrations de l’Afrique australe vers l’Afrique du sud ou de l’Asie et de l’Afrique vers la péninsule arabique ne sont pas représentés car non pertinents au vu du sujet ; ils auraient par contre effectivement un rôle de contextualisation. De même pour les flux sortants de l’Europe.
        De plus cette carte comme toutes les autres à un titre : the-flow-towards-europe qui me semble on ne peut plus en adéquation avec la carte.
        Donc pour résumer ce n’est pas la carte qui ment ou qui est mauvaise, c’est une carte qui représente une réalité, comme toutes les cartes et non la réalité.
        La mise en garde devrait, à l’évidence non pas être : Ne regardez pas cette carte ! Mais : Regardez-en d’autres également !
        Et cela m’étonne vraiment de devoir dire cela à un cartographe!
        C’est pourquoi je vous conseille entre autres : Atlas géopolitique mondial 2016 aux éditions du Rocher
        Pour ce qui est de la confession des migrants ou de leur ethnicité (notion fourre-tout) puisque cela est évoqué plus haut, force est de constater que plus une migration est longue plus les différences en terme linguistiques religieuses ou même culturelles en générales sont importantes même si la mondialisation rebat les cartes. Or nous sommes passés pour la France d’une immigration majoritairement européenne jusqu’à la moitié du XXème siècle à une immigration de plus en plus extra-européenne et cela constitue indubitablement un défi et notez bien que j’utilise le mot défi et non problème qui pour moi est une conséquence de l’échec face à ses défis et non une valeur intrinsèque.
        En clair comment intégrer des personnes qui nous sont assez peu proche sur un certain nombre de plans, comment faire face au regain de l’intérêt du fait religieux en particulier vis-à-vis de personne qui ne sont pas habitués à la sécularisation de l’état et de l’espace public est un défi et se doit de s’interroger et non de l’ignorer.

        Enfin sur la question de la représentation graphique et bien je me permets de dire que cela est totalement subjectif et étant donné que cette carte est visiblement adressée à un public large, elle ne reprend pas les normes de la cartographie. Ainsi si pour vous la représentation des migrants vous fait penser à des missiles, cela me fait penser à des étincelles ou des étoiles filantes ce qui est plutôt positif.
        Vous déclarez également que cette infographie déshumanise les personne ce qui est de mon point de vue bien moins le cas qu’une grosse flèche légendé par un nombre ou un ordre de grandeur.
        Pour ce qui est des trajets il est vrai que l’on aurait préféré les voir plus complexe et plus détaillé bien que cela me semble difficile à représenter.
        Je dirais même que l’on pourrait voir de la poésie dans cette carte en reprenant la symbolique de la lumière et de l’obscurité ainsi les migrant sont des lumières qui, dans la nuit perdent une partie d’eux-mêmes au fil des épreuves voir de la mort représenté par la queue des étoiles filantes et finissent par rejoindre d’autres migrants, leur famille peut être ; représentées par un grand pavé lumineux qu’ils contribuent à accroitre.
        Et mon interprétation est aussi valable que la vôtre car elle est subjective, alors permettez-moi de vous poser une question : Etes-vous vous aussi sur de votre impression ?

        Bref, je voulais écrire ce pavé brouillon quelque peu coup de gueule pour vous pousser à vous remettre en question et à avoir une vision plus nuancé.

        Amicalement,
        Un sympathisant de gauche

        • Nicolas Lambert dit :

          Merci pour ce long commentaire. Je réponds à la volée point par point.

          Sur le 1er point, à chacun ses sensibilités, à chacun ses convictions, à chacun ses engagements. La démocratie est là pour trancher. Mais pour ne pas vous frustrer avec un livre à paraître, je peux vous conseiller celui-ci : http://www.armand-colin.com/atlas-des-migrants-en-europe-9782200249663
          Quant à la déconfiture de la gauche, c’est un tout autre sujet : quand la gauche qui gouverne refuse de mener une politique de gauche, c’est tout son camps qui s’écroule. Bref, c’est pas de cela que nous parlons.

          Sur le second point, vous avez raison, cartographier c’est choisir. Mais il faut que ces choix soit éclairés. Regardez sur internet, l’écrasante majorité des cartes décrivent des flux Sud-Nord. Très Je rarement les flux Sud-Sud qui sont pourtant les plus nombreux. Et jamais les flux Nord-Sud. Rappelons que 3,5 millions de Français vivent à l’étranger. Ou sont les cartes ? La question posée est donc le choix du sujet et du contexte. Ce que je dis, c’est qu’aborder la question des migrations de ce point de vue européocentrique, c’est aborder le sujet du petit bout de la lorgnette. Les pays européens sont loin d’être en tête des pays d’accueil de réfugiés. Tellement d’autres cartes sont possibles pour expliquer la géographie des migrations dans l’espace euroméditerranéen. Comme vous le dites, je suis cartographe. Je me pose donc la question des images que je produits. Leur message. Leur impact. Effectivement, il n’y a pas d’erreur de conception sur cette carte. Vous avez raison. Mais un texte sans erreurs de grammaires, en choisissant un angle, un point de vue, peut dire des horreurs. C’est toujours possible d’aller chercher 3 chiffres sur le site de l’INSEE, utiliser des jolis mots, ne pas commettre d’erreur de syntaxe ou de grammaire, pour finalement raconter des âneries. Le Pen fait ça tout les jours. Pour moi, cette carte décrit une Europe envahie de migrants. Or, la majorité des flux de migrants ne sont pas dirigés vers l’Europe. C’est ça le fait important. Et si, comme vous dites,la complexité du monde peut s’appréhender en regardant une multiplicité de carte, sur ce point vous avez 1000 fois raisons, j’ajoute que celles-ci doivent aussi servir de support au débat. Et c’est justement ce débat que j’essaye de faire vivre avec cette polémique. En disant que cette carte tronque la réalité, déforme, ment, et que c’est une carte à abattre (super jeu de mot), je le suscite. Il faut s’interroger sur les images que nous produisons. Cette carte a été partagée, reprises sur des gros médias (Slate, l’Obs, Courrier international) sans jamais être critiquée. Qu’on le veille ou non, ce type de carte contribue à notre imaginaire collectif. Pour moi, c’est une image à combattre. (Je mets pour l’instant la question de l’identité de côté. J’y reviendrai si le débat se prolonge).

          Troisième point, la représentation. Oui, mon interprétation est subjective. Elle me fait penser à des missiles, elles vous fait penser à des étincelles. Pour d’autres dans les commentaires de ce blog, elles font penser à des cafards (sic). Encore une fois, on ne pense jamais qu’avec ses affects (double sens) comme dirait Fréderic Lordon. Mais j’essaye tout de même de penser rationnellement. Je crois que cette carte est conçue comme un tout. Ne sélectionner que les pays européens et choisir cette sémiologie, ces deux éléments conjugués, cela construit un message qui fait sens. Personnellement, cette carte me choque. Je rajoute que le site où elle est présentée se permet aussi d’exprimer le nombre de réfugies en stades de foot. Drôle d’unité de mesure. Comme s’il fallait parquer les gens… Franchement, malgré vos objections, argumentées, je continue de penser qu’il y avait mieux à faire pour traiter le sujet. Dans une carte comme dans un texte ou un discours, il faut faire gaffe à ce qu’on dit. Quand Sarkozy parle de fuite d’eau pour parler des migrants, il ne fait qu’utiliser des images choquantes. Là, c’est exactement pareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *