[BILLET] Cartographie radicale

Je parle ici de cartographie radicale. Ce mouvement qui intervient à la marge de la cartographie conventionnelle, mérite en effet qu’on s’y attarde quelques minutes. Et un grand merci avant de commencer à Philippe « reka » Rekacewicz pour ses conseils de lecture.

Qu’est ce qu’une carte ?

« Aucune carte n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas »
(Oscar Wilde)

Une carte est une représentation schématique de la réalité mise à plat. C’est « une représentation géométrique plane simplifiée et conventionnelle de tout ou partie de la surface terrestre, et cela dans un rapport de similitude convenable qu’on appelle échelle » (F. Joly, 1976). C’est aussi une représentation, qui sous couvert de rigueur scientifique, est largement pensée comme une représentation objective et concrète de la réalité. C’est sur la carte, donc c’est vrai, voilà ce qui est couramment admis ; la carte est presque considéré comme une preuve. Pourtant, les cartes mentent. Étant une représentation où tous les éléments de la réalité ne peuvent être représentés (il faut sélectionner, agréger, hiérarchiser, …), la carte n’est rien d’autre qu’une vision subjective de la réalité. Car en effet, « pour pouvoir reproduire de manière significative, sur une feuille de papier plane ou sur un écran vidéo, les relations complexes d’un monde en trois dimensions, une carte doit déformer la réalité » (Comment faire mentir les cartes, Mark Monmonier, 1993). « La carte est intentionnelle donc sélective, subjective autant qu’objective » (Michel Foucher, 2011).

Les cartes mentent

« Maps are subjective »
(Jai Sen, an atlas of radical cartography)

« Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées » disait Winston Churchill. Il est en effet bien facile de faire dire aux chiffres tout et n’importe quoi, nous en avons des exemples dans les médias tous les jours. Mais cela est peut être encore plus vrai pour les cartes. Le cartographe a des choix à faire lorsqu’il dessine une carte, il choisit les objets à représenter, les couleurs, il traite les données, il hiérarchise, il sélectionne, etc… Et même lorsque on se veut le plus objectif possible, on choisit quand même. Ne pas choisir, c’est encore choisir, disait Jean-Paul Sarte. Bref, il n’existe pas de représentation objective du monde. Une carte n’est jamais un objet neutre mais toujours un point de vue visant à véhiculer un message, conscient ou non. Se rend on compte par exemple à quel point la carte du monde de Mercator, conçue au départ pour la navigation maritime, déforme la réalité ?

D’autres façons de mettre la terre à plat sont pourtant possibles : (voir la projection de Peters)

Bref, les choix de fond de carte, de couleurs, des données, de projection, de sélection, les choix statistiques ont un impact sur le rendu final de la carte.

Donc même s’il existe des règles théoriques, scientifiquement fondées, pour bien représenter telle ou telle donnée, le cartographe a toujours la possibilité d’orienter son message dans un sens plutôt qu’un autre. C’est d’ailleurs l’essence même de l’art cartographique que d’être capable de produire une image véhiculant un message sciemment pensé et clairement audible. Car au delà du savoir faire technique, le savoir faire du cartographe est bien de créer des images pour étayer une démonstration ou pour appuyer un raisonnement. La carte vient toujours en appui d’une démonstration scientifique ou d’un argumentaire politique. C’est un outil. Donc, même si la carte est un outil efficace pour explorer, analyser et comprendre les disparités spatiales, elle reste avant tout un outil de communication. Comme dit le vieil adage, un dessin vaut mieux qu’un long discours.

Le pouvoir des cartes

« Mapping is … an act of power »
(Jai Sen, an atlas of radical cartography)

Précurseur, le géographe anglais John Brian Harley se demande très tôt si la carte géographique est bien une représentation objective du réel ou si elle n’est pas plutôt une construction sociale. Il répond à cette question en décrivant la carte comme un outil de surveillance, et de pouvoir d’un gouvernement sur un territoire. Pour Harley, la carte est un produit social incarnant une forme de pouvoir. Selon lui, la carte porte intrinsèquement en elle un discours idéologique. Ayant conscience de cela, il n’est pas entonnant que le rôle de production cartographique, comme des statistiques aient longtemps été l’apanage des états (Statistique provient de state = état). Ainsi, en France, c’est bien l’IGN qui assure depuis 1940, depuis la dissolution du service géographique des armées (fondé en 1887), la production de cartes topographiques pour le territoire national.

Les pouvoirs exercés par la carte sont de quatre ordres. Premièrement, c’est un outil administratif. En France, c’est Napoléon qui instaura le cadastre en 1807 dans le but d’imposer les citoyens aux contributions foncières. La mise en carte de façon unique et centralisée de la propriété foncière est donc bien un outil de domination et l’exercice du pouvoir. Deuxièmement, c’est un outil de pouvoir économique. Quiconque est capable de produire des cartes détaillées dispose d’un atout non négligeable pour déterminer les routes commerciales ou développer des visions géostrategiques. Troisièmement, c’est un outil pour faire la guerre. Être capable de produire une carte précise des champs de bataille a toujours été un élément décisif pour les militaires, et cela est toujours aussi vrai aujourd’hui avec l’avènement de la télédetection et de la 3D. Enfin, c’est évidemment un outil de souveraineté. A ce jour, de nombreuses frontières sont encore disputées. Que ce soit le Sahara occidental, le Cachemire ou la Palestine, produire des cartes sur ces territoires contestés en y représentant la localisation au mètre près de telle ou telle frontière est bien un moyen d’ancrer dans le réel une revendication territoriale.

Prenez le pouvoir

« Dessiner une carte c’est prendre le pouvoir, avec le stylo comme seule arme, décider du moindre trait, sélectionner, exagérer, voire mentir. » (Ingrid Saumur)

Avec une production centralisée, contrôlée et normative, les cartes sont donc traditionnellement l’expression du pouvoir et non de la contestation. Car on l’a vu, qui a le monopole sur la création cartographique, impose sa vision du monde. Et même dans un monde largement ouvert où le web participatif s’impose peu à peu (Cf https://www.openstreetmap.org/), il n’y a à ce jour pas ou peu l’expression populaire de la cartographie comme il peut y en avoir dans d’autres domaines (musique, littérature, …). Il n’existe pas ou peu de contre culture cartographique. Développer cette contre culture, c’est là tout l’enjeu de ce mouvement en construction qu’est la cartographie radicale. La cartographie radicale, c’est penser la cartographie comme contre pouvoir . C’est une cartographie qui vise à faire voler en éclat ou ébranler les structures de pouvoir et de domination. Comme le dit si bien Pierre Laurent, secrétaire national du parti communiste français, il faut « prendre le pouvoir pour le partager ». C’est tout l’objet de la cartographie radicale, « contrer adversaire avec ses propres armes » (owni.fr, 30 mars 2001). C’est donc forcément une cartographie populaire et participative qui donne à voir d’autres visions du monde. Bref, en cartographie comme ailleurs, Prenez le pouvoir.

La cartographie radicale

« We define radical cartography as a practice of mapmaking that subverts conventional notions in order to actively promote social change »
(Alexis Bhagat & Lize Mogel, an atlas of radical cartography)

Assez tourné autour du pot, qu’est ce que la cartographie radicale ? La cartographie radicale est donc une cartographie populaire et politiquement engagée. Loin des us et coutumes académiques, c’est aussi la « combinaison revendiquée d’art, de sciences, de géographie, de politique et d’activisme social. » (Reka). C’est aussi souvent « une forme de contestation au service de la dénonciation des pratiques politiques douteuses et de la justice sociale » (reka). Souvent anticapitaliste ou altermondialiste, c’est une cartographie subversive, qui en jouant le rôle de contre pouvoir, essaye inverser les structures de pouvoir en place. C’est la cartographie contre la pensée unique.

Subversive et provoquante, la cartographie radicale peut heurter les professionnels de la cartographie dite classique. Utilisant plutôt (mais pas forcément) des représentations iconoclastes ne respectant pas toujours les règles classiques de la cartographie (sémiologie bertiniene), la carte est ici utilisée avant tout comme un outil de communication au service d’un combat à mener. Utilisant parfois des représentations cartographiques conventionnelles ou plus souvent des expérimentations visuelles, les cartes ne sont ici que des outils au service d’une cause politique : libre circulation des personnes, rendre visible les invisibles, lutte contre les autorités, etc… Comme semble l’illustrer le collectif « Échelle inconnue » (http://www.echelleinconnue.net/), ce mouvement semble peu ou pas organisé, voire carrément bordélique. La raison de cela est qu’il promeut explicitement le désordre culturel ; son organisation est donc forcément déstructurée et informelle. C’est le grain de sable…

Voici quelques exemples :

1) iSee project
http://www.an-atlas.com/contents/iaa_iaa.html

 

Le projet iSee est une application en ligne qui cartographie l’emplacement de toutes les caméras de vidéo surveillance à Manhattan. Cette carte est évidemment subversive. On peut y voir notamment que sont surveillées, non pas les zones pauvres à forte criminalité, mais plutôt les quartiers d’affaires ou les zones économiquement aisées. Gênant…. Mais au delà de la simple visualisation des caméras sur une carte, l’application propose aussi à chaque citoyen de planifier son itinéraire dans la ville de telle sorte qu’il soit le moins filmé. A la manières des cartes militaires, l’application délivre ainsi des cartes stratégiques de moindre surveillance. Très mal vu par les autorités locales, le but de cette application est bien de créer des perturbations à l’intérieur des systèmes existants de pouvoir et de contrôle.

2) Les bidonvilles de Calcutta
http://www.an-atlas.com/contents/unn_sen.html

Au milieu des années 70, alors que les cartes de Calcutta ne représentaient pas les bidonvilles mais uniquement les logements « désirés » (les emplacements des bidonvilles sont laissés en blanc sur la carte), ce projet a eu l’idée de réaliser une carte non officielle des logements de la ville. En représentant sur la carte, ces logements « non désirés », ce groupe d’activistes tentait alors de bouleverser les représentations usuelles de la ville et d’en transformer sa représentation mentale. Sur cette carte, ont donc été tracés minutieusement chaque logement de façon individuelle, avec les noms des occupants. Cette façon de rendre visible des invisibles et la confrontation de cette nouvelle représentation de la ville avec celle présentée habituellement pas les autorités locales était donc un moyen, pour les habitants des bidonvilles, de prendre pleinement conscience de leur place dans la ville.

3) Des morts par millers aux portes de l’europe

Cette carte, réalisée pour la première fois par Olivier Clochard et Philippe Rekacewicz dans le monde diplo, représente le nombre de migrants morts en voulant rejoindre l’union européenne. Cette carte montre que la politique migratoire européenne, qui avec Frontex met en place des dispositifs quasi-militaires pour empêcher les migrants de venir « envahir » l’Europe, a des effets concrets en terme de vies humaines. Plus le dispositif se durcit à un endroit, plus les routes migratoires utilisées deviennent dangereuses et donc mortifères. Bref, cette carte morbide, est un véritable pamphlet humaniste contre la politique migratoire européenne. Cette carte a été actualisée plusieurs fois et de nouvelles versions de cette carte seront bientôt disponibles dans l’Atlas des migrants en Europe 2nde édition (à paraître).

Cartographie radicale & radicalité concrète (conclusion)

« Une carte subversive des frontières aide a créer une frontière subversive »
(Maribel Casas-Cortes et Sebastian Cobarrubias)

Produire une image neutre qu’on veut le plus proche de la réalité a finalement peut d’intérêt. La carte qui représenterai le réel le plus fidèlement possible serait une carte a l’échelle 1 qui viendrait impeccablement se superposer à la réalité du terrain. On voit bien absurdité et inutilité d’une telle construction, c’est une chimère. Pour être utile socialement, mieux vaut donc pour le cartographe, produire des images provocantes, subversives et engagées dont la subjectivité et le parti pris sont assumés et clairement énoncés. C’est alors la confrontation, le dialogue fracassant entre les personnes qui vont utiliser ces cartes qui va petit à petit tracer le chemin. Car en effet, comme le distent Maribel Casas-Cortes et Sebastian Cobarrubias, donner à voir une vision du monde peut permettre de changer le monde lui même. La carte est une représentation du reel. Agir sur cette représentation en tant que telle est un moyen d’influer sur notre représentation collective du monde. Et, comme l’écrivait le géographe Yves Lacoste en 1976, «La Géographie, ça sert d’abord à faire la guerre». Avec la cartographie radicale, c’est le citoyen qui prend les armes.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/02/2014

    […] Lambert, « La cartographie radicale », Carnet cartographique, 23 mai 2013 (avec quelques corrections […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *