[Cartographies] Mare Nostrum

En 20 ans (1993-2014), 30 000 migrants sont morts ou portés disparus en essayant de rejoindre l’Union européenne, soit l’équivalent de la population totale d’une ville comme Montbéliard, Biarritz, Périgueux, Palaiseau ou Dieppe. Noyés, asphyxiés, écrasés, accidentés, empoisonnés, explosés sur un champ de mines, morts de faim, de soif, d’épuisement, morts par manque de soins médicaux, autant de drames humains qui auraient pu être évités. Nous avons, nous européens, une part de responsabilité dans cette hécatombe migratoire. Car au nom de la lutte contre l’immigration dite irrégulière, l’Europe s’est dotée de dispositifs de surveillances quasi militaires (Eurosur, Frontex, …) poussant les migrants vers des routes toujours plus dangereuses. Au final, plus les accès vers l’Europe sont périlleux, plus les passeurs s’enrichissent tandis que hommes, femmes et enfants continuent de fuir la misère et la guerre en prenant toujours plus de risques. 

Pour illustrer cette hécatombe migratoire, je signe ici une série de cartes « en colères »*. Centrées sur la mer Méditerranée, notre mer(e) commune, ces cartes montrent l’ampleur du phénomène et surtout son évolution dramatique dans le temps. Mais avant tout, ces cartes donnent à voir les victimes d’une guerre invisible menée par l’Europe face à un ennemi qu’elle s’invente. Notre mer est une mer brisée (Edgar Morin, 1992). Il serait temps qu’elle redevienne enfin Mare Nostrum,  notre mer à tous, un espace où chacun peut circuler librement. Car en effet, ces drames ne sont pas des fatalités. En réaffirmant la migration comme un droit – la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1948 annonce dans son article 13 que « toute personne est libre de quitter son pays » –  l’Union européenne peut sortir de sa logique sécuritaire et renouer enfin avec les valeurs de liberté qu’elle prétend pourtant incarner.

(*) Terme explicite et percutant emprunté au talentueux Philippe « Reka » Rekacewicz. De façon plus générale, les cartes présentées ici sont largement inspirées de son style cARTographique.MareNostrum_NLmed_1993_1998_NL med_1999_2002_NL

med_2003_2006_NL

med_2007_2010_NLmed_2011_2015_NL    med_1993_2015_NL 


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Lilyane Rachédi dit :

    Je trouve toutes vos publications excessivement intéressantes et pertinentes! Je voudrais savoir si vous avez déjà travaillé sur une cartographie des camps, des bidonvilles du style Jungle de Calais ?
    Merci beaucoup du suivi!

  1. 04/02/2015

    […] de Nicolas Lambert, publié sur le blog Carnets NEOCARTOgraphique, le 4 février 2015. Cliquez ici pour lire le texte et voir les cartes sur le blog en cliquant […]

  2. 11/02/2015

    […] jour de nombreuses fois [MIGREUROP, 2009 et 2012].  Dans la dynamique du  précédent billet  [voir],  je profite ici du travail colossal réalisé dans le cadre du projet « The […]

  3. 12/02/2015

    […] [Cartographies] Mare Nostrum | Carnet cartographique. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *