De l’usage contestataire des cartes

affiche02

Ce billet fait suite au séminaire GRANIT du 12 décembre 2014 (lien) pour lequel j’ai présenté avec Olivier Clochard une communication intitulée « des données de l’enfermement à la cartographie radicale ». Je reviens donc ici sur cette séance et j’en profite pour revenir le thème de la  cartographie radicale dont j’essaye ici de dessiner les contours. Voici donc ce qui fait selon moi l’ADN  de ce qu’est la cartographie radicale. Evidemment, ce qui suit est une proposition soumise à discussion.

 

Qu’est-ce que la cartographie radicale ?

« La lutte est mère de toute chose » (Démocrite).

1) Radicalité

Faire une carte radicale, c’est développer une (contre) vision du monde. C’est proposer une contre-géographie, une vision dissonante de celle couramment admise. C’est créer des cartes « obus » pour « pulvériser la pensée dominante ». Ces représentations peuvent être iconoclastes et artistiques (cARTographie) ou classiquement « bertiniennes ».

NB : Le terme « obus » est emprunté au Philosophe Paul Ariès, militant pour la décroissance, pour qui les mots obus sont des moyens de rentrer avec fracas sur la scène publique et ainsi susciter le débat. D’autres parlent quant à eux de « cartes en colère » (Philippe Rekacewicz).

2) Subjectivité

Faire de la cartographie radicale, c’est aussi construire des représentations en toute rigueur scientifique tout en assumant la fonction discursive des cartes construites. Si les cartes ont indéniablement une dimension objective (on ne truque pas les données, on les représente selon des règles graphiques largement admises pour leur efficacité visuelle) elles disposent en même temps d’une dimension subjective : elles expriment un point de vue. On le sait, pour jouer son rôle, la carte doit abstraire et schématiser la réalité, seul moyen de la rendre intelligible. « Une carte qui ne généraliserait pas en simplifiant serait parfaitement inutile » (Monmonier, 1991). Il faut donc choisir quelles facettes de la réalité montrer. On met en scène une carte pour qu’elle raconte une histoire. Une carte radicale est donc une carte qui s’assume comme telle : sous couvert d’une apparence scientifique sérieuse (réelle), elle déploie des arguments. « In short, maps don’t merly represent space, they shape arguments » (Wood, Monmonier in an atlas of radical cartography).

NB : Si j’insiste ici sur la rigueur scientifique, c’est que ce point me semble important pour que les cartes jouent leur rôle premier : éclairer plutôt que mentir. « L’imagination n’est pas le mensonge » (Daniel Pennac, Messieurs les enfants). Bref, c’est comme en musique, avec les mêmes notes ont peut écrire soit de la musique classique, soit du jazz. Evidemment, la cartographie radicale, ca serait plutôt du jazz… Néanmoins, certains auteurs de cartes radicales n’hésitent pas à dépasser voir détourner les règles de la sémiologie graphique. Est-ce efficace ? Le débat est ouvert.

3) Conflit

Les cartes dites radicales ont comme objectif d’être confrontées à d’autres représentations pour créer du débat, de la conflictualisation. En effet, la société est traversée par des intérêts contradictoires. C’est un fait. Des points de vue divers, des idées parfois opposées coexistent. Elles ne peuvent donc s’incarner en même temps dans une représentation commune du monde. Il n’y a pas de représentation commune et harmonieuse qui s’imposerait à tous. Une vision commune, si elle existe, est soit pauvre et floue soit imposée par le pouvoir dominant. Et, une représentation du monde qui s’impose à tous sans discussion, est d’essence totalitaire. Il faut donc multiplier les représentations du monde et les confronter pour construire du conflit, du débat. Faire une carte radicale c’est donc aussi créer de l’altérité, une tension positive pour contester ce qui semble être l’ordre naturel des choses. En somme, le conflit est nécessaire et il est positif.

4) Populaire

Une des composantes de la cartographie radicale est aussi l’appropriation de la carte par le citoyen (au sens large). Cela passe notamment par le développement de processus participatifs pour construire la carte, la mettre à jour ou la partager. Ceci est rendu aujourd’hui possible par un certain nombre de moyens techniques issus du geoweb 2.0. On parle alors de cartographie participative, de néocartographie, ou de cartographie citoyenne. Cette idée passe donc aussi (et surtout) par la nécessite de sortir du giron purement académique en s’appuyant selon les cas sur le monde associatif, la société civile, ou directement les citoyens. Conçue ainsi, la carte radicale devient un contre-pouvoir citoyen face à l’état ou aux grandes firmes (e.g. Open Street Map vs Google Maps). Bref, c’est une cartographie populaire.

5) Politique

Enfin, ce qui caractérise avant tout la carte radicale, est que cette cartographie ne se suffit pas à elle-même. Elle n’est pas une fin en soi. C’est un point d’appui pour l’action concrète. Cela signifie que la carte joue le rôle d’alerte ou de déclencheur pour mener une action politique, mener des actions de terrain ou porter des revendications concrètes. C’est une cartographie de combat, un élément parmi d’autres dans la lutte politique.

Pour conclure, faire de la cartographie radicale c’est créer des cartes obus, susciter du débat et de la confrontation, impliquer le citoyen par des processus participatifs et déclencher des actions politiques concrètes. C’est une cartographie engagée et militante, un outil de contestation et de reconquête d’un pouvoir confisqué. « L’histoire de la cartographie est pour une large part l’histoire des polémiques » (Jacob, 1992). Alors polémiquons…

Le ppt de la présentation est disponible ici : [PDF] [ODP]

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. T. Joliveau dit :

    Merci pour ce fort et intéressant billet et la très documentée présentation associée. Je signale que l’auteur de la citation « Polemos est le père de toute chose » n’est pas Démocrite mais Héraclite, le philosophe du devenir et de la contradiction et que la traduction par guerre de Polemos est discutée, les termes de querelle et de discorde étant souvent proposés. A défaut de polémiquer, on peut confronter et débattre. 😉

    • Nicolas Lambert dit :

      Merci pour la référence, je m’en souviendrai pour l’avenir. Pour revenir sur le fond, je crois réellement que la carte est un excellent support pour le débat argumenté. Mais pour cela il ne faut pas chercher le consensus pour produire une représentation globale, forcément pauvre, qui satisferait tout le monde. La carte, doit aussi servir de grain de sable. Bref, le conflit est utile en cartographie. Il est même nécessaire. « A vouloir éliminer tout conflit, nous nous privons de l’opportunité de le dépasser. Nous sacrifions le meilleur possible au profit du moindre mal » (C. Pacific, consensus dissensus, 2012).

      • T. Joliveau dit :

        Certes, la controverse aide à penser et conduit à interroger les présupposés paresseux et les évidences faussement admises. Pour ce qui est du rôle de la carte en ce domaine, on peut s’interroger – on le fait depuis longtemps – sur sa capacité à être discursive et argumentative. Pour Wood, une carte est une proposition, mais on a du mal à imaginer un dialogue ou une confrontation de cartes. Ce serait intéressant de reprendre les cartes de votre présentation et d’imaginer le débat cartographique contradictoire qu’il serait possible de tenir.

        • Nicolas Lambert dit :

          On a du mal à imaginer un dialogue ou une confrontation de cartes tout comme on a du mal à imaginer un dialogue ou une confrontation de textes. Et pourtant, à une carte sur la libre circulation au sein de Schengen, je réponds par une carte sur les migrants morts aux frontières. A une carte montrant un taux de croissance favorable dans notre pays, je réponds par une carte sur les inégalités territoriales. A une carte sur la mondialisation heureuse, je réponds par une carte sur la prolifération des murs dans le monde. Bref, les cartes ne dialoguent pas toutes seules mais ce sont autant d’éléments à utiliser dans un débat argumenté. Avec forces et limites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *