[MEDIA] La « carte des morts » dans la presse turque

Suite au naufrage du 7 février dernier dans lequel moururent encore plus de 300 migrants, l’agence de presse turque Anadoly Agency m’a demandé un reportage sur cette nouvelle tragédie. Ce fut aussi l’occasion de traduire en turc la dernière version de la « carte des morts ». Sur le site de l’agence, le reportage est disponible en Français et en anglais.

gocmen-olumleri-jpg20150213115844

Reportage [version turque]

http://www.aa.com.tr/tr/yasam/464917–akdeniz-umuda-yolculukta-30-bin-kisiye-mezar-oldu

Reportage [version française]

http://www.aa.com.tr/fr/headlines/465066–de-drame-en-drame-le-quot-cimetiere-mediterraneen-quot-se-creuse

Dans la presse

L’article (parfois partiel) et la carte (pas toujours) ont étés repris dans un certain nombre de journaux turcs. En voici une liste non exhaustive. A ma connaissance, le reportage n’a pas été publié dans la presse francophone.

screenshot_gazete

et aussi…

http://www.akradyo.net/1800714532,73493,9,Akdeniz-umuda-yolculukta-30-bin-kisiye-mezar-oldu.aspx

http://www.memleket.com.tr/akdeniz-umuda-yolculukta-yaklasik-30-bin-kisiye-mezar-oldu-593074h.htm

http://www.a24.com.tr/illerde-one-cikan-haberler/akdeniz-umuda-yolculukta-30-din-kisiye-mezar-oldu-12559518.html

http://www.ilkben.com/akdeniz-umuda-yolculukta-30-bin-kisiye-mezar-oldu—guncel-122237-haberi.html

http://www.habertek.net/akdeniz-umuda-yolculukta-30-bin-kisiye-mezar-oldu-haber-16769617

http://parahaberi.com/tr-TR/haberler/113480/akdeniz-umuda-yolculukta-30-bin-kisiye-mezar-oldu

NB : Pour mémoire, je livre également ci-dessous la version brute du texte envoyé à l’agence de presse avant remaniement.

Samedi 7 février, quelques 430 hommes, femmes et enfants venus d’Afrique subsaharienne embarquaient dans quatre bateaux pneumatiques sur une plage à 15 kilomètres à l’est de Tripoli. Ayant payé chacun 650 euros à des passeurs peu scrupuleux pour la traversée vers l’Europe, ils rêvaient tout simplement d’une vie meilleure. Au bout du périple, 203 moururent noyés, 29 autres de froid, un des bateaux n’a jamais été retrouvé. Seule une petite centaine de passagers fut secourue par les garde-côtes italiens.

Cette tragédie humaine n’est pas un cas isolé. En 20 ans (1993-2014), plus de 30 000 migrants sont morts ou portés disparus en essayant de rejoindre lUnion européenne. Selon les chiffres du projet « the migrant’ files » et de l’association « UNITED for Intercultural Action», en deux décennies, le phénomène n’a eu de cesse de s’amplifier : 1600 morts entre 1993 et 1998, 3700 morts de 1999 à 2002, 7200 morts de 2003 à 2006, plus de 8000 morts de 2007 à 2010 et presque 10 000 morts de 2011 à aujourd’hui, avec un pic à 4 255 morts recensés pour la seule année 2011. Aujourd’hui, de drames en drames, la mer Méditerranée est devenue la route migratoire la plus dangereuse au monde. Depuis le début des années 2000, près de 20 000 personnes y sont mortes noyées dans ce qu’il faut désormais appeler le cimetière méditerranéen.

Face à une telle hécatombe, l’Europe ne peut détourner le regard. Elle y a une part de responsabilité. Depuis les années 2000, l’Union européenne livre en effet une lutte sans merci aux migrants. Nourries par des fantasmes d’invasions ou autres fantasmes identitaires, les politiques migratoires européennes n’ont eu de cesse de se durcir pour lutter contre cet ennemi largement imaginaire. En matière d’immigration, lEurope ne fait pas dans lhumanitaire, elle mène une guerre. Pour cela, les pays européennes se sont dotés, avec l’agence Frontex, de dispositifs de surveillance et de contrôle quasi militaires (navires, hélicoptères, avions, radars, caméras thermiques, drones, …) poussant les migrants vers des routes toujours plus dangereuses, routes qu’ils arpentent bien souvent au péril de leur vie. Seul résultat concret d’une telle politique absurde : les migrants meurent chaque année davantage tandis que les passeurs s’enrichissent toujours plus en justifiant des tarifs exorbitants.

L’Europe doit sortir de cette logique mortifère. En réaffirmant la migration comme un droit la Déclaration universelle des droits de lhomme et du citoyen de 1948 annonce dans son article 13 que toute personne est libre de quitter son pays lUnion européenne peut dépasser son dogme sécuritaire pour renouer enfin avec les valeurs de liberté quelle prétend pourtant incarner. Face aux drames qui se multiplient en Méditerranée, sauver ces vies doit devenir dès à présent la priorité de la politique migratoire européenne, jalon nécessaire à la refondation de notre mer commune sur des valeurs de métissage et de convivialité. Le rendez-vous des civilisations est à ce prix.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *