[Billet] Les deux dimensions de la carte

dimensionscarte

Camarades cartographes, ne vous fiez pas au titre de ce billet. Je ne parlerais pas ici de cartographie en 2D qui viendrait s’opposer à une cartographie en 3D. Il s’agit ici d’explorer les deux dimensions conceptuelles de la carte : scientifique et rhétorique. En la matière, deux écoles s’affrontent…

D’une part, la carte serait un objet purement scientifique. Du traitement statistique de la donnée à sa représentation graphique, des règles précises sont à suivre scrupuleusement. Règles statistiques d’abord : l’information ne réduit pas n’importe comment. Toute discrétisation doit par exemple prendre en compte autant que possible l’organisation de la donnée sous jacente. La carte ne doit pas faire mentir la donnée mais mettre en exergue les informations pertinentes. Règles sémiologiques ensuite : la représentation graphique de l’information dépend étroitement de la nature même des données. Des règles sémiologiques sont à suivre pour ne pas induire le lecteur en erreur. Pour cela, le cartographe possède une grammaire – les variables visuelles – qu’il doit savoir manier à bon escient. En somme, toute carte pourrait se résumer en une successions d’étapes reproductibles issues de choix qu’il est possible de justifier scientifiquement.

D’autre part, toute carte serait une construction sociale intrinsèquement subjective. En effet, chaque carte porte en elle un discours, une idéologie. Celle-ci s’exprime par le choix des couleurs, le tracé des frontières, les mots choisis, les titres, la hiérarchisation de l’information, les exagérations et les omissions. En somme, il y a les faits et la façon dont on les raconte. D’ailleurs, quel que soit le sujet traité, une carte peut être ennuyeuse ou superbement éloquente. Une carte peut être consensuelle ou follement subversive. On peut donc aussi évaluer une carte à sa qualité rhétorique, c-à-d sa capacité à captiver le lecteur.

Dans le processus de construction cartographique, ces deux dimensions – scientifique et rhétorique – s’entremêlent pour former une image où se mêle la science et la narration, le réel et l’imaginaire. Toute carte est bien sur une construction scientifique, elle repose sur des faits, les informations y sont traitées rigoureusement et représentées selon les règles graphiques scientifiquement établies. Mais de l’autre côté, comme en musique, une large place est laissée à l’interprétation. Une partition peut être jouée de bien des façons : de façon complètement plate et ennuyeuse ou au contraire interprétée avec finesse et entrain. La puissance d’une carte peut donc s’évaluer à l’intersection de ces deux dimensions. Pour être efficace, une carte doit être robuste scientifiquement pour que son propos ne puisse pas être remis en cause, mais elle doit aussi être en mesure de raconter une histoire qui convainque le lecteur. En cartographie, les faits bruts ne suffisent pas, il faut les mettre en scène. Mais quoi de mieux qu’un bon roman pour comprendre enfin le monde tel qu’il est vraiment?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Haricophile dit :

    Ceci n’est pas une pipe, une carte n’est pas le territoire…. on a déjà exploré le sujet et j’avoue adorer la simplicité lumineuse et universelle de Magritte. Il faut vraiment apprendre à se méfier des représentations et a rester vigilant et critique sur toute forme de représentation même familière. L’exemple le plus basique en cartographie est la planisphère « standard » curieusement géo-centrée avec un arrière gout politique tenace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *