[Infographie] Les oubliés de la cinquième république

Dans le combat politique, on a coutume de dire que l’interprétation des résultats a autant de poids que les résultats eux mêmes. Ainsi, les soirs d’élection, chaque parti politique tente de mettre en valeur ses succès en essayant de présenter les résultats d’une façon avantageuse pour créer une dynamique en sa faveur. De fait, les résultats électoraux peuvent être lus de mille et unes façons.

Sur cette infographie, je présente les résultats du premier tour des élections départementales de mars 2015 en mettant en scène un fait qui me semblent pertinent : l’abstention. En présentant les scores des différents partis non pas en part des suffrages exprimés, mais en part des inscrits, le graphique montre immédiatement une illégitimité des partis politiques avec des scores électoraux assez peu représentatifs du corps électoral. En effet, avec une majorité des électeurs qui ne vont pas voter, le FN ne représente par exemple que 12,1% des électeurs ; le parti socialiste et ses alliés représentent tout juste 10%. Au total, 52,3% des électeurs ont choisi de ne pas voter pour un parti politique. Ils sont en grève citoyenne. Ce sont les oubliés de la cinquième république.

Oubliés

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Antoine dit :

    Edifiante représentation en effet. Mais gare à ne présenter les abstentionnistes que « sous un jour favorable » comme vous le dites plus haut des interprétations des partis. Tous ne sont pas des libertaires épris de démocratie athénienne ou des citoyens bafoués dans leur amour de la république. Il y en a aussi un bon paquet qui n’en a rien à foutre, trouve ça trop compliqué, préfèrent rester le derrière vissé devant la F1 le dimanche et ne manquera pas d’hurler à la trahison le jour le vainqueur de l’élection aura eu l’outrecuidance d’appliquer une mesure de son programme.
    Ca me rappelle cette affiche de campagne très drôle aperçue lors des dernières présidentielles : « Le Parti des Abstentionnistes : Ne votez pas ! Mais pour moi ! »

  2. RV dit :

    Belle image,
    mais le plus important c’est la légende :
    « sur la base des résultats communiqués par le ministère de l’intérieur »
    Difficile de faire autrement,
    bien sur,
    mais alors,
    ça manque de commentaire
    sur les regroupements choisi par le dit ministère
    non ?

    • Nicolas Lambert dit :

      J’ai effectué les regroupements à gauche en deux catégories sur la base du soutien ou non à la politique du gouvernement (PS + radicaux). Mais il est effectivement difficile de prendre en compte toutes les subtilités locales. Du coup, mes aggrégats avantagent probablement le camps « FdG-EELV-DVG ». Par contre, ce qui est avéré, c’est que les cantons où FdG (ou PG) et EELV sont alliés, cela représente 13,4% des suffrages exprimés. Ce résultat est effectivement indétectable dans les catégories mises en place par le ministère où « union de la gauche » signifie PS + un allié (quel qu’il soit). Dans ce contexte, le décryptage des scores résultats électoraux est autant une science qu’un score de combat 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *