[BILLET] Non aux statistiques ethniques

« I’m black. And I’m proud » (The commitments, 1991)

Le débat sur les statistiques ethniques est à nouveau sur le devant de scène. Comme la grippe qui revient chaque année, il va falloir à nouveau se faire vacciner contre cette idée dévastatrice. Pourquoi ?

La géographie ne doit pas faire oublier l’histoire. La mise en place aux Etats-Unis de telles statistiques au service de la discrimination positive (positive action) est d’une certaine façon logique. Dans ce pays qui a connu l’apartheid dans un passé récent, les discriminations « raciales » font parti de son histoire. Notons tout de même au passage que les résultats en terme d’action publique sont loin d’être aux rendez-vous. La France, quant à elle, a une tradition universaliste. Dans ce pays issu des lumières et de la grande révolution de 1789, le découpage de la population en ethnies est un non sens total. D’ailleurs, si l’enjeu est d’étudier les discriminations et qu’on considère que la grille de lecture sociale ne suffit pas, les chercheurs ont déjà accès à de nombreuses données : nationalité, nationalité des parents, lieu de naissance, etc… A quoi bon créer des statistiques scientifiquement discutables sur la couleur de la peau, notion ô combien subjective ?

En sciences humaines, un thermomètre n’est jamais anodin. La statistique ethnique n’est pas un instrument de mesure neutre mais bien une façon de voir et d’interpréter les rapports sociaux. Toute abstraction porte en elle un discours idéologique. Et, alors que certains défendent aujourd’hui dans le débat public une vision ethnique de la nation, ce type d’outil est plus que jamais malvenu. Ne soyons pas dupes et ne jouons pas aux apprentis sorciers. Un tel outil, s’il est mis en oeuvre, ne servirait pas à lutter contre les discriminations, mais au contraire à légitimer un discours raciste. En somme, c’est une fausse bonne idée.

I’m black. And I’m proud !

PS : Si vous n’êtes pas d’accord et que vous voulez réagir, les commentaires sont faits pour ça.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Françoise dit :

    Nicolas, il ne me semble pas qu’on ait accès aux données individuelles sur la nationalité des personnes résident en. France, seulement sur des agrégats de quelques milliers d’individus, – c’est une donnée sensible. Une demande spéciale et justifiée doit être réalisée et il n’est pas évident qu’elles soit acceptée.
    Une vraie fausse idée !
    Que signifie d’ailleurs ce terme : ethnique, dans le contexte français actuel ?
    Tu pouvais aussi évoquer le terme de « colored people » en Afrique du Sud, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *