[LIVRE] Atlas des migrants en Europe (2e édition)

Je reproduis ici une présentation de l’Atlas des migrants en Europe pour lequel j’ai réalisé une bonne partie de la cartographie. Cette présentation d’ouvrage a étée publiée dans les cahiers de santé publique et de protection  sociale (Fondation Gabriel Peri).

Atlas-Migreurop_CNHI

« Nous sommes en train de mourir pour un bout de papier, mais personne ne nous entend. Nos deux camarades ont été renvoyés, bouche scotchée et mains attachées, mais ce sont des humains, pas des animaux ! » (Saliha, Algérienne en Grève de la faim, Lille janvier 2013)

L’Union Européenne compte aujourd’hui 78 000 kilomètres de frontières extérieures, chiffre qu’il faut doubler si l’on y ajoute les frontières internes entre les États membres. Pour « protéger » un espace aussi vaste face à un prétendu « risque migratoire » en grande partie fantasmé, l’Union européenne n’a eu de cesse depuis le milieu des années 1980, de durcir sa législation, de renforcer ses contrôles et de militariser ses frontières en rendant toujours plus difficiles et dangereux les parcours des migrants dont certains d’entre eux y laisseront la vie.

Dans cette nouvelle édition de l’Atlas des migrants en Europe que je présente ici, et alors que nous fêtons les 10 ans de la fermeture du centre d’hébèrgement de Sangatte, le Réseau Migreurop (voir encadré 1) propose un diagnostic critique et engagé des politiques migratoires menées à l’échelle européenne. Issu d’un long travail de terrain réalisé auprès des migrants et des populations maintenues en centre de rétention, cet Atlas propose un état des lieux radical ainsi qu’un décryptage nécessaire des politiques européennes d’asile et d’immigration.

L’ouvrage s’organise autour de quatre grands thèmes :

– Des migrations mondialisées mais entravées

– Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

– L’enfermement au cœur des politiques d’asile et d’immigration

– Les effets dans zones de départ de de transit

Pour l’ensemble de ces thèmes, l’atlas rassemble plus d’une centaine de cartes, des graphiques, des textes et des photographies. Ces documents permettre d’appréhender la façon dont les frontières se déplacent, s’«externalisent », deviennent réticulaires, mais aussi de visualiser les infrastructures mises au service des politiques de contrôle et ainsi illustrer le visage de plus en plus sécuritaire de la politique migratoire européenne.

Créé en 2002, Migreurop est un réseau d’associations, de militants et de chercheurs. Né après l’annonce de la fermeture du camp de Sangatte au cours de l’année 2000, le principal objectif du réseau Migreurop a été dès le départ de faire connaître la généralisation de l’enfermement des étrangers dépourvus de titre de séjour et la multiplication des camps, dispositif au coeur de la politique migratoire de l’Union européenne. Aujourd’hui, Migreurop compte 43 associations et 37 membres individuels dans 16 pays du Moyen Orient, d’Afrique et d’Europe.

Encadré 1 : le réseau Migreurop

I. Des migrations mondialisées mais entravées

Selon l’ONU, le nombre de migrants dans le monde s’élève pour 2007 à 220 millions de personnes. Cela représente 3.3% de la population mondiale. Contrairement aux idées reçues, parmi eux, seuls 2 sur 5 se dirigent vers les pays de l’OCDE et près de la moitié partent pour un autre pays pauvre ou un pays autocratique comme les Emirats ou Singapour. Il en est de même pour l’asile puisque la majeure partie des réfugiés dans le monde le sont dans des pays en voie de développement. Ce fait souvent mal compris au prisme d’un regard européo centré qui pense les migrations comme un mouvement massif des pays pauvres vers les pays riches montre les limites de l’effet push pull qui est une approche courante pour décrire les migrations. En effet, penser les migrations en terme de zones attractives forcement riches et zones répulsves pauvres ne permet pas de comprendre la complexité des mécanismes migratoires qui s’inscrivent dans le temps long. Sans nier la réalité d’une mondialisation inégalitaire empreinte de fortes discontinuités spatiale qui provoque forcement des déplacements de population dans le sens du gradiant de richesse le plus fort, les migrations contemporaines sont aussi liées à des trajectoires historiques, où la proximité spatiale est un facteur déterminant. Enfin, il n’est pas possible écarter la part grandissante de la crise écologique comme un élément central dans les causes des mouvement migratoires. Ce facteur, qui est une composante intrinsque de la mondialisation, vient se superposer à la carte de la richesse puisque évidement, plus un pays est riche, plus sa capacité d’adaptation au réchauffement climatique est élevée. Le changement climatique devient donc un enjeu majeur en particulier pour les pays pauvres : si, en 2008, on comptait 4,6 millions de personnes déplacées dans leur pays du fait d’un conflit violent, il y en avait 20 millions qui avaient dû quitter leur lieu de résidence à la suite d’une catastrophe naturelle ; les « migrants environnementaux » ont été 15 millions en 2009, 38 millions en 2010.

Les mouvements migratoires touchent donc en premier lieu les pays du sud. Pourtant, en moins de 20 ans, la question migratoire est devenue un thème incontournable imposé par les pays riches dans les relations internationales. En Europe, c’est en juin 2002 à Séville, que les chefs d’états de l’Union européenne ont fait de la lutte contre l’immigration une priorité. Sous un langage convenu et l’invocation d’un « développement » des pays du voisinage, c’est en réalité la hantise croissante des pays riches de se voir envahir par une horde de migrants qui devient la caractéristique des rapports entre l’Europe et ses voisins.

Ainsi, alors que l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 proclame le droit à chacun à « circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État », et à « quitter tout pays, y compris le sien et à y revenir », l’Union europenne n’a eu de cesse de déployer une myriade de dispositifs pour empêcher, ou plutôt canaliser les flux migratoires. C’est la tentation du mur. Tandis que La Grèce amorce la construction d’un mur le long de sa frontière avec la Turquie, l’Atlas nous apprend que le nombre de murs, barrières et clotures dans le monde a triplé depuis la chute du mur de Berlin. En 2011, il y avait 48 murs recensés dans le monde, souvent construits dans un but affiché d’empêcher les migrations. Cela représente plus de 30 000 kilomètres linéaire. Comme bien d’autres dispositifs détaillés dans la seconde partie de l’ouvrage, les études montrent que ce dispositif n’empêche en aucun cas les gens de passer. La construction de murs constitue plutôt un aveu de faiblesse et une réponse inadapté à un risque fantasmé. Comme la plupart des dispositifs mis en place par l’Union européeenne dans le cadre de sa politique migratoire, les murs n’empêchent pas les flux, ils les détournent.

Figure 1 : Toujours plus de murs dans un monde sans frontières

II. Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

Alors que la mondialisation économique produit un accroissement de la mobilité internationale, elle s’accompagne également dans le même temps d’une multiplication des dispositifs visant à l’empêcher. En Europe, la construction de l’Espace Schengen, espace de libre circulation, a été conçu comme un espace étanche, « protégé » à ses frontières extérieures par des politiques de plus en plus dures visant à endiguer l’immigration. On parle alors d’une Europe forteresse (Fortress Europ en anglais). Nous sommes face à une mondialisation contre une autre, une mondialisation qui favorise d’une part la circulation des capitaux et des marchandises et qui d’autre part vise à empêcher la libre circulation des humains. Cette seconde partie de l’Atlas détaille donc la myriade de dispositifs mise en place par l’Union européenne pour canaliser les flux migratoires. Je les reprends ici de façon non exhaustive.

Le système Schengen

Si la première convention de Schengen date de 1985, l’espace Schengen a été institutionnalisé à l’échelle européenne par le traité d’Amsterdam du 2 octobre 1997. Il comprend actuellement 26 États membres. Le traité de Lisbonne, signé le 13 décembre 2007, a modifié les règles juridiques concernant l’espace Schengen, en renforçant la notion d’un « espace de liberté, de sécurité et de justice ». Celui-ci fait intervenir davantage de coopération policière et judiciaire, et vise la mise en commun des politiques de visas, d’asile et d’immigration. Dans les faits, cet espace de libre circulation interne n’est tangible que si l’Europe est en mesure de protéger efficacement ses frontières extérieures. Pour assurer la pérennité de cette espace de libre circulation et rassurer ses états membres, l’Espace Shengen se construit donc sur une exclusion drastique de ceux qui n’en font pas parti. C’est le revers de la médaille, il faut protéger la forteresse.

Visas et accords de réadmission

Pour cela, l’Europe a mis en place une politique de visas pour tenter de contrôler efficacement les entrées et sorties sur son territoire. En effet, depuis 2001, un règlement européen fixe la liste des pays dont les ressortissants sont soumis à l’obligation de visas pour rentrer dans l’espace Schengen. Cette politique menée dorénavant conjointement par les pays de l’Union européenne, est souvent négociée avec les pays tiers en contrepartie de la signature d’accords de réadmission. Ces accords permettent aux états de l’Union européenne de renvoyer les migrants dans leur pays d’origine ou le pays par lequel ils ont transité. En mettant dans la balance des négociations la délivrance de visas, mais aussi le montant des aides au développement ou tout autre coopération économique, l’Europe est dans un rapport de domination avec les pays du sud qui n’ont pas d’autre choix que d’accepter les conditions qui lui sont posées..

Directive retour

Pour mener sa politique migratoire, l’Europe dispose d’un cadre juridique commun, la directive retour. Adoptée le 18 juin 2009 au parlement européen, cette directive s’inspire des pratiques les plus dures existant en Europe. La directive prévoit notamment le principe du «retour» de tout clandestin en situation irrégulière vers son pays d’origine, un pays de transit ou un autre pays qu’il a choisi pourvu qu’il y soit admis. Un délai de 7 à 30 jours est prévu pour un «retour volontaire» du sans-papier. Dans ce texte, une rétention peut être décidée en cas de «risque de fuite» ou de refus de expulsion. La durée maximale de rétention est de six mois, mais peut être prolongée jusqu’à 18 mois en cas de «manque de coopération» du sans-papier. En france, la durée est passée de 32 à 45 jours avec l’adoption de la directive. Les expulsions sont suivies d’une interdiction d’entrée de 5 ans maximum, sauf «menace grave.» Enfin, le texte autorise l’expulsion des mineurs non accompagnés (et de malades) vers des pays où ils n’ont ni tuteur ni famille s’il y a sur place des «structures d’accueil adéquates.». Quelques années après son adoption, on constate que cette directive appelée « directive de la honte » par ses détracteurs a eu pour effet une augmentation générale de la durée de rétention dans la plupart des pays européens.

Frontex

Frontex est le bras armé de l’Europe en terme de politique migratoire. Créée en 2004 et opérationnel depuis 2005, son rôle est de lutter contre l’immigration clandestine. Elle dispose pour cela d’un budget annuel de pas moins de 80 millions d’euros. Des équipes « mixtes » (composées de polices de plusieurs États membres) sont déployées en permanence aux frontières de l’Union européenne. Environ 20 avions, 30 hélicoptères, 100 vedettes, et d’autres équipements techniques ont également été mis volontairement à sa disposition par les États membres. De 2006 à la fin 2009, Frontex a organisé 61 vols de retour pour 2 859 migrants clandestins.

Dublin II

Entré en vigueur en 2003, le système Dublin II (synthèse de trois règlements européens pris entre 2000 et 2003) vise à répartir entre les États européens la responsabilité de l’examen des demandes asile. l’Union européenne a mis en place une politique commune en matière d’asile très restrictive, dont le premier pan consiste à externaliser l’asile, et le deuxième à ficher tout demandeur d’asile et à éviter que les nombreux demandeurs d’asile déboutés ne fassent une nouvelle demande dans un autre pays. Dans les faits, l’Union européenne accueille très peu de réfugiés en comparaison avec les Etats-Unis ou le Canada : ainsi, selon la Commission européenne, durant l’année 2010, environ 5 000 réfugiés ont été réinstallés dans l’ensemble de l’Union européenne, chiffre à comparer avec les quelque 75 000 réfugiés réinstallés aux États-Unis la même année.

Ficher les migrants

Ce que nous apprend également cet atlas, c’est que la commission européenne est en train de mettre en place progressivement un fichage généralisé des migrants. Ce fait peu connu du grand public et des grands médias passe par les trois dispositifs suivants :

Le Système d’information Shengen (SIS II). C’est une base de données biometrique pour contrôler les frontières. Elle est constituée d’une base de données centrale à laquelle sont reliées au moins 500 000 terminaux d’ordinateurs dans les états membres, une augmentation de plus de 300% par rapport à 2003 et de 1600% par rapport à 1995.

– Eurodac. C’est est une base de données centralisée (hébergée par la commission européenne) qui contient les scans numériques des empruntes digitales collectées lors des contrôles aux frontières. Il utilise les empruntes digitales pour vérifier si une personne demandant l’asile dans un état n’a pas déjà fait la demande dans un autre état. Le 31 décembre 2010, la base de données contenait 1 704 690 enregistrements.

– VIS. Le système d’information sur les visas (VIS) a été conçu pour “améliorer la mise en oeuvre de la politique commune en matière de visas”, de faciliter la lutte contre la fraude et faciliter les contrôles aux frontières.

Ces trois dispositifs sont en phase d’être unifiés dans un seul dispositif, ce qui constiturait une base de données unique au monde.

Politique des visas, accords de réadmission, forces militaires, fichage, expulsions, l’Union européenne multiplie les dispositifs pour tenter de rendre infranchissable la frontière de l’eldorado europe. Mais une fois qu’un migrant à réussi à passer entre les mailles du filet, que faire ? Là encore, les pays européens ont trouvé la solution : l’enfermement.

III. L’enfermement au cœur des politiques d’asile et d’immigration

« Chaque année, des milliers de migrants sont enfermés pour quelques heures ou plusieurs mois dans des lieux qui ne sont encadrés ni par le droit ni par le regard de personnes extérieures. Les violations des droits humains y sont fréquentes et les abus peuvent y être extrêmes (conditions hygiène effroyables, tortures, meurtres), des pratiques qui font rarement l’objet de condamnations de la part de la justice. » (www.migreurop.org). Ce qui n’était au départ qu’une réponse administrative improvisée, l’enfermement des migrants, est devenu aujourd’hui le cœur des politiques migratoires européennes. Identifiés en 2003 comme un nouvel outil de la politique migratoire en Europe, les « camps » sont devenus un instrument privilégié de gestion des migrants. En 2009, 570 660 étrangers étaient maintenus en rétention dans l’Union européenne. Parmi eux, 252 785, soit un peu moins de la moitié, ont étés expulsés.

Figure 2 : l’Europe des camps

 

Mais tout n’est pas si simple. Dans les camps, la contestation est permanente : incendies, émeutes, manifestations, évasions ou grèves de la faim, ce ne sont pas des cas isolés. Il n’y a pas de de grands centres de retentions qui ne connaissent des grèves de la faim. Ces événements que les gouvernements ne souhaitent pas ébruiter et que les grands médias relaient peu sont pourtant une facette non négligeable de la politique migratoire européenne qui vise à traiter les migrants comme si ils n’avaient aucun droit. Difficile de déployer une telle politique sur le territoire européen à contre courant de l’image que l’Union européenne essaye de se donner. Pour cette raison, depuis le début des années 2000, l’Union européenne et ses États membres se sont appuyés sur les régimes du sud de la Méditerranée pour délocaliser leur politique d’asile et d’immigration et y exporter leur modèle d’enfermement. C’est ce qu’on appelle l’externalisation, et cela quel que soit le regime politique avec lequel il faut traiter. Face aux révoltes populaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, l’Union européenne s’est empressée de faire reconduire les accords concernant la politique migratoire qu’elle avait contracté avec les régimes auoritaires qui venaient de voler en éclat. Cette réaction montre que la « défense de la démocratie » et la « non ingérence » ne sont que rhétoriques quand il s’agit de réaffirmer les impératifs d’une fermeture des frontières, même si cela est attentatoire aux droits fondamentaux.

Le phénomène d’externalisation n’a eu de cesse de s’amplifier.Avec le lancement de la “dimension externe” de la politique d’asile et d’immigration en 2004, l’externalisation des politiques migratoires est devenue une pratique de plus en plus répandue en Europe. Faire prendre en charge par des pays partenaires, le contrôle de ses frontières exterieures, telle est la nouvelle stratégie de l’Union européenne en matière migratoire. C’est de facto une sous traitance de la surveillance des frontières. Ainsi, le renforcement des contrôles frontaliers et leur externalisation contribue à la multiplication du nombre de centre de retentions au sud de la méditerranée. Qu’il s’agisse de camps ouverts pour lequels la circulation est possible sous certaines contraintes ou de camps fermés, véritables lieux de détention, la tendance est à la multiplication du nombre de camps. Ainsi, des personnes sont enfermées dans des camps uniquement pour avoir eu l’intention de rejoindre clandestinement l’Union européenne. Les pays assignés au rôle de garde frontière n’ont bien souvent ni le cadre juridique, ni la capacité matérielle ni la volonté politique de l’assumer. Mais ils n’ont bien souvent pas d’autre choix.

Alerter l’opinion sur ce que le réseau Migreurop appelle « l’Europe des camps » est bien un élément central de l’ouvrage présenté ici. Réseau militant, Migreurop demande explicitement aux gouvernements des États membres de l’Union européenne et de son voisinage de ne plus utiliser la détention à des fins de contrôle migratoire. Il appelle aussi à cesser de privilégier l’approche sécuritaire des politiques asile et d’immigration pour à la place promouvoir le droit fondamental de circuler. Il faut dire que cette politique qui se révèle finalement assez inefficace, produit des effets dévastateurs. C’est l’objet de la quatrième partie de cet Atlas.

IV. Les effets

Au fur et à mesure que les frontières se ferment, les routes migratoires se déplacent, générant plus de dangers pour ceux qui les empruntent. Les flux migratoires ne sont pas stoppés ou contrôlés, ils sont entravés ou simplement déviés. Ces politiques, dont le visage inhumain n’est plus à démontrer, aboutissent aussi à la mise en place de zones tampons situées en périphérie de l’Union européenne, visant à mettre la distance les migrants, à les rendre invisibles, en faisant porter la charge du contrôle migratoire sur les pays du voisinage. Des zones tampons, des campements sans droits, et de l’errance sans fin pour des migrants dont on ne laisse poser les valises nulle part, tel est l’effet réel de cette politique migratoire.

De plus, malgré le déploiement financier, technique, juridique, et géopolitique que nécessitent tous ces dispositifs mis en place par l’Union européenne et dont de nombreuses entreprises privés de plus en plus impliquées bénéficient grassement, ils ont en fait une efficacité assez limitée à long terme. Comme le souligne Claire Rodier, juriste au GISTI et spécialiste des questions migratoires, “Cela fait vingt ans que je travaille dans ce domaine, et que j’entends que les lois ne sont pas adaptées et qu’il faut renforcer les contrôles aux frontières. Sur les dix dernières années, les flux migratoires se sont déplacés d’Ouest en Est, à chaque fois qu’un point de passage était fermé (détroit de Gibraltar, îles Canaries, Lampedusa, etc.). Le trajet vers l’Europe est devenu plus cher et plus dangereux pour les migrants”. Dans le 1er numero de cette revue (reference), j’écrivais « les routes changent, mais que les drames subsistent ». Nous recensions à l’époque 13 500 cadavres, dont environ 10 000 en méditerranée depuis 1993. Depuis, le bilan s’est encore largement alourdi. Même s’il n’existe pas de données officielles pour comptabiliser le nombre de migrants morts aux frontières européennes, selon les ONG qui tentent de cette comptabilité macabre, le nombre de morts depuis 1993 s’élèverait aujourd’hui à 16 250. Pour migreurop, « ces morts sans nom et sans nombre en disent long sur le processus de déshumanisation des migrants, réduits à l’état d’individus surnuméraires qui peuvent disparaître sans laisser de trace ». La mort au bout du chemin, tel est le vrai bilan de l’Europe forteresse.

Figure 3 : Compter les morts en migration

 

Conclusion

Cet Atlas est un atlas engagé, une géographie critique. Il qui décrit les incohérences et (in)conséquences de la gestion des flux migratoires par l’Union européenne. Reussir cela n’a été possible que par la collecte et la mise en cohérence d’informations décrivant une réalité pourtant difficile à saisir, du fait de l’échelle géographique du phénomène, mais aussi d’une volonté de dissimulation des gouvernements européens. Largement illustrée de cartes et de graphiques pour facilité la compréhension et donner à voir simplement des phénomènes souvent complexes, cet atlas permet comprendre le vrai visage des politiques migratoires européennes. Il appelle aussi à voir enfin cette question avec un peu plus d’humanisme pour enfin remettre l’humain au cœur des politiques européennes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *